Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2009

Une loi pour les langues régionales ? Le ministre de la culture "s'interroge"...

Da lenn war lerc'hienn internet Daktu/A lire sur le site Daktu :

http://daktu.info/spip.php?article3652

18/10/2009

Bro An Alré : Bretoned ha Innued

Tud a vro-Gebek a zo deuet da Vreizh ha da Vro An Alré, e penn kentañ ar miz mañ, da sevel liammoù ekonomikel ha sevenadurel. Ar re-se a oa ag ar Minganie, ur rannvro a zo a-hed ar ster bras Saint Laurent, e reter Bro Gebek, a-dal da zDouar nevez. E-mesk an dek den deuet, tri a oa ag ar meuriad Innu, ur bobl a oa e chom du-se araok ma oa degouezhet an Europeaned evel Jakez Kartier, paotr a Vreizh kaset du-hont get Fanch ar c'hentañ er chwec'hzekved kantved... An tri den, ar chef Jean-Charles Piétacho, ha div vaouez, o deus kontet da izili Kerlenn Sten Kidna (an Alré), d'ar sadorn tri a viz-mañ, penaos, un nebeut bleadeù zo, e veze kaset bugale an Innued daou c'hant kilometre ag o pro, da vout skoliataet e skolioù privez, hep goulenn netra d'o zud, da zeskiñ galleg ha sevenadur ar re wenn. An Innued a oa kantreourion, forset int bet ivez da chom ba' lec'hioù resiz ("réserves"), e kreiz ar c'hantved paseet, ha n'hellont ket mui kantreal. An traoù-se a zo bet enduret, gouzanvet get tud a zo bev c'hoazh. Echu eo bremañ met roudoù a chom ag an darvoudoù spontus-se; ha bec'h a zo etre ar "pobloù kentañ" hag ar C'Hebekiz. An Innued o deus lâret d'an Alreiz pegen talvoudus eo o yezh dezhe, a zo en arvar, un tammig evel ar brezhoneg...

Setu al liamm :

http://www.letelegramme.com/local/morbihan/vannes-auray/a...

17/10/2009

Vakansiñ e brezhoneg pe e gallaoueg/Des vacances en breton ou en gallo

Kemenadenn a-berzh an Ubapar/Communiqué de l'Ubapar :

"662 bugel bet o vakansiñ e brezhoneg hag e galloueg e-pad an hañv ! 662 enfants dans les centres de vacances en breton et en gallo cet été !
Bet int war o marc’h-houarn eus Naoned betek Rieux, graet o deus mel, bara, amann, surfet o deus, kannet dilhad er stêr, fardet sushis, danset, bageet, krapet er gwez, bet e Bro Lozer war roudoù ar bleiz ha war an Enez Vaz o klask un teñzor, ha kement tra zo e brezhoneg hag e gallaoueg ! 33 frantad dudi e brezhoneg hag e gallaoueg zo bet aozet evit an hañv gant 13 aozer disheñvel. Kenderc’hel a ra kresk ar c’hampoù vakañsoù (11% a vugale ouzhpenn e-keñver warlene), met labour a chom d’ober pa ne dalvez 662 bugel nemet 9,74 % eus ar vugale skoliataet er rummadoù divyezhek etre ar CP hag an 3de klas.

Ils sont allés de Nantes à Rieux en vélo, ont fait du miel, du pain, du beurre, ils ont surfé et cuisiné des sushis, ils ont retrouvé les gestes des lavandières, ils ont dansé, lutté, pagayé, ils sont partis à la recherche du loup en Lozère ou du trésor sur l’île de Batz, et le tout en breton et en gallo ! Cet été, ce ne sont pas moins de 33 stages en breton et en gallo qui ont été proposés aux enfants par 13 organisateurs différents. Ceux-ci continuent à attirer de plus en plus d’enfants (11% de plus que l’an dernier), mais il y a encore du travail puisque ces 662 enfants ne représentent que 9,74% des enfants scolarisés dans les filières bilingues du CP à la 3e."

14/10/2009

Les prix Pinocchio du développement durable

Kemenadenn a-berzh/Communiqué de Peuples Solidaires et Les Amis de la Terre.

"Peuples Solidaires est partenaire du lancement, par les Amis de la Terre, du vote public des internautes pour l’élection des Prix Pinocchio 2009. Douze entreprises françaises sont été nominées et concourent dans trois catégories : environnement, droits humains et greenwashing. Toutes se disent en faveur du « développement durable » alors que leurs impacts réels sont lourds et négatifs pour l’environnement ou les populations locales. A l’issue du vote, une cérémonie publique de remise des prix sera organisée le 24 novembre 2009 à Paris.

Bientôt un an après la première édition des prix Pinocchio du développement durable, qui avait récompensé Areva dans les catégories « environnement » et « greenwashing » et le groupe Louis Dreyfus dans la catégorie « droits humains », les Amis de la Terre, en partenariat avec Peuples Solidaires, lancent l’édition 2009 des Prix Pinocchio. Les entreprises nominées sont les suivantes : Total, Michelin, BNP Paribas, EDF, Bolloré, Accor, Peugeot, Crédit Agricole, Perenco, Herta, Société Générale, et France Betteraves.

Les Prix Pinocchio mettent en lumière de nombreux abus concrets. Les Amis de la Terre et Peuples Solidaires demandent un encadrement juridique des impacts environnementaux et sociaux des multinationales, pour que cesse leur quasi impunité de fait dans les pays du Sud.

La présentation des douze cas et des Prix Pinocchio est accessible ici :
http://www.prix-pinocchio.org

Les résultats y seront annoncés le 24 novembre, avec une cérémonie de remise des prix le soir même par les Amis de la Terre et Peuples Solidaires à Paris."

12/10/2009

Composition française : l'avis d'un blogueur occitan

ozouf402.jpgTaban, ur blog okitan, 'n'eus embannet e galleg ur pennad a ziar levr Mona Ozouf, "Composition française, retour sur une enfance bretonne"./Le blog occitan taban publie une note en français sur le livre de Mona Ozouf, "Composition française, retour sur une enfance bretonne" :

http://taban.canalblog.com/archives/2009/10/09/15364731.h...

08/10/2009

"Les blondes" en breton/ "Ar meleganezed" troet e brezhoneg

blondes401.jpg"Les blondes" (ar meleganezed) a zo ur rummad bandennoù embannet e galleg abaoe bleadeù zo (dek albom a zo). Istorioù a zo bet troet e brezhoneg ("la langue officielle des planteurs de menhirs" eme lec'hienn internet an ti embann...) get Divi Kervella, hag embannet n'eus ket pell zo. Bez zo "gagoù" fentus ha reoù all mantrus penn da benn. Ma faota deoc'h lenn ar c'hwec'h bajenn gentañ, posupl eo o fellkargiñ war lec'hienn embannadurioù an Heol.

Les blondes (ar meleganezed en breton), est une série de bande dessinée en français éditée depuis plusieurs années (la série compte dix albums). Certains gags ont été traduits en breton ("la langue officielle des planteurs de menhirs" selon le site internet de l'éditeur...), par Divi Kervella, et viennent d'être publiés. Il y a des gags drôles, certes, mais d'autres sont franchement navrants. Pour vous faire une idée plus précise, il est possible de télécharger les six premières pages sur le site des éditions Soleil.

http://www.soleilprod.com/?page=Catalogue.Album&id=1703

06/10/2009

Le Monde : "La diversité linguistique est une richesse menacée"

War lec'hienn internet Le Monde e c'heller lenn pennadoù a zivout ar yezhoù en arvar er bed a-bezh. Kazetennerion ar gazetenn a zo aet da glask pell (betek Afrika hag Amerika kreizteiz), ar pezh a zo edan o daoulagad e Bro C'hall... Marteze, ne faota ket dezhe gwelout a pezh a zo bet graet get Bro C'Hall a enep ar yezhoù rannvroel ? Interesus eo, memestra. Ur yezhourez a zo aterset, Colette Grinevald.

Sur le site du Monde on peut lire plusieurs articles sur les langues en danger dans le monde entier. Des journalistes de ce journal sont allés chercher loin (en Afrique, en Amérique du sud), ce qu'ils ont sous les yeux en France. Mais peut-être ne veulent-ils pas voir ce que la France a fait contre les langues régionales ? C'est quand même intéressant à lire. Une linguiste, Colette Grunewald, est interviewée.

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/10/02/une-dive...

Mammenn/source : Diwan Breizh

Livre/Levr : Cheeseburger ha yod silet

gerven399.jpgL'écrivain Yann Gerven a réuni dans ce volume 24 nouvelles écrites entre 1998 et 2007, et dont certaines ont été éditées déjà, dans la revue Al Liamm notamment. Le titre, tout d'abord: "cheeseburger", là, tout le monde comprend ? Le mot est devenu international, il est ici une allusion aux jeunes générations que l'auteur met souvent en scène, notamment dans leurs relations aux générations plus âgées, d'où le "yod silet", que bien des anciens comprendront sans doute : "bouillie d'avoine". Un plat moins à la mode que le cheeseburger...

Ados et adultes
Plusieurs nouvelles mettent donc en scène des ados dans leurs relations aux adultes, comme la très drôle "Ar Pask kentañ", qui évoque aussi une histoire d'amour entre ado. "Panoufti" évoque aussi une rencontre amoureuse sur fond de SMS et de chat perdu dans les gouttières. "Tu pil, tu fleurenn", met en scène la rencontre de Tangi Troadeg et Nolwenn Karioù, deux adultes cette fois : là, le tableau est aussi social, il est question de chômage, d'alcoolisme, de mode de vie un peu en marge de la société.

L'église épinglée
L'église n'est pas épargnée dans "Ur vadeziant vouzarus", "un baptême assourdissant". L'histoire se passe il y a quelques décennies. Le bébé est né hors mariage, un "bâtard", née d'une servante engrossée par le fils d'une famille riche et "honorable" de la commune... Le baptême doit se faire en silence et de bon matin  mais voilà que les cloches se mettent à sonner à toutes volées pendant la cérémonie. La marraine aurait-elle soudoyé un sonneur de cloche ? Et pourquoi ?...
Les nouvelles les plus courtes sont parfois les meilleures : comme celle de ce petit enfant qui reste en admiration devant un bucheron au travail. Le bucheron parle, l'enfant se tait. L'adulte se dit que l'enfant admire son travail. Peut-être, mais c'est surtout sa façon de se moucher que l'enfant admire, et qu'il adoptera par la suite, de retour en ville, à la grande colère de la maman...

Cruelles, dures, drôles...
Certaines nouvelles sont cruelles et dures, beaucoup sont drôles. Yann Gerven porte un regard à la fois tendre, humain, et caustique sur ses personnages et la société dans laquelle ils vivent. Ces nouvelles sont écrites dans un style direct, accessible aux lecteurs bretonnants. Pour les personnes qui apprennent le breton, parvenir à lire un jour Yann Gerven peut être un objectif en soi car elles découvriront ainsi un écrivain qui a un vrai style et un vrai univers. L'effort vaut le coup.

CLM
Cheeseburger ha yod silet, Al Liamm, 2009, 15 €, 360 pages

28/09/2009

Webnoz : Liger Atlantel e Breizh ? La Loire-Atlantique en Bretagne ?

Setu ar pezh a zo kinniget ba' abadenn Webnoz diwezhan e brezhoneg war internet/Voici le programme de la dernière émission Webnoz en breton sur internet :

Skolaj nevez Diwan 'ba Sant-Ervlan : penaos eo bet kont d'an distro-skol ?
Breizh 5 departamant : e pelec'h 'omp erruet ganti ?
Nouveau collège Diwan à Saint-Herblain : comment s'est passée la rentrée ?
Breizh 5 départements : où en est-on ?"

http://www.brezhoweb.com/

00:05 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : webnoz

27/09/2009

Langues régionales : ça travaille au parlement...

J'ai envoyé un courriel en fin de semaine dernière à la députée de Lorient (PS), Françoise Olivier-Coupeau, pour savoir où en est le projet de loi en faveur des langues régionales, voici la réponse de son assistante parlementaire :

"Françoise OLIVIER-COUPEAU a pris connaissance de votre courriel. Elle, ainsi qu'un certain nombre de ses collègues, réclame un projet de loi (1), car une proposition (de loi) ne passerait pas. Elle vous informe également que le groupe SRC (Socialiste, Radical et Citoyen) travaille sur un texte qu'il entend soumettre au gouvernement pour enrichir son projet de loi.
Restant à votre écoute, nous vous adressons nos meilleures salutations".

(1) Un projet de loi émane du gouvernement, une proposition émane de parlementaires. L'année dernière, lors du débat parlementaire sur la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution française, le gouvernement avait promis une loi en 2009...

25/09/2009

Kenya : bugale a gan e brezhoneg di/Des enfants y chantent en breton

Bugale a vro gKenya a c'hell kaniñ "Tri martolod", pe "Son ar sistr", "an Alarc'h" ! Setu ar pezh a c'heller gwelout war internet./Des enfants du Kenya savent chanter des chants en breton comme "Tri martolod", "An alarc'h", "Son ar sistr", c'est à voir sur internet.

http://www.youtube.com/watch?v=CrjV6qU6tQQ

Ha desket o deus frazennoù ivez. Ils ont aussi appris à prononcer quelques phrases :

http://www.youtube.com/watch?v=xTlMj_K0XI0&feature=re...

 

21/09/2009

Culture bretonne : Vannes en Bigoudènie ?

"Où est-ce que l'on peut rencontrer les Bigoudens de la presqu'île ?" : c'est la question qu'un touriste en vacances en presqu'île de Rhuys (Morbihan) a posé cet été et qui a été reprise dans Le Télégramme (21 août, dans une page de l'édition de Vannes), pour donner à goûter quelques perles de vacanciers. Le pays Bigouden est à 200/250 km de la presqu'île de Rhuys (Sarzeau)... Mais tous les Bretons savent-ils où est le pays bigouden ? Le pays gallo ? Ce qui différencie la Basse de la Haute Bretagne ?...

bigoudenezed396.jpgLa coiffe bigoudène est devenue une sorte de symbole de la Bretagne. Pourquoi pas, même si d'aucun pense qu'elle n'est pas la plus jolie. Affaire de goût. Il y a un siècle, avant que la coiffe bigoudène ne s'élève vers le ciel en quelques années (vers 1920-1930), et acquiert cette forme très originale (mais probablement très difficile à porter), d'autres coiffes étaient souvent reprises sur les affiches touristiques, celle de Fouesnant par exemple, très jolie.

A la sauce bigoudène
Mais depuis quelques décennies, on nous décline la Bretonne bigoudène à toutes les sauces, dans la publicité, sur les cartes postales, les documents touristiques... A la sauce Tipiak (pub télé), à la sauce Mam Goudig (BD, cartes postales, crêpes...), à la sauce A l'aise Breizh (vêtements, autocollants avec une Bigoudène un peu déjantée et assez drôle d'ailleurs), et j'en passe. Dès que l'on parle Bretagne, c'est la Bigoudène qui rapplique.

Ma grand-mère et beaucoup de mes grand-tantes portaient la coiffe, la dernière a arrêté en 2008, pour raison de santé, et cette coiffe-là, la vannetaise, est très différente de la bigoudène. Autant l'une est haute, autant l'autre est plate, mais jolie aussi... Les coiffes ne sont pas que des symboles, ou des caricatures, ce sont aussi des vêtements portés quotidiennement par certaines personnes (mais de moins en moins), ou régulièrement dans les cercles celtiques. Elles sont l'expression d'une culture actuelle et vivante.

Mais revenons à nos Bigoudènes. Comme vous le savez certainement, si vous suivez l'actualité footballistique, le club de foot de la préfecture du Morbihan, Vannes, le VOC, est en Ligue 2 (en "deuxième division" pour le dire à l'ancienne), pour la deuxième année. Et la société bretonne "A l'aise Breizh" a récemment conçu des tee shirts pour ses supporters... Et que retrouve-t-on sur le tee-shirts faits pour les supporters vannetais ? Des Bigoudènes, bien sûr !

koefoù397.jpg

A l'aise avec la culture bretonne ?
Tous les ans la commune de Vannes organise, au milieu du mois d'août, les fêtes d'Arvor lors desquelles est élue la reine d'Arvor et ses dauphines, qui représentent la ville durant un an. Chaque année des jeunes filles membres des cercles celtiques de la côte morbihannaise (l'Arvor, c'est la côte), se mettent sur les rangs et elles ne portent  ni la coiffe ni le costume bigoudens, mais la coiffe  et le costume vannetais dans leurs différentes déclinaisons. Et elles sont très belles, ces jeunes filles.

Mais quand A l'aise Breizh conçoit un tee shirt pour le club de foot de Vannes, préfecture du Morbihan, il va, encore, chercher des Bigoudènes! Que celles-ci soient actuellement, une sorte de symbole de la Bretagne, soit ? Mais du club de foot de la ville de Vannes ?! Il y a un peu confusion. Les dessinateurs, concepteurs, et autres "designers" de tee shirts, pubs, cartes postales, savent-ils qu'existent des coiffes vannetaises ? Et qu'il existe en Bretagne d'autres coiffes que la Bigoudène ? On va finir par en douter. Ignorance ? Absence d'imagination ? Conformisme ?...

En tout cas, à force de mettre des Bigoudènes partout, ne nous étonnons pas que des touristes (dont certains sont d'ailleurs plus intéressés par la culture bretonne que bien des Bretons eux-mêmes),  cherchent à en voir en presqu'île de Rhuys.

Christian Le Meut

Dessins : A l'aise Breizh (en haut), et extrait d'une carte postale dessinée par Maryvonne Bré et éditée par Jos et présentant les coiffes bretonnes en bas.