Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2009

Le Finistère fait la promotion du bilinguisme (breton-français) dès la naissance

Departamant Penn ar Bed en deus savet bruderezh evit displeg d'an dud, d'an dañvez tadoù ha mammoù, pegen talvoudus eo deskiñ ha komz div yezh yaouank. Le département du Finistère vient de lancer une campagne de promotion du bilinguisme précoce, breton-français

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finister...

http://www.cg29.fr/Brezhoneg/Enseignement-precoce-du-bret...

16/09/2009

Bigoudenezed e pep lec'h ?

bigoudenezed396.jpgE miz Eost m'eus lennet barzh Le Telegramme (21/08, pajennoù Gwened), penaos un tourist en doa goulennet get tud ofis an douristed Sarzhau ma oa moian d'en em gavout get Bigoudeniz gourenez Ruis... Sarzhau ha gourenez Ruis n'int ket e Bro vBigouden, met e Bro Gwened. Bro Vigouden a zo e kreisteiz Penn ar bed, 200 km, lakaomp, a Sarzhau...

Farsus a oa, ar goulenn-se, met, a-benn ar fin, n'eo ket ken souezhus-se rak koef Bro vBigouden a zo deuet da vout ur sort arouez, ur sort simbol, evit Breizh a-bezh. Bigoudenezed a vez lakaet e pep lec'h hiriv an deiz, get ar Vretoned o-unan, hag evit kalz a vern petra. Kentizh ma vez kaoset a Vreizh e vez lakaet koefoù bigouden doc'htu. Bez ez eus, da skouer Mamm Goudig, brudet awalc'h, farsus, sanset... Met honnezh ne zistag ket kalz gerioù e brezhoneg, ar pezh a zo drol memestra evit ur Vigoudenez mod kozh... Ur bochad Bigoudenezed all a vez gwelet, evel ba' ar pub evit ar boued Tipiak, war kartennoù post ha, gwasoc'h c'hoazh, e-pad festoù zo. Bambocherion 'zo a lak ur sac'h plastik du ar o gein, ur c'hoef graet get paper ha setu, dansomp un dañs (sanset) a-Vreizh, tudoù. Hag an dud da c'hoarzhiñ... Pas me atav.

Estroc'h evit ar c'hoefoù-se a zo e Breizh, evel rezon, met tud zo ne glaskont ket pell... Kant vloaz zo, araok ma oa bet kresket koefoù bro Vigouden d'un taol er bleadeù 1930-40, koefoù all a veze lakaet alies evel arouezioù Breizh, evel koef Bro Foen, hag a zo brav spontus ivez...

Kêr Gwened e Bro vBigouden ?
Abaoe un nebeut mizioù tishirtoù a zo bet graet get ar stal "A l'aise Breizh" evit klub mell droad Gwened. Ha setu, lakaet eo bet c'hoazh ar memes Bigoudenez dirollet get he goef hir ! Fentus eo, ar Vigoudenez-se, ne lâran ket. Honnezh a vez gwelet ivez war kalz otoioù, treset war pegsunioù. Met, mard e c'hell bout asantet koef Bro-Vigouden evel arouez Breizh, perak hi lakaat c'hoazh war tishirtoù klub fobal kêr Gwened?!

koefoù397.jpgKoefoù Bro Gwened a zo brav ivez. Bep bloaz, e Gwened, e vez dilennet rouanez an Arvor. Merc'hed kelc'hioù keltiek aodoù Bro Gwened, aodoù Morbihan, en em laak ar ar renk ha ne vez ket douget gete koef Bro Vigoudenn, tamm ebet. Kani Bro Gwened, ya. Ha koant int ! Ha tud A l'aise Breizh a ouia penaos ez eus koefoù a-bep sort e Breizh ha penaos e c'hellehent, memestra, klask un nebeut muioc'h e-lec'h lakaat berped ar memes tresadennoù war o tishirtoù ? N'o deus ket amzer da glask ? Pe ijin awalc'h ? En o aez int, "à l'aise" int, get sevenadur Breizh ?

Ma lakaomp-ni, Bretoned, Bigoudenezed e pep lec'h, perak bout souezhet ar lerc'h get touristed a c'houlenn ar dro Bigoudeniz e gourenez Ruis?

Christian Le Meut

*Skeudennoù : d'ar lein "A l'aise Breizh", d'an traon, koefoù treset get Maryvonne Bré evit ur gartenn bost embannet get Jos.

15/09/2009

Bro Italia/Italie : tabutoù war ar rannyezhoù/débats sur les "dialectes"

Tabutoù 'zo e Bro Italia a ziar an italianeg hag ar "rannyezhoù", ar pezh a zo displeget war ar blog Taban.Le blog Taban publie une note sur les débats actuels en italie concernant les "dialectes".

http://taban.canalblog.com/

09/09/2009

Saozneg, galleg, brezhoneg : yezhoù bras, yezhoù bihan...

libédroit395.jpg

Dilun paseet m'eus prenet ur gazetenn, Libération hag on bet souezhet fall get ar bajenn diwezhañ : e lec'h ar "poltred" a vez embannet bemdez da gustum e fin Libération, ur pub a oa, ha skrivet e saozneg, oc'hpenn ! Troet a oa e galleg, met ar galleg a oa skrivet bihan bihan ("Designed for performance, engineered for elegance", "l'alliance de la performance et de l'élégance"*). Ar pub-se a oa evit montroù ker ruz... Drol eo memestra : perak skrivañ ar saozneg bras evel-se ? Evit reiñ mezh d'ar re ne lennont ket ar yezh-se ?...

tanvez394.jpgAn deiz-se ivez, barzh Le Télégramme m'eus gwelet ur pub all, divyezhek ivez, met ar wezh-mañ, ar galleg a oa a oa skrivet bras, hag ar brezhoneg a oa skrivet bihan... Un  diskouezadeg a vo staliet e Montroulez a ziar al labouradegoù Tanvez a oa brudet mod-se... Perak lakaat ar brezhoneg  ken bihan ? N'ouion ket. Met, ar wezh-mañ, on bet laouen memestra e welet brezhoneg war ur pub, daoust d'ar skritur bihan. N'eo ket bemdez.

Mod-se emañ, yezhoù "bihan" ha yezhoù "bras" a zo. Komzet vez a-yezhoù "bihan" ha yezhoù "bras" e keñver an niver a dud a gomz anezhe ha pas e keñver o zalvoudegezh skiantel. Evit ar skiantourion, d'am sonj, razh ar yezhoù komzet er bed a zo par. Ur yezh "bras" a vez komzet get ur bochad tud, hag anavezet ez ofisiel get ur Stad pe meur a hini... Ur yezh "bihan" a vez komzet  get nebeut a dud, ha n'eo ket yezh ofisiel ur Stad...

Met bon, hervez ar pezh m'eus gwelet dilun paseet, n'eo ket ken sklaer an traoù : a-wezhoù, ur yezh "bras" evel ar galleg a c'hell bout lakaet bihan bihan e-tal ur yezh all... Kement a vout nec'het evit dazont ar galleg ? Marteze...

Christian Le Meut

* Digarezit evit ar skeudennoù met ma skanner ne c'hell ket skanniñ penn da bonn ar pajennoù.


 

 

08/09/2009

Pour apprendre le breton avec plaisir

plijus392.jpg"Plijus", qui signifie "plaisant" en breton, est le mot dessiné sur les affiches diffusées un peu partout en Bretagne afin de promouvoir les cours de breton pour adultes. L'affiche est plutôt plaisante à regarder mais pas très lisible et je doute un peu de son efficacité. Si le but est d'amener les gens qui ne lisent, ne parlent et n'écrivent pas breton, à venir l'étudier, il faudrait prévoir des messages plus directs, et bilingues. Mieux vaut s'adresser au public visé dans sa langue, qui n'est pas le breton...

Mais c'est vrai : apprendre le breton est plaisant (mais parfois difficile), enrichissant pour la culture générale, utile socialement (on peut trouver du travail avec, en Bretagne surtout); et humainement, c'est une aventure...

Si vous voulez savoir où se trouve le cours de breton le plus près de chez vous, vous pouvez téléphoner au 0820 20 23 20. Si vous êtes en pays d'Auray, vous pouvez appeler au 02 97 29 16 58 (Kerlenn Sten Kidna).

Kalon vat deoc'h/Bon courage à vous !

Deskiñ brezhoneg a zo plijus !

plijus392.jpg"Plijus" : setu ar ger e c'hellit lenn, (pe ne c'hellit lenn, hervez), hag a zo bet lakaet war ar skritelloù savet ar bloaz mañ evit brudiñ kentelioù brezhoneg evit an dud deuet, an oadourion, e Breizh a-bezh, e Pariz, e lec'hioù all ha dre lizher. Ur bochad skritelloù a zo, pe a vo, lakaet e Breizh war pannelloù bruderezh, get an departamantoù, tier ker 'zo, ha kevredigezhioù a labour evit ar brezhoneg. Ar skritel-se a zo plijus eo da welet, met mechal mard eo aes da lenn ha da gompren. D'am sonj, n'eo ket. Mard eo ar pal lâr d'an dud ha ne ouiont ket na lenn, na skriv, na komz brezhoneg, "deuit da zeskiñ brezhoneg, interesus ha plijus eo", gwelloc'h vehe ober skritelloù lennaploc'h, divyezheg, pe kentoc'h e galleg...

Ma faota deoc'h gouiet e-menn eh eus kentelioù noz barzh ho pro, pellgomzit d'ar 0820.20.23.20. Mard oc'h koste An Alre, Pleuwigner, Lokmaria-Kaer, Karnag, pellgomzit da gKerlenn Sten Kidna : 02.97.29.16.58.

02/09/2009

"Pourquoi avez-vous créé un blog dans la langue bretonne et pas seulement en français?"

Un étudiant allemand, Stefan, m'a contacté via Rezore, dans le cadre de ses études, pour me poser la question qui sert de titre à cette note.  Voici la réponse que je viens de lui envoyer.

"Bonjour Stefan

Tout d'abord merci ("trugarez", en breton), pour l'intérêt que vous portez à la langue bretonne, et au blog que j'ai créé, Rezore (diminutif de "re a zo re" : "trop c'est trop" en français).

Rezore est né en mars 2005. A l'époque, quelques journaux avaient mentionné cette création (le mensuel Le Peuple Breton, le quotidien Le Télégramme dans sa page du jeudi). Depuis, Rezore a été mentionné par beaucoup d'autres sites, ou mis en lien, mais je constate que c'est la première fois que quelqu'un m'interroge à ce sujet : jamais un étudiant breton ou français, aucun journaliste breton (ou français), ne m'a posé une telle question. Même chose pour les journalistes, médias, et étudiants bretonnants (parlant breton), alors même que certains consultent Rezore. D'autres ne le consultent pas et ne s'intéressent aux blogs en breton, ni aux sites internet, tant pis pour eux, ils (ou elles), négligent ainsi des sources d'information...

Pourtant il y a une présence du breton sur internet (Wikipédia...), et sur les blogs et je pense que c'est un sujet intéressant à traiter mais, pour une grande partie des médias nationaux français (basés à Paris pour la plupart), et du monde universitaire, les langues régionales n'existent pas. Je veux dire par là qu'elles ne sont pas un sujet d'intérêt, elles sont hors de leur champs de vision, autant le breton que les autres régionales pourtant encore parlées par des millions de personnes. C'est un peu un sujet tabou, mis de côté, soit réduit à du folklore, soit méprisé, soit gênant, notamment parce que la langue française est vue comme un "ciment" de la nation et que la présence d'autres langues historiques dans l'Hexagone dérange ce schéma. Mais  il y a certainement d'autres explications.

Cette indifférence n'est pas grave en ce qui concerne Rezore, qui vit sa vie, mais c'est plus une problème pour les langues régionales qui ne font pas l'objet de l'intérêt qu'elles mériteraient (en tant que richesses culturelles, scientifiques, populaires...), ni du soutien politique que leur situation demandent puisque la plupart des langues régionales en France voient le nombre de leurs locuteurs baisser, et très rapidement. De un million vers 1950, ce nombre est passé à 200.000 aujourd'hui, pour le breton.

Je ne suis donc pas surpris, dans ce contexte, que le premier étudiant qui s'interroge (et m'interroge), sur Rezore ne soit ni breton, ni français... !  Votre intérêt est d'autant plus méritoire. J'en arrive donc à votre question :

Pourquoi avez-vous créé un blog dans la langue bretonne et pas seulement en français? C'est-à-dire qu'elle est votre intention ?

J'ai appris à écrire, lire et parler breton en 2001/2002, lors d'un stage de formation de six mois assuré par l'association Stumdi, financé par la région Bretagne, et alors que j'étais chômeur. Le français est ma langue maternelle mais le breton est ma langue d'origine : tous mes grands parents le parlaient; mon grand-père maternel avait appris à lire le breton au catéchisme. Mais le breton était alors exclu de l'école, autant comme langue d'enseignement que comme matière à enseigner et, dans les années 1950, les familles, pour aider leurs enfants à obtenir de bonnes situations professionnelles, ne leur ont pas transmis cette langue, perçue comme quelque chose de peu d'importance, sans valeur, et arriérée. Parler breton était dépassé, pas moderne, sans intérêt, a-t-on fait croire aux gens.

Ainsi, les parents de mon père parlaient breton entre eux et devant les enfants, mais s'adressaient en français aux enfants. Mon père comprend donc beaucoup de choses en breton, peut dire quelques phrases, mais n'a jamais réellement parlé. Il n'a pas non plus appris à écrire et lire sa langue maternelle. La situation est proche en ce qui concerne ma mère. Personnellement, dès mon adolescence, dans les années 70, j'ai réalisé que cette situation était injuste et anormale. Ce n'est qu'au lycée que j'ai pu commencer à apprendre ma langue d'origine, en terminale. J'ai ensuite essayé par différente méthode mais, habitant hors de Bretagne, c'était difficile.

Quand je suis revenu vivre en Bretagne, en l'an 2000, j'ai saisi cette opportunité d'apprendre le breton. En sortant de la formation, n'ayant pas trouvé de travail en breton, j'ai décidé de proposer à une radio associative bilingue, Radio Bro Gwened, d'écrire et de dire une chronique en breton par semaine. Il s'agissait, pour moi, de mettre en pratique l'acquis de ma formation, et de ne pas le perdre. J'ai donc, pendant cinq ans, tenu une chronique, en breton uniquement tout d'abord, puis bilingue. Certaines de mes chroniques furent éditées dans différents journaux et j'ai cherché, sans succès, à les faire éditer en livre. J'ai découvert, en 2005, l'existence des blogs et j'ai donc décidé d'en créer un pour partager gratuitement mes chroniques radio sur internet. C'est ainsi qu'est né Rezore.

Au fil du temps, Rezore est devenu une sorte de "minimédia" traitant principalement de questions linguistiques et bretonnes, mais pas exclusivement. Je souhaiterais y parler plus de choses que j'aime (livres, musiques, films, lieux, etc), mais je manque souvent de temps.

Publier un blog en breton est une façon de donner de la matière à lire et à découvrir aux bretonnants. Un blog est un lieu d'échange, à travers les commentaires. Le breton est une langue vivante et rezore contribue, modestement, à la présence de cette langue vivante sur internet.

Je pense aussi, pour certains sujets politiques et/ou linguistiques, qu'il est important d'en parler en breton et en français. Parfois, les bretonnants débattent entre eux et les personnes qui ne parlent pas breton mais qui s'intéressent, n'ont pas accès à ces débats, c'est dommage. Et pour les gens qui ignorent tout de la situation des langues régionales, et ils sont nombreux en France, il n'est pas mal de leur donner à lire en français sur ce sujet. Le bilinguisme, de ce point de vue, peut aider à décloisonner, à échanger, à informer, à sensibiliser...

Rezore est donc, modestement encore, un petit lieu de débat démocratique, en breton et en français.

Pour moi, le fait d'avoir appris le breton est un acte de résistance culturel et politique. Ma génération, la précédente et les suivantes, ont été assignées à l'ignorance en ce qui concerne le breton. Une politique massive a été menée par l'Etat français, pour éradiquer le breton comme langue maternelle, et il y a impliqué la population. Pour moi, il s'agit d'une forme de colonialisme culturel. L'Etat français pouvait introduire l'enseignement et la pratique du français sans chercher à supprimer les autres langues existantes, ce qu'il n'avait pas le droit moral de faire.

Le recours à l'oppression linguistique, pour transformer les populations, a été utilisé dans les pays colonisés par la France, mais aussi dans les régions de l'Hexagone. Cette attitude n'est pas compatible avec les droits de l'Homme et la démocratie. Un Etat démocratique, qui se prétend champion des droits de l'Homme, qui plus est, ne peut pas se comporter ainsi. C'est mon opinion. Apprendre le breton est donc un acte de résistance culturelle, politique et démocratique, contre un arbitraire d'Etat. Créer un blog bilingue, publier (de temps en temps), des articles dans les revues bretonnes, militer dans une association culturelle bretonne, sont, pour moi, des actes de résistance à cet arbitraire.

Voila pourquoi j'ai créé Rezore.

Rezore, depuis sa création en mars 2005 a eu environ 250.000 visites (2.000 visiteurs uniques par mois environ, 5.000 à 6.000 visites).

J'espère avoir répondu à vos questions et je suis à votre disposition pour des précisions éventuelles".

Christian Le Meut

31/08/2009

Livre : Le tour d'un monde en sept jours avec un âne en Provence

ponthieu390.jpgQuand un journaliste rencontre un âne, cela donne un livre dont le titre exact est : "Le tour d'un monde en sept jour avec un âne en Provence". Le journaliste, c'est Gérard Ponthieu. L'âne, c'est Juju. L'un mène la balade de sept jours dans la montagne provençale; l'autre porte quarante kilos, braie, flemmarde, rechigne, se vautre dans la cendre... Le lecteur suit les aventures des deux marcheurs dans la nature, à affronter la chaleur, la soif, le soleil, les fils de fer barbelés...

"Longue, la marche ? Non pas. En vérité, c'est même un délice que de savourer chaque pas dans une lenteur toute terrienne. Un pas de paysan, ou de montagnard ; déterminé mais sans hâte, réglé à la grande horlogerie de l'univers. Mais voilà que la vitesse a saisi l'homme moderne. Et la modernité même se définit par la vitesse. Assortie de la précipitation, soit vitesse plus impatience. Une hâte qui, quoi qu'il en soit, conduit au terminus du cimetière"... L'auteur imagine des dialogues avec son âne; livre des anecdotes et des réflexions sur la relation des humains à la nature, est peut-être un peu jaloux de cet âne qui suscite tant d'admirations féminines !  Ce livre mêlant (et bêlant), textes et belles photos, fait respirer un bon bol d'air de Provence, senteur lavande garantie.

Christian Le Meut

"Le tour d'un monde en sept jour avec un âne en Provence", 102 pages, 14 ¤, édité à compte d'auteur, G. Ponthieu, La Jazzine, 73 allée du Castellas, 13770 Venelles.

Gérard Ponthieu anime le blog "C'est pour dire" (voir "Liens").

28/08/2009

Levr : Le tour d'un monde en 7 jours avec un âne en Provence

ponthieu390.jpgKaset m'boa al levr-se evit krogiñ get ma vakansoù, e-penn kentañ miz Eost. Ma sac'h war ma gein, e oan aet  betek... enez Edig, paraviz da Giberen, da sevel ma deltenn du-hont. Ma fal : gober tro an enezenn vihan, ar pezh a oa bet graet e korf  un hanter zevezh. Brav tre ha plijus al lec'h, e kreiz ar mor. N'em boa ket dober ag un azen evit dougen ma zraoù : me a oa an den hag an azenn. N'eo  ket evel ar veaj en doa graet Gérard Ponthieu e kreisteiz an Alpoù : seizh devezh e miz Eost 2008 e Provañs, koste Forcalquier, e-unan get un azen (a Brovañs justawalc'h), Juju. Kazetenner a-vicher, Gérard n'eus skrivet o zroioù kaer hag e sonjoù barzh ul levr nevez embannet getan, ha get skeudennoù kaer.

An azen, Juju, n'eo ket bet berpet fur, ne ya ket buan tre, n'eo ket bizkoazh sentus, met dougen a ra memestra ar pezh a zo da gas evit ur sizhuniad: boued evit an den hag al loen, dour, un nebeut dilhadoù, da lâret eo 40 kilo. E kerzhet, an daou en em gav get loened all (ronsed, chase...), tud, degemerus d'ar peurliesan, met pas berped. Lusk an natur a vez tapet tamm ha tamm get an den, a gousk e-dan ar stered hag e-tal an azen. Met bale mod-se n'eo ket aes bemdez : orjalennoù zo; sterioù da dreuziñ; minojennoù diaes da dapout. Al loen a zo taget get amprevaned. An darempredoù etre an den, ar mestr, hag al loen, a zo taer a wezhoù...

Gérard Ponthieu a skriv e sonjoù a ziar an dra-se hag a ziar darempredoù mab den get an natur. Ijinañ a ra divizoù etre an azen hag ar mestr... A-benn ar fin, ur sort levenez sioul a zeu e lenn al levr-se.

"Le tour d'un monde..." a zo bet embannet get ar skrivagner. 14 euro dre lizher : Gérard Ponthieu, La Jazzine, 73 allée du Castellas, 13770 Venelles.

Gérard Ponthieu a zalc'h ur blog : http://gponthieu.blog.lemonde.fr/2009/07/18/qui-na-pas-lu...

La version en français prochainement sur vôtre écran.

27/08/2009

Melvan : la revue des deux îles

melvan389.jpgAbaoe c'hwec'h vloaz bremañ e vez embannet ar gelaouenn "Melvan, la revue des deux îles", e galleg, a zivout "glad istorel ha natur" inizi Houad hag Edig, er Morbihan. Un niverenn bep bloaz. Barzh an niverenn diwezhañ, an c'hwec'hvet neuze, Pierre Butin a zispleg penaos en deus chanchet live ar mor a-hed an istor. Dek mil vloaz zo, an inizi a oa staget d'an douar bras. Get Melvan e vez dastumet pennadoù skrid war buhez pemdeziek an dud hawar darvoudoù a-bep sort 0:istor iliz Edig; penaos e veze kavet mein da sevel tier get tud an inizi; peñse an Artiglio (1930); labour Auguste Thomas, beleg Edig etre 1960 ha 1966, evit an enezenn; ar pezh a sonje ar skrivagner Henri Thomas a zivout enez Houad; buhez pemdeziek skolajidi Houad hag Edig e skolaj ar Ponant...  Da skouer, skolajidi Houad hag Edig a vez kaset d'an douar bras d'ober "klasoù kêr" e-pad sizhuniadoù-zo, evit deskiñ penaos beviñ er c'herioù bras rak, barzh o inizi, n'eus oto ebet (kazimant)... Ar baradoz ? Ya, ur sort...

La revue Melvan paraît une fois par an depuis six ans. Elle est consacrée au "patrimoine historique et naturel des îles d'Hoedic et de Houat", au large du Morbihan. Dans le dernier numéro Pierre Butin retrace l'évolution du niveau des mers au cours des temps, et principalement depuis 10.000 ans. A l'époque, les deux îles faisaient partie du continent. La revue propose des articles sur différents thèmes concernant l'histoire et la vie quotidienne passée ou présente des îliens, ainsi que sur des événements précis : l'histoire de l'église d'Hoedic, ainsi que les réalisations du curé Auguste Thomas dans l'île (1960-66); le naufrage de l'Artiglio (1930); l'opinion de l'écrivain Henri Thomas (1912-1993), sur l'île d'Houat; la vie quotidienne des collégiens des  deux îles au collège du Ponant. Dans ce dernier article on apprend, par exemple, que les enfants sont envoyés sur le continent pour y faire des "classes de villes" car sur leurs îles il n'y a, quasiment, pas de voitures... Serait-ce le paradis ?  Oui, d'une certaine façon...

Melvan, 16 €, le bourg, 56170 Hoedic.

www.melvan.org

25/08/2009

Okitaneg a vez komzet en Italia/On parle occitan en Italie

An okitaneg a vez komzet e Okitania, e kreizteiz Bro C'hall, met ivez en Italia, barzh traoniennoù zo en Alpoù, e lec'h m'eo anavezet ez ofisiel get ar Stad... Tost eo d'ar Frañs e keñver an douaroniezh, met pell e keñver politikerezh ar yezhoù rannvroel !

L'occitan est parlé en Occitanie, dans la partie sud de la France, mais aussi dans certaines vallées des Alpes italiennes où il est reconnu officiellement par l'Etat ! Des vallées proches de la France d'un point de vue géographique, mais très éloignées du point de vue de la politique réservée aux langues régionales.

http://taban.canalblog.com/

24/08/2009

Poul Fetan (Quistinic - 56) : ul levrig divyezhekUn livret bilingue

poulfetan380.jpg

Poul Fetan a zo ur pennhêr* a barrez Kistinig, er Morbihan, bet adsavet evel ma oa tro dro 1850 ha kempennet evit bout ur mirdi a zivout buhez an dud war er maezoù d'ar c'houlz-se. Digor eo e-pad an hañv kentoc'h. Bizitet m'boa ar gêriadenn-se un nebeut bleadeù zo ha kavet em'boa berr an traoù e keñver ar brezhoneg, memestra. Anat eo, e veze komzet brezhoneg get razh an dud e Poul Fetan d'ar c'houlz-se, galleg ebet (nemet, moarvat, get un nebeut tud evel ar beleg...). Marteze emañ gwelloc'h an traoù hiriv an deiz, n'ouion ket, met ul levrig divyezhek, brezhoneg-galleg, a zo bet embannet gete evit diskouezh ar pezh a zo er "mirdi bev"-se, istor al lec'h, an natur, al loened, labour an dud, ar pezh a veze hadet ha savet e Poul Fetan. Ul labour a-galite get skeudennoù brav. 40 bajenn. 5 euro an tamm.

Poul Fetan est un village de la commune de Quistinic, dans le Morbihan, rénové tel qu'il était dans les années 1850  et aménagé en musée de la vie rurale à cette époque. Il est ouvert principalement l'été. Je l'avais visité il y a quelques années et j'avais trouvé limitée la place de la langue bretonne alors qu'il est évident que les gens de ce village, et de cette commune, parlaient tous breton à cette époque et que très peu devaient connaître le français (le curé...). Cela a peut-être été amélioré depuis, je ne sais pas, mais un petit livret bilingue français-breton de 40 pages a été édité afin de présenter ce musée vivant, l'histoire du lieu, les animaux, la nature, les travaux, ce qui était semé et produit à Poul-Fetan. Un travail de qualité, avec de belles photos.

- Poul-Fetan, village d'autrefois/Kêriadenn en amzer gozh, Gwenaelle Le Calonnec, embannadurioù/éditions Keltia graphic. Poul Fetan 56310 Kistinig/Quistinic. Pellgomz/Téléphone : 02.97.39.51.74.

Brezhoneg ebet war al lec'hienn internet/Pas de breton sur le site internet : www.poul-fetan.com

Postel : poulfetan@sagemor.fr

* pennhêr/pennkêr/pennc'hêr : "village".