Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2010

Levr : Geriadur ar brederouriezh/Dictionnaire de philosophie

Kalvez039.jpgUr sapre labour n'eus graet Tugdual Kalvez evit skrivañ al levr-se : 566 pajenn evit displegiñ e galleg termennoù ar brederouriezh ha kinnig termennoù brezhoneg. Ul labour talvoudus evit ar vrezhonegerion, ar re a studi filosofiezh met ar re all ivez, razh an dud intereset get ar gerioù. Savet eo bet get un den a zo bet kelenner prederouriezh (war e leve emañ bremañ). Me m'boa heuliet kentelioù getan pand e oan el lise Colbert, en Oriant, met ne oan ket dedennet bras get an danvez-se... Gerioù aes a zo displeget, evel "devoir", "entendement", ha gerioù kalz diaesoc'h evel "Eriebnis"... Embannet get CRBC lec'hienn Roazhon 2/Tir, 25 € ...

Un dictionnaire de philosophie français/breton vient de paraître, oeuvre du professeur de philo à la retraite Tugdual Kalvez. Il est facilement accessible aux non-bretonnants car les entrées et les définitions sont d'abord en français, puis l'auteur propose une traduction du terme en breton. Cette somme (566 pages) sera utile aux étudiants en langue bretonne, mais il pourra aussi intéresser toutes les personnes aillant le goût de la philosophie, des idées et des mots. L'auteur, en effet, explique et traduit des termes courants mais aussi des termes rares, comme "Eriebnis". L'ouvrage est édité par TIR (CRBC site de Rennes 2). 25 €.

02/09/2010

"En passant par la Lorraine" : outil anti langues régionales...

Sonennoù brudet bras, evel "En passant par la Lorraine", a zo bet implijet get skolioù ar Republik evit stourm a enep ar yezhoù rannvroel hag evit kas an dud da vrezelin a-enep d'an Alamagn. Souezhus eo, met gwir, hervez Bertrand Dicale, un den a ouia ur bochad traoù a ziar ar sonennoù e galleg. Skrivet en deus "Ces chansons qui font l'histoire"; selaouit e gronikenn war Frans Info (n'eo ket ret selaoù betek ar fin "En passant par..." sonet get soudarded...).

Des chansons connues comme "En passant par la Lorraine", ont été utilisées par les écoles de la République contre les langues régionales et pour les inciter à faire la guerre à l'Allemagne. C'est surprenant mais vrai, d'après Bertrand Dicale, un spécialiste de la chanson. Il a écrit "Ces chansons qui font l'histoire"; écoutez sa chronique à ce sujet sur France Info (il n'est pas nécessaire d'écouter jusqu'à la fin la version martiale "D'en passant par...") :

http://www.france-info.com/chroniques-ces-chansons-qui-fo...

 

01/09/2010

Léon Werth (1878 - 1955) : un abadenn war France Inter

E 2006 em boa embannet an notenn-mañ a ziar Léon Werth, ur c'hazetenner ha kazetenner ankouiet a gavan talvoudus e levrioù hag e sonjoù. Un diskouezadeg a ziar e benn a zo kinniget hiriv an deiz e Issoudun, hag un abadenn skingomz a zo bet war France Inter dimeurzh paseet (31/08-klaskit ba' dielloù), setu al liamm, ha ma destenn en dro !

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/

"Marteze peus-c’hwi lennet “Ar prins bihan” skrivet get Antoine de Saint Exupéry troet eo bet e brezhoneg). Al levr se, brudet er bed a bezh, a oa bet embannet ha moullet evit ar wezh kentañ er Stadoù Unanet e pad an eil brezel bed e 1943. Ur bloaz war lerc’h Saint Exupéry oa bet lazhet get kanonioù alaman e sturiein ur c’harr nij brezel a dreist da Frans... War pajenn gentañ “Ar prins bihan” e kaver un dédikas da Léon Werth “pa oa krouadur” anezhan, mignon bras Saint Exupéry. Léon Werth oa ur c’hazetenner ha skrivagner brudet awalc’h d’ar mare se, met ankoueit hiriv an deiz. Saint Exupéry en doa kavet repuidi er Stadoù Unanet, ha Léon Werth oa chomet e Frans, kuzhet en un ti er Jura, peogwir e oa juif anezhan.

Léon Werth oa ganet e 1878 e Remiremont, er Vosges. Aet oa kuit da Baris da studiañ. Mignon Oktav Mirbeau, e deroù an ugentved kantved, Léon Werth oa bet gobret war lerc’h evel kazetennour. Skrivet en doa levrioù a ziar benn livourion, met ivez, a c’houde ar brezel bed kentañ, war e vuhez soudard : “Clavel soldat” ha “Clavel chez les majors”. Taol spered soudard ha brouadelour ne oa ket get Léon Werth, tamm ebed. Tost d’ar gommunisted ha d’an anarkourion oa eñ kentoc’h met hep bout barzh ur strollad politikel. Ur spered dieub a oa, ar pezh oa bet komprenet buan get ar Bolchevisted o unan. C’hwec’h vloazh goude an dispac’h er Russia, e 1923, Werth a faote monet d’an URSS d’ober reportajoù. Pas, chomit er maez, aotrou kazetenner, doa reskontet pennoù bras an URSS. Bez oa dija re a draoù fall da wellet, moarvat... Werth oa aet betak ar “Cochinchine” (Indochine) e 1926. Ha skrivet en doa war lerc’h ul levr-reportaj war ar pezh en doa gwellet du hont. Werth a save a enep d’ar trevadenerezh (kolonialisme) d’ar prantad se dija. Kozh oa Werth pa en em gavas get Saint Exupéry evit ar wezh kentañ just araok an eil brezel bed. Ha setu an daou labous se mignoned bras, met dispartiet get ar brezel. Barzh ul levr anvet “Tri devezh ha tregont” ("33 jours") Werth a ziskouez pegen spontus oa bet an “débacle”. War hentoù an “débacle” oa bet Werth, e vaouez hag e vatezh. Barzh al levr se al lennourion a well penaos en doa Fransizion zo degemeret mat an Alamaned. Penaos tud a brofite ag an “débacle” met penaos iwez tud all a sikoure ar re all, evel ur familh labourision douar koste Montargis hag o doa degemeret mat ar famil Werth.

Repuet e Saint Amour (Jura)
Erruet oa ar familh Werth er Jura goude bout paseet tri devezh ha tregont ar an hentoù. Un ti dezhe oa en ur barrez vihan anvet Saint Amour. Léon Werth a oa chomet kuzhet du hont, dre ret, e pad pewar blead, araok monet en dro da Baris e penn kentañ 1944. Hir oa an amzer e Sant Amour hep e vaouez, distroet da Baris, hag hep e vab. Leon Werth a skrive e vuhez pemdeziek, a pezh klewet getan er radioioù, Vichy, Londres, Suisse; ar pezh lennet getan ivez, ar pezh lâret get tud ar barrez, tud ag ar vourc’h pe al labourision douar. Karet oa ar marechal Petain met pas e gouarnamant nag e gentañ ministr Laval, hag ar jeneral de Gaulle oa daet da vout brudet buan awalc’h. Werth a lenne kazetennoù embannet get ar Resistans hag a anave e 1943 ul lec’h anvet “Auschwitz” koste Pologne e lec’h ma veze lazhet ur bochad tud...

Tamm ha tamm spered an dud a chanche hervez disoc’hoù ar c’hrogadoù bras er bed a bezh. Leon Werth a gompren mat ar “propagande”. Goude Stalingrad, armeou a Vro Alamagn a yae ar gill en Europa Reter a bezh, hag en Afrika hanternoz iwez. Met ne oant ket bet trec’het, hervez ar propagande nazi. Nann : “Victoires défensives” a veze graet ag ar c’hrogadoù kollet se get an Nazied. “Victoires défensives”, ya, betak Berlin ! Met klewet hon eus ni propagandoù sort se e pad ar brezelioù diwezhan evel “frappes chirurgicales...”, "Guerre zéro mort"....

Léon Werth a gave hir e amzer ha chom hep bourjal, hep fichal. Eñ a skriv : “N’eo ket m’em bro amañ, Breizh eo ma bro”... Leon Werth a vourre Breizh, war e seblant, hag a vourre beajiñ, dre vras.

“Dépositions 1940 - 1944”
Goude ar brezel ar gazetenn skrivet mod-se oa bet embannet edan an titl : “Dépositions - journal 1940-1944”. Ul levr tev skrivet get an den a gare ar re all. Kasoni ebet barzh skridoù Leon Werth daoust ma oa bet lazhet ur bern tud e pad ar brezel, hag e mignon bras Saint Exupéry en o mesk. Leon Werth zo marv e 1955. E levrioù a vez embannet en dro hiriv an deiz get ti embann Viviane Hamy : “Clavel soldat”, “Cochinchine” ha “Déposition”. Ul levr nevez a zispleg e vuhez : “L’insoumis”, skrivet get Gilles Heuré.
Ur skrivagner hag ur c’hazetennour a bouez oa Léon Werth. Un den chomet dieub ha digor e spered betak fin e vuhez".
Christian Le Meut

Léon Werth (1878 - 1955) : une émission sur France Inter

Tombé dans les oubliettes de l’histoire, l’écrivain et journaliste Léon Werth mérite que l’on en ressorte d’urgence. Les oeuvres de cet esprit libre, témoin de deux guerres, sont rééditées chez Viviane Hamy... Et, chose rare, une émission vient de lui être consacrée sur France inter (le 31 août), à l'occasion d'une exposition qui se tient actuellement à Issoudun. Voici le lien, l'émission reste écoutable pendant 30 jours, chercher dans "archives".

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/

Et, du coup, je réédite une note publiée en 2006 :

Peut-être avez-vous lu “Le petit prince” de Saint-Exupéry... L’auteur dédie son livre à un de ses amis : Léon Werth, et plus précisément, puisque “Le petit prince” est un livre pour enfants, “A Léon Werth quand il était petit garçon”... Le petit prince a été édité pour la première fois aux Etats-Unis, et en 1943. Saint-Exupéry y était réfugié, avant de revenir combattre pour la libération de la France, et son ami Léon Werth vivait reclus dans une maison du Jura. Cet intellectuel français d’origine juive risquait d’être raflé et déporté à tout moment. La dédicace prend donc une dimension singulière. Saint Exupéry ne survit pas à la guerre, il est tué en août 1944. Il ne verra pas son Petit prince édité en France, en 1946. Léon Werth, lui, vit jusqu’en 1955, inconsolable de la disparition de son meilleur ami. Mais si la mémoire de Saint-Exupéry est restée vivante, celle de Léon Werth a été oubliée pendant des décennies. Pourtant l’oeuvre et le parcours de ce journaliste écrivain méritent d’être connues.

Léon Werth est né en 1878 à Remiremont, dans les Vosges. Ses études l’amènent à Paris où il devient le secrétaire de l’écrivain Octave Mirbeau. Journaliste et critique artistique, Werth se fait connaître par ses livres sur des peintres comme Puvis de Chavannes et Cézanne et son premier roman, la Maison blanche, est proche de remporter de prix Goncourt. Il y narre son séjour en clinique, en 1911, pour soigner une otite aiguë contractée en Bretagne. Il brosse dans ce livre un tableau incisif du monde médical et y décrit la relation du malade à sa maladie.

Un antipatriote engagé volontaire
Proche des mouvements pacifistes d’avant guerre, notamment de Gustave Hervé, antipatriote et antimilitariste, il s’engage néanmoins en août 1914 : “Tout homme qui s’échappe des circonstances est lâche”, écrira-t-il en 1930. Envoyé sur le front, il est réformé en août 1915 pour maladie. Il décrit sa vie de soldat dans “Clavel soldat” et “Clavel chez les majors”, deux “déclarations de guerre à la guerre” écrit son biographe Gilles Heuré dans une biographie intitulée “L’insoumis” sortie début 2006 chez Viviane Hamy. Ces deux livres sont salués par la critique, notamment par Henri Barbusse, mais racontent la guerre de l’intérieur, très loin des épopées lyriques et des discours officiels.

Durant les années 20, Léon Werth publie beaucoup. Il est un des intellectuels de gauche en vue. Proche des communistes et des anarchistes, mais membre d’aucun parti, il suscite la méfiance. Quand ce journaliste veut partir en URSS en reportage, en 1923, les autorités soviétiques lui refusent l’entrée dans le pays. Il reste à la porte, en Pologne, malgré les chaudes recommandations de responsables communistes français. Dehors, M. le journaliste. Le regard de cet esprit libre aurait desservir la propagande.

Dénonciation du colonialisme
Trois ans plus tard le citoyen Werth se rend en Cocinchine, et en rapporte un témoignage critique de la colonisation : “Tout Français qui n’appartient pas à la race coloniale revient d’Indochine avec un sentiment de honte”, écrit-il dans son livre-reportage. Nous sommes en 1926. Aucun bilan positif de la colonisation pour Léon Werth.

Il continue de publier reportages et romans, critiques cinématographiques et picturales, mais les années 30 sont plus difficiles. Ses critiques du communisme et sa liberté de pensée, son ton souvent sarcastique, l’isolent d’une partie du monde littéraire. Certains de ses manuscrits sont refusés par des maisons d’édition: “Vous êtes un homme seul et votre pensée, par la même, devient très difficile à définir. Je crains fort que le lecteur ne puisse vous suivre et qu’il ne trouve pas dans ce recueil ce qu’on appelle communément, un message” lui répond l’éditeur Denoël...

La rencontre avec Saint-Exupéry
C’est en 1935 que Léon Werth et Antoine de Saint-Exupéry font connaissance. Le second est de 22 ans le cadet du premier, mais les deux hommes sympathisent et deviennent des amis intimes. Werth et sa femme vont rendre visite à Saint-Exupéry dans la caserne où il est mobilisé, à Saint-Dizier, en 1939. La défaite surprend Léon Werth à Paris. Il décide de quitter la capitale avant l’arrivée des Allemands, mais se trouve coincé sur les routes de la débâcle, avec son épouse et leur employée... Il met “33 jours” à atteindre leur maison du Jura, voyage que Léon Werth raconte dans un témoignage publié sous ce titre (Ed. Viviane Hamy et Magnard pour les collégiens). Un voyage terrifiant et étonnant. Werth y montre la veulerie de certains Français qui accueillent les envahisseurs à bras ouverts. Comment les mêmes profitent de la débâcle mais comment d’autres, notamment des fermiers de la région de Montargis, secourent leurs prochains...

Arrivé dans le Jura, à Saint-Amour, Léon Werth est contraint d’y rester. La zone libre est plus sûre pour les personnes d’origine juive comme lui, même s’il doit, le 9 juillet 1941, aller se déclarer “Juif” à la préfecture de Lons-le-Saunier : “Je me sens humilié, non pas d’être juif, mais d’être présumé, étant juif, d’une qualité inférieure”... Il reste jusqu’en janvier 1944 à Saint-Amour, reclus, bougeant peu, attendant les visites de son fils et de sa femme, retournée à Paris et qui traverse la ligne de démarcation clandestinement.

Un observateur au regard aiguisé
Dans son réduit jurassien, Werth se fait observateur du monde. Avec son regard aiguisé, caustique mais également humain et tendre, il écrit son journal quotidien qui sera publié, après la guerre, sous le titre “Déposition”. Un témoignage incontournable sur l’état de l’opinion en France “libre” puis occupée. Les turpitudes de la vie quotidienne, les rumeurs du bourg de Saint-Amour, les propos des paysans, les émissions de radio Londres, radio Paris ou de la radio suisse. Il note l’impopularité de Laval et la popularité de Pétain. Celle de De Gaulle aussi, qui croît au fil du temps. Il lit la presse de la résistance et, dès 1943, mentionne l’existence d’Auschwitz, en Pologne.

“Victoires défensives”
Les mentalités évoluent en fonction des batailles. Léon Werth notent les astuces de la propagande allemande. Après Stalingrad, les armées allemandes reculent partout en Europe de l’Est et en Afrique du Nord. Il ne s’agit pas de défaites, non, mais de “victoires défensives” selon la propagande. Belles victoires défensives en vérité, jusqu’à la prise de Berlin par l’Armée rouge ! La propagande récente a su créer des métaphores tout aussi manipulatrices : “frappes chirurgicales”, “dommages collatéraux”...

L’immobilisme sied mal à Léon Werth : “Mon pays n’est pas ici, écrit-il, mon pays c’est la Bretagne”. Léon Werth aimait les voyages et, semble-t-il, appréciait particulièrement la Bretagne. De retour à Paris en janvier 1944, Werth livre un témoignage émouvant sur les derniers jours de l’occupation. D’autant plus émouvant que la nouvelle de la disparition de Saint-Exupéry lui parvient. Après la Libération il assiste, en tant que journaliste, au procès du maréchal Pétain. Malgré les millions de morts, Léon Werth ne cède pas à la haine : aucun trace dans ses ouvrages. De la colère, oui, pas de haine. Il reste profondément humain malgré ses coups de griffe. Jusqu’à sa fin, en 1955.

“Werth enseigne à vivre” écrivait Saint-Exupéry sur l’oeuvre de son ami. Les livres de Léon Werth continuent “d’enseigner à vivre” au XXIe siècle.
Christian Le Meut

Les livres de Léon Werth sont réédités chez Viviane Hamy. "33 jours" a été édité en poche en 2002, chez Magnard, pour les collégiens.

31/08/2010

"Les langues régionales ne représentent aucun potentiel commercial"

"Les langues régionales ne représentent aucun potentiel commercial" eme un ti embann a Bariz, en ur reskont d'un den a ginnige dezhe ur levr a ziout ar raksonjoù a vez lennet ha klewet war ar yezhoù "rannvroel"...

"Les langues régionales ne représentent aucun potentiel commercial" répond une maison d'édition parisienne à un auteur qui lui proposait un projet de livre sur les préjugés concernant les langues régionales. Et on en entend...

http://taban.canalblog.com/

25/08/2010

Tourisme : Mme Vadillo dément avoir parlé de "repli identitaire"

Dans un entretien diffusée par l'Agence Bretagne Presse, Maria Vadillo, vice présidente du Conseil régional chargée du tourisme, dément les propos que lui prête le journal Le Télégramme* concernant la campagne de promotion touristique de la Bretagne "Be Breizh" :

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=19558

Le journaliste professionnel qui a recueilli ces propos m'a confirmé, pour sa part, les avoir bien entendus...

Les propos tenus par Mme Vadillo dans l'entretien à l'Agence Bretagne Presse surprennent cependant : comme si la politique de soutien du Conseil régional à la langue bretonne ne concernait pas la politique touristique, ni l'affichage touristique de la Région. Etonnant. Une politique linguistique doit être transversale, impliquer différents domaines (professionnels, économiques, culturels, éducatifs...), si l'on veut encourager la pratique de la langue. Faute de quoi, on risque de courir à l'échec.
L'absence totale de langue bretonne (et de langue gallèse), sur le site du Comité régional du tourisme est, de ce point de vue, révélatrice. Pas même une page. Absence totale. Ont-ils honte du breton, et du gallo ?
Alors même que les touristes voient le breton affiché sur les routes et dans différents endroits, le Comité régional du tourisme n'a même pas l'idée de leur proposer un minimum d'information à ce sujet, sous forme de dépliants ou de pages internet. On entend des visiteurs parler de "bagdad" au lieu de "bagad" lors des fêtes d'Arvor à Vannes, par exemple. Certains seraient certainement intéressés d'en savoir plus sur ces mots qu'ils rencontrent, et emploient, partout en Bretagne. La langue bretonne est aussi (entre mille autres dimensions), un atout pour le tourisme.
Mais une telle idée a-t-elle effleuré nos responsables touristiques ?

* http://rezore.blogspirit.com/archive/2010/08/09/br-breizh-un-slogan-naze-en-francais-dans-le-texte.html

La campagne Be Breizh est visible sur : http://www.tourismebretagne.com/

Lire également :
http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/article-be-breiz...

Bandenn dreset : Le Montespan

Montespan040.jpgUn vandenn dreset dispar m'eus lennet e-pad an hañv, e galleg : Le Montespan (tresadennoù graet get Philippe Bertrand ha Jean Teulé evit an istor). Tennet eo ag ur romant (fiskal ivez) skrivet get Jean Teulé a ziar Louis-Henri Gondrin de Pardaillan, markiz Montespan ha gwaz an intron de Montespan... E 1663 a oant bet dimezeet ha daou krouadur a oa ganet, ur verc'h hag ur mab... Aet a oa ar gwaz da vrezeliñ evit ar roue, e 1666, hag en ur zistroeiñ, petra a oa c'hoarvezet ? E vaouez a oa bet choazet get Loeiz XIV evel mestrez, ar pezh a oa un "inour" d'ar c'houlz-se. Roet e veze argant, douar, titloù, d'ar maouezed dibabet get ar roue, ha d'o familh ivez... Met, pand a oa e vaouez get ar roue, ar gwaz n'helle ket mui c'hoari koukou get e wreg... Honnezh a oa evit ar roue e-unan...
Met Montespan a gare e wreg ha ne faote ket dezhan hi "lodennañ" get ar roue. An intron de Montespan a zo chomet pell mestrez ar roue, ar dro 15 vloaz. Eizh krouadur he deus bet get Loeiz XIV, anavezet ez ofisiel getan. Savet a oa bet ur c'hastel get ar roue eviti; ur vaouez galloudus a oa deuet da vout an intron...
E vuhez pad, kazimant, LE Montespan n'eus klasket tapout en dro e wreg ha n'eus lâret e sonjoù (fall) a ziar ar roue. Ur soudard hag ur denjentil feal d'ar roue a oa, de gentañ, met ar lerc'h bout laeret e vaouez, deuet eo da vout enebour kentañ Loeiz XIV. Hennezh en deus klasket reiñ argant ha titloù dezhan : netra d'ober. Kaset d'an toull bac'h, netra d'ober. Kaset soudarded d'her lazhiñ : n'eo ket bet lazhet, met roudoù a soudarded marv a zo bet kavet ar lerc'h er c'hoadoù... Trist eo bet e vuhez memestra, laeret e vaouez, marv e verc'h...

Ar vandenn dreset, hag ar romant, a ziskouezh pegen galloudus a oa an diktatour anvet ar "Roue Heol", ha penaos an dud a c'hell bout "gwerzhet" get an argant, an inour, ha c'hoazh. Nemet un nebeud tud zo, pennoù aheurtet, pennoù kalet, pennoù kreñv ha kalonek. Ha ret a oa bout kreñv evit stourm a-enep ur roue evel-se.

Christian Le Meut

Le Montespan, ti embann Delcourt, 2010, Bertrand/Teulé.

En français : note de lecture sur la bande dessinée "Le Montespan" (Jean Teulé, Philippe Bertrand), parue en 2010 et tirée du roman éponyme de Jean Teulé. Cet album raconte la vie et les aventures du marquis de Montespan qui se fit voler sa femme par Louis XIV et ne l'accepta jamais, au risque d'être embastillé, ruiné, assassiné... A lire absolument pour découvrir la corruption des moeurs sous Lous XIV et un aspect peu connu de ce roi soit qui fut un très grand dictateur. Et pour découvrir un personnage hors du commun, ce marquis qui avait le gros défaut d'aimer sa femme.

24/08/2010

An Dasson : Ar hentoù Lokmaria-kaer/Sur les routes de Locmariaquer

AD72038.jpg"Daet eo er-maez niverenn 72 An Dasson, ar  gelaouenn divyezhek embannet get Kerlenn Sten Kidna. Enni e kavoc’h un teuliad anvet "Ar hentoù Lokmaria-Kaer". Jacques Madec ha Loic Marion, daou eil maer, a zo bet aterset get An Dasson. Ur pennad daouzek pajenn dezhi a zo àr an anvioù lec'h (lec'hanvadurez), skrivet get Yann Gaudion. Ar-lerc'h, c'hwi a gavo ur bourmenadenn "En dro d'ar peulvanoù" (Christian Le Meut), hag ur pennad skrivet get Daniel Carré àr an "Dihunerion e Lokmaria-Kaer". Daet a oa Loeiz Herrieù, skrivagner, barzh, kaner, e 1908, da lâr d'an dud derc'hel get ar relijion ha get ar brezhoneg... Ha 300 den a oa daet da selaou doc'htañ. Ma faota deoc'h gouiet muioc'h prenit An Dasson 72.

An Dasson niverenn 72 a vez gwerzhet 5 €, en davarn Le p'tit bar e kreiz bourc'h Lokmaria-Kaer ; e Coop Breizh (An Oriant) ; Lenn ha dilenn (Gwened) ; Breizh ma bro (An Alre) ; ar stal levrioù a-dal d'an ti-gar (An Alré) ; pe get ar Gerlenn Sten Kidna, 6 straed Joseph Rollo, 56400 An Alre, 7 € dre lizher."


An Dasson n° 72 est paru : Sur les chemins de Locmariaquer
Le numéro 72 d’An Dasson, la revue bilingue breton-français éditée par le cercle Sten Kidna, vient de paraître. Cette fois, il est consacré entièrement à la commune de Locmariaquer, Lokmaria-kaer en breton. An Dasson a interviewé Jacques Madec et Loïc Marion, deux maires adjoints sur leurs parcours,, leur vision de la commune, de son histoire, la place de la culture bretonne . Un dossier de douze pages est également consacré à la toponymie des lieux dits de Locmariaquer (Yann Gaudion). Une promenade autour des mégalithes est également proposée (Christian Le Meut), ainsi qu'un retour historique sur les "Dihunerion", les "éveilleurs" qui, au début du XXe siècle, organisèrent une tournée des communes morbihannaises afin d'inciter la population à garder la foi catholique et la langue bretonne. 300 personnes de Locmariaquer étaient venues, en 1908, écouter le journaliste, écrivain, chanteur, et militant catholique, Loeiz Herrieu. Pour en savoir plus : lisez An Dasson n°72 !

An Dasson, n° 72 est en vente, 5 € au P'tit bar (place de la victoire, Locmariaquer), chez Breizh ma Bro et à la maison de la presse face à la gare (Auray) ; Coop Breizh (Lorient) et Lenn ha dilenn (Vannes), ou encore auprès du Cercle Sten Kidna, 6 rue Joseph Rollo, 56400 Auray (7 € par la Poste).

20/08/2010

Europe écologie : emenn emañ Naoned ?

Tolpadennoù meur a zo an deizioù mañ koste Naoned : "skol veur" Europe écologie. Tabut etreze, met ivez e keñver o doare da ginnig Naoned... E Broioù al Liger ? E Breizh ? Daou zen a zispleg o sonj, e galleg.
Europe écologie réunit son université d'été en ce moment à Nantes, et ça débat sec, sur plein de sujet, mais aussi sur la façon de présenter le lieu où se passent les débats : Pays-de-Loire ? Bretagne ? Deux blogueurs expliquent leur point de vue :

http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/article-journees...

http://44breizh.com/2010/08/18/journees-deurope-ecologie-...

17/08/2010

L'identité bretonne : uniquement sur l'étiquette ?

Petra a dalv "identelezh Breizh", bout Breizhad, hiriv an deiz ? Setu ul liamm get rentan kont prezegenn Jean Ollivro e-pad gouelioù etrekeltiek An Oriant, skrivet get Fanny Chauffin.
"Identité bretonne", "être breton", qu'est-ce que cela signifie ? Voici un lien vers le compte rendu de la conférence de Jean Ollivro lors du Festival interceltique, par Fanny Chauffin.

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=19469

12/08/2010

Miossec : "l’Education nationale française (...) a détruit la culture locale"

Christophe Miossec, kaner a Vrest a orin, deus reskontet da c'houlennoù Paris Match, setu al liamm./Christophe Miossec, le chanteur d'origine brestoise, a répondu aux questions de Paris Match.

http://www.parismatch.com/Culture-Match/Musique/Actu/Mios...

 

 

09/08/2010

Tourisme : "Be Breizh" ?

Le Comité régional du tourisme (CRT), vient de lancer une nouvelle campagne de promotion de la Bretagne, avec le soutien de la région Bretagne, campagne présentée aujourd'hui dans Le Télégramme (page 8). "Be Breizh", est le nouveau slogan des pennoù bras ("grandes têtes" : responsables) du tourisme en Bretagne. Un slogan mi anglais (on suppose qu'il s'agit du verbe être anglais "to be"), mi breton avec "Breizh", qui signifie Bretagne... Mais qu'est-ce que cela signifie ? "Soyez Bretagne" ? "Sois Bretagne", ou "Etre Bretagne" ? Je connais "be careful" ("Diwall", "Fais attention"), mais "Be Breizh", ou "Be France", ou "Be Suisse", comment le traduire, le comprendre ? Et d'un point de vue lexical anglais, est-ce que cela signifie quelque chose ? Si des spécialistes peuvent nous éclairer...

"Repli identitaire" ?
Mme Maria Vadillo, présidente du comité régional du tourisme, explique ainsi ce choix dans Le Télégramme, répondant à la question d'un journaliste sur le fait que "Be" ne fait pas très "brezhoneg" : "Je suis d'origine espagnole. (...). La Bretagne est une terre d'accueil et d'ouverture. Pourquoi opter pour un slogan breton qui aurait immanquablement ramené à l'idée d'un repli identitaire"... Ah bon, utiliser le breton serait un signe de "repli identitaire". Il faut oser dire cela, en plein festival interceltique, et alors même que l'on est censé promouvoir la Bretagne, et donc la connaître.

Il est vrai que le Festival interceltique de Lorient (Fil) n'a jamais été à la pointe du soutien à la langue bretonne, loin s'en faut. Alors même que notre langue est en situation délicate, passant d'un million de locuteurs vers 1950 à environ 200.000 aujourd'hui, un festival de cette ampleur ne laisse qu'une place mineur à la dernière langue d'origine celtique parlée sur le continent. Allez comprendre.

Je signale à Mme Vadillo que bien des gens d'origine non bretonne ont appris et apprennent, le breton, et le pratiquent. Pourquoi ne pas vous y mettre ? Ce serait là un "signe d'ouverture".

Qui est "ouvert", qui est "fermé" ?
Parler et employer la langue bretonne n'est en rien un repli identitaire. C'est comme parler français, javanais ou tamalog, ou encore les milliers de langues humaines parlées dans ce monde. Au contraire, mettre de côté la langue bretonne, l'oublier volontairement, comme le font tant de Bretons, et tant d'institutions en Bretagne, suivant en cela les ordres des autorités françaises*, c'est marquer une fermeture à une langue et culture qui sont leur langue et leur culture d'origine. Et quand je parle d'origine, je n'évoque pas la préhistoire : la transmission de la langue s'est arrêtée à la génération précédente, celle des parents, ou celle des grands parents. Refuser d'employer et de transmettre la langue bretonne en Bretagne, c'est nier tout un pan de notre culture et de notre identité.

C'est dans le refus de l'emploi de cette langue qu'est la fermeture. Le site internet du Comité régional du tourisme comporte cinq entrées, en cinq langues : pas en breton. Pas une page... Qui est "ouvert" ? Qui est "fermé" ? Cette fermeture à la langue bretonne se pare des atours d'une pseudo modernité en employant un anglais douteux. Cet anglais là, oui, est le signe d'un conformisme intellectuel, d'une ignorance de la culture régionale, et d'un manque d'imagination confondant. J'ose même croire, au contraire, que la langue bretonne peut-être un atout pour attirer des touristes en Bretagne...

Mais que fait la région ?
Il est décevant de voir que la région Bretagne, qui pourtant fait des efforts importants en matière de soutien aux langues régionales (le breton et le gallo), approuve cette campagne publicitaire, et l'absence de breton sur le site du CRT. Une politique linguistique doit être horizontale, et concerner tous les domaines de la vie, pas seulement l'école et l'enseignement du breton. Y'a-t-il, par exemple, un bretonnant au Comité régional du tourisme ? Ce ne serait pas inutile, et cela pourrait donner du travail à une personne ayant suivi les formations longues de breton (six mois), à but professionnel, que le Conseil régional finance par ailleurs...

Christian Le Meut

La campagne publicitaire "Be Breizh" est visible sur http://www.tourismebretagne.com/

M'eus ket amzer, hiriv, da skriv un destenn divyezheg, e galleg hepken e vo neuze, ma digarez.