Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

Haut-Rhin : "pour une reconnaissance officielle des langues régionales"

Réuni en séance publique le 27 juin 2008, le Conseil Général du Haut-Rhin :

" AYANT PRIS ACTE des votes intervenus à l’Assemblée Nationale et au Sénat, au sujet de l’introduction, à l’article 1 de la Constitution, d’une référence relative à la reconnaissance des langues régionales, comme composantes du patrimoine linguistique de la France, sans préjudice pour la langue française, langue de la République qui figure déjà dans son article 2 ;

CONSTATE que les votes intervenus au Parlement n’ont pas encore permis à ce jour de concrétiser cette reconnaissance officielle des langues régionales de France et donc du dialecte alsacien ;

CONSIDERANT que la pratique de l’alsacien est fondamentale pour les relations transfrontalières, le maintien des solidarités intergénérationnelles, le rayonnement culturel et l’économie de l’Alsace, car elle est partagée sous sa forme standard, l’allemand et ses formes dialectales avec les Etats voisins, Allemagne, Suisse, Autriche;

DEMANDE que le débat parlementaire sur le projet de réforme constitutionnelle des institutions aboutisse à une reconnaissance officielle des langues régionales dans la Constitution et permette d’aligner ainsi la France sur les autres Etats européens en ce domaine."

Source : site Diwan Breizh 

Patrimoine, Constitution, langues : un point de vue occitan

Embannet e vez pennadoù skrid interesus war al lec'hienn-se, savet get un den a Vro Okitania; kit da welet !

Le site internet Taban publie régulièrement des articles intéressants, allez-y faire un tour. 

http://taban.canalblog.com/

Kenavo

Christian 

25/06/2008

Sénat : les parents d'élèves des écoles publiques bilingues pas d'accord

Kemenadenn a-berzh Div Yezh/Communiqué de l'association Div Yezh :

"Div Yezh association de parents pour l’enseignement du breton à l’école publique regrette le rejet par le sénat de l’amendement visant la reconnaissance des langues régionales dans la constitution. Les débats ont montré avec quel mépris certains sénateurs considèrent les différentes cultures de France, et par la même occasion les citoyens locuteurs de ces langues. Selon les sondages les plus récents, 68 % des Français sont favorables à l’inscription d’une mention sur les langues régionales dans la Constitution. Les sénateurs ne sont donc pas en phase avec la population française.

La reconnaissance des langues n’a pas qu’un aspect purement symbolique. Les instances internationales et les linguistes savent qu’une langue qui n’est ni suffisamment enseignée, ni présente dans la vie publique est une langue qui meurt. Div Yezh rappelle que chaque année des projets de classe bilingue breton-français ne voient pas le jour en raison de cette absence de reconnaissance. La demande des parents n’est pas respectée et ce sont leurs enfants et la langue bretonne qui payent.

Une grande partiedessénateurs de Bretagne a soutenu ce projet en faveur des langues régionales : Charles Josselin (22-PS), Claude Saunier (22-PS), Louis Le Pensec (29-PS), François Marc (29-PS), Yolande Boyer (29-PS), Charles Gautier (44-PS), Odette Herviaux (56-PS) et Joseph Kerguéris (56-Union centriste). Merci à eux. Gérard Le Cam (22-PC) s'est abstenu et Philippe Nogrix (35-Union centriste) n'a pas pris part au vote.

Par contre, les sénateurs suivant ont voté contre : Alain Gérard, (29-UMP), Michel Esneu (35-UMP), Yves Fréville(35-app. UMP), Gisèle Gautier (44-UMP), Josselin de Rohan (56-UMP) et André Trillard (44-UMP)

Div Yezh encourage les députés et les sénateurs ayant voté pour l’inscription des langues régionales dans la constitution à poursuivre leur action et invitent les autres à ressaisir, afin que les citoyens français locuteurs de langues régionales soient, pour paraphraser Aimée Césaire, des Français à part entière et non plus des Français entièrement à part. Ne laissons pas quelques censeurs, issus du XIX°siècle, imposer leur peur de la différence et une conception désincarnée du citoyen français. La réforme constitutionnelle est loin d’être terminée, les langues régionales doivent être reconnues et protégées.

Paul MOLAC Président de DIV YEZH"

24/06/2008

Langues régionales : la charte européenne et la justice en France

Un argument des opposants à la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution est qu'elle serait une porte ouverte à la ratification de la Charte européenne des langues minoritaires. Cette charte signée par Lionel Jospin quand il était premier ministre n'a jamais ratifiée ni appliquée car elle fut déclarée non conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel. Par contre, elle est entrée en application chez certains de nos voisins, au Royaume-Uni par exemple.

Justice en langues régionales en France ? Faux 
Un argument des opposants est de dire que, si la France ratifiait la Charte, la justice devrait (ou pourrait) se faire en langues régionales dans les régions concernées. Ils voient là une atteinte au principe d'égalité des citoyens et d'unité du pays. Sauf que cette crainte n'est manifestement pas fondée. Le gouvernement Jospin avait choisi, dans la Charte européenne, un certain nombre d'articles afin de pouvoir la ratifier. Dans la partie 3 de la Charte, qui concerne les mesures concrètes, l'article 9 concerne la justice et le gouvernement Jospin n'avait adopté qu'un seul alinéa de cet article, le troisième, qui dit ceci : "Les parties s'engagent à rendre accessibles, dans les langues régionales ou minoritaires, les textes législatifs nationaux les plus importants et ceux qui concernent particulièrement les utilisateurs de ces langues, à moins que ces textes ne soient disponibles autrement".

Il s'agit là de la traduction de textes législatifs en langues régionales et pas de procès ni de procédures judiciaires ! La France ne s'engagerait pas sur ce terrain si elle ratifiait la Charte, aucunement, mais cet argument est avancé par certains intervenants sur les médias, notamment hier, lundi, lors d'un débat sur France Culture. Et personne pour le contredire.

Que la Charte, qui est européenne, le propose, c'est normal : il est des pays d'Europe où certaines populations ne parlent pas la langue officielle, ou très mal. Il est préférable que, pour ces populations, la justice puisse se rendre dans la langue régionale. D'ailleurs est-on si sûr que ce ne serait pas nécessaire en France dans certains cas, notamment dans les Dom-tom ? Est-on bien sûr que tous les citoyens français, parlent parfaitement la langue française ? Est-ce beaucoup demander que la justice fasse en sorte d'être comprise des justiciables ?

Débats sur des croyances
Comme souvent en France, les débats se fondent sur des croyances plutôt que sur des faits. Ceux-là mêmes qui nous disent tout d'abord qu'ils sont pour la survie des langues régionales (être contre, cela ferait mauvais genre, n'est-ce pas), déploient toutes sortes d'arguments pour éviter que la République française évolue sur ce terrain et pour qu'elle continue de cultiver son monolinguisme monomaniaque.

Oui, une reconnaissance des langues régionales comme faisant partie du patrimoine français serait utile. La France est née d'une diversité culturelle qu'il faudrait qu'elle cesse de combattre un jour, pour l'intégrer et en faire une richesse. Et cette diversité culturelle est toujours d'actualité, grâce aux langues régionales et aux langues des migrants.

Oui, la ratification de la charte européenne des langues minoritaires nous serait utile, à nous, locuteurs de ces langues régionales, car elle garantit des droits (et avec moult précautions de langage !), et donc des moyens pour l'usage de ces langues, leur enseignement et leur pérennité.

Et les droits de l'Homme ?
La République et la langue française ne seront menacées que si elles se recroquevillent sur elles-mêmes et ferment la porte à ces évolutions. Beaucoup préfèrent présenter la Charte européenne des langues minoritaires comme le nouveau grand méchant loup qui va manger grand-mère la République. Hier, par exemple, j'ai constaté que les intervenants qui, hier, sur France culture, nous parlaient de République (comme si elle était en danger et comme s'ils en étaient les seuls défenseurs), ne prononçaient jamais les mots de "droits de l'Homme" ou de "démocratie".

Pourtant, à mon avis, la République doit être, en premier lieu, un outil pour fonder la démocratie et les droits de l'Homme. Et elle ne peut se résumer à un modèle unique, centralisateur, uniformisateur et colonisateur, comme l'a été, hélas, mille fois hélas, la République française. La République a moult visages, moult modèles : le monde entier nous le prouve.

Christian Le Meut 

Le texte de la Charte européenne des langues minoritaires :

http://conventions.coe.int/Treaty/fr/Treaties/Html/148.ht...

Les articles que le gouvernement Jospin proposait d'adopter : 

http://conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclaration... 

23/06/2008

Jaurès : comment il défendait l'enseignement des langues régionales

Petit complément au débat en cours sur les langues régionales en France, Jean Jaurès prononçait certains de ses discours en "languedocien" (comme il disait), et était partisan de l'enseignement des langues régionales dans les écoles primaires, comme le rappelle le site "Oui au breton" dans une longue citation :

http://ouiaubreton.com/spip.php?article4904

Des éléments complémentaires étaient parus sur Rezore en 2006 : 

http://rezore.blogspirit.com/archive/2006/02/25/et-jaures...

 

Charte européenne des langues minoritaires : dix ans !

2008 a zo dekvet deiz ha bloaz Karta Europa ar yezhoù rannvroel/2008 est le dixième anniversaire de la charte européenne des langues régionales et minoritaires. Ma faota deoc'h gouiet muioc'h a draoù a ziar-benn ar Garta-se, rekiz e vo deoc'h lenn saozneg/ Si vous voulez en savoir plus sur cette charte il vous faudra lire l'anglais :

"Last month the Council of Europe marked the tenth anniversary of the European Charter for Regional or Minority Languages. A decade ago, the first ever European treaty on minority languages came into force. The Charter has allowed many states to pledge their commitment to protecting their linguistic diversity.

A total of 23 European states have now signed and ratified the Charter. As many as ten minority languages are spoken in some of these states, including Romania , Serbia and the Ukraine. Germany, Croatia and Austria are the EU countries with the greatest diversity of languages.

Ten states have not yet ratified the Charter, including Italy, Greece, Russia and Poland. But France is the European state with the most unfavourable minority language policies: it has never ratified the Charter because, according to its Minister of Culture, “it is against the principles of the state”. Article 2 of the French Constitution stipulates that “The language of the Republic is French”."

http://conventions.coe.int/Treaty/Commun/ChercheSig.asp?N...

Mammenn/Source : Mercator Newsletter

22/06/2008

Sondage : 68 % des Français pour les langues régionales dans la Constitution

Un sondage CSA publié aujourd'hui par Ouest-France indique de 68 % des Français (960 personnes interrogées) sont tout à fait favorables (23%) ou plutôt favorables (45 %) à l'inscription de la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution. Interviewé, le sénateur du Morbihan, Josselin de Rohan, UMP, hostile à cette inscription, a déclaré qu'il fallait "arrêter" d'inscrire "tout et n'importe quoi" dans la Constitution. Sympa.

20/06/2008

Sénat : petits commentaires sur un débat

Le refus du Sénat de modifier la Constitution afin d'y accorder une place aux langues régionales ne clôt pas le débat : les députés porteurs du projet à l'Assemblée nationale reviendront à la charge, qu'ils soient socialistes (Mme Lebranchu), ou UMP (Le Fur). Le parlement, réunion du Sénat de de l'Assemblée, se réunira en juillet et c'est seulement après le vote final de modification de la Constitution que l'on pourra tirer des conclusions de cet épisode parlementaire. Pour l'instant, un aspect positif, me semble-t-il, est que ce débat met les langues régionales en discussion en France, ce qui n'a pas été le cas depuis longtemps. Nous passons d'un stade de non-existence, d'ignorance, de non-débat, voire de mépris, à un stade de prise en compte. C'est une avancée, même si certains propos tenus sont désagréables.

Et l'Europe ? 
J'observe cependant que des vieux clichés ont toujours cours, notamment celui de porter le discrédit sur les langues régionales en niant le fait qu'elles soient des langues (lire ci-dessous les propos du sénateur Autain, de Loire-Atlantique). Certains sénateurs ont montré leur profonde ignorance sur la question des langues. J'observe aussi, dans les discours de nos élus, qu'ils soient sénateurs ou députés, l'absence totale de prise en compte de ce qui se passe en Europe. Robert Badinter craint, par exemple, que l'amendement en question ne permette l'adoption de la Charte européenne des langues minoritaires. Celle-ci a pourtant été signée par... Lionel Jospin, alors  premier ministre, avec moultes précautions (1) ! Entre socialistes, ils n'ont pas l'air de s'entendre.

Or cette charte est en application depuis des années maintenant dans une vingtaine de pays d'Europe. Quelles difficultés cela pose-t-il ? Est-elle un facteur d'intégration ou, au contraire, de tension ? Fait-elle avancer les droits de l'Homme ? Notamment pour les populations qui, dans certains Etats, ne parlent pas la ou les langues officielles ? On n'en saura rien, à écouter nos élus du peuple... Ni non plus, dans la presse, à ce que je peux en lire. On ressasse, par contre, les vieilles peurs comme l'a dit, fort justement, le sénateur David Assouline. Quant à l'intérêt du bilinguisme précoce à l'école : quasiment ignoré (2).

La place du français
Même chose pour la place du français. Robert Badinter encore, a pointé la place essentielle du français dans la construction de la France. Là encore, aucun recul, aucune prise de distance : l'imposition d'une langue unique pour construire une nation est-elle un moyen juste, suffisant, pour bâtir une société démocratique et respectueuse des droits de l'Homme ?  Un Etat est-il en droit d'imposer une éducation dans une autre langue que la langue maternelle, comme celà s'est fait en France, et en cherchent à éradiquer ces langues maternelles ?  Pas de réponse. Par contre, des sénateurs se sont moqués d'un récent rapport du Comité économique et social de l'ONU pointant les manquements de la France par rapport aux minorités linguistiques.

L'insistance de M. Mélenchon
Enfin, j'ai noté l'insistance de M. Mélenchon à affirmer que la France n'opprime pas les langues régionales. Une telle insistance est suspecte ! M. Mélenchon base-t-il cette affirmation sur des faits, ou s'agit-il seulement d'un argument de propagande ? Il dit avoir été insulté par des partisans des langues régionales. Si c'est le cas, c'est dommage. L'insulte personnelle est contraire à l'esprit démocratique. Mais quand il traite l'association Diwan de "secte", comme il l'a fait lors d'un débat récent au Sénat, M. Mélenchon cherche-t-il à apaiser le débat ? Mais, a-t-il expliqué, qu'il "parlait à son voisin"... Suffisamment fort toutefois pour être entendu et pris en compte par les secrétaires du Sénat. 

La suite au prochain débat, car il y en aura d'autres.

Kenavo deoc'h !

Christian 

(1) Sur les précautions prises par le gouvernement Jospin lors de la signature de cette Charte (finalement retoquée par le Conseil constitutionnel et non ratifiée), voir le site du Conseil de l'Europe :

http://conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclaration...

(2) Lire également sur le site Oui au breton, cet éloge du bilinguisme scolaire précoce :

ttp://ouiaubreton.com/spip.php?article4847 

  

19/06/2008

Sénat : contre les langues régionales dans la Constitution

Dec'h ar senadourion o deus votet a-enep chañch bonreizh Bro-Frans evit anavezout ar yezhoù rannvroel, ar pezh a zo dipitus. Lâret traoù eo bet a-dreuz get senadourion a zo, evel da gustum, hag ivez get tud a-Vreizh, evel ar pezh a zo bet lâret get ur senadur a Liger Atlantel François Autain. Razh ar senadourion n'int ket yezhourion, pell a zo !

Hier les sénateurs ont donc voté contre le fait que la Constitution française reconnaisse officiellement les langues régionales, ce qui constitue une déception. Certains sénateurs ont montré leur méconnaissance du sujet, notamment ce député socialiste de... Loire Atlantique, François Autain. Les sénateurs ne sont pas des tous des linguistes, loin s'en faut ! M. Autain oublie de mentionner, parmi les dialectes du breton, celui de Guérande, proche du vannetais, qui se parlait dans son département il y a moins d'un siècle. Les bretonnants guérandais allaient vendre leur sel dans le Morbihan et jusqu'au Finistère nord, et parvenaient à se faire comprendre, en breton de leurs compatriotes, démontrant ainsi qu'il y a bien une seule langue bretonne avec des dialectes. Je note également que dans son intervention, M. Autain ne propose rien, il ne fait que démolir en se basant sur des connaissances pour le moins partielles. Dommage, pour un élu du peuple, de si mal connaître une langue du peuple.

"M. François Autain (sénateur de Loire-Atlantique - rattaché au groupe communiste). "- Je souhaiterais attirer l’attention sur l’utilisation inappropriée qui est faite de l’expression « langue régionale » ; ne rendant pas compte de la diversité des parlers qui existent dans une même région, elle contribue à l’appauvrissement de notre patrimoine linguistique.

Élu d’un département dont l’identité bretonne est toujours incertaine, je prendrai l’exemple des parlers pratiqués en Bretagne. Il n’existe pas une langue régionale unique mais un nombre important de parlers rattachés à cinq grands dialectes. Dans la région rennaise, on pratique le gallo, qui est un dialecte de langue d’oïl parlé en Bretagne orientale ; dans le reste de la Bretagne, dite Bretagne bretonnante, on dénombre quatre dialectes celtiques : le trégorois, le vannetais, le léonard et le cornouaillais. Et chaque dialecte se décompose en sous-familles, celles-ci étant si diverses que les linguistes ne se réfèrent qu’aux parlers qui les composent. Au sein du cornouaillais, on distingue ainsi les parlers du pays Bigouden, du Poher, du Cap Sizun ou encore du pays de l’Aven.

Les choses se compliquent encore si l’on considère qu’à l’intérieur même de ces zones, il existe des sous-dialectes spécifiques. Ainsi, le sous-dialecte du pays Bigouden diffère entre les locuteurs de Quimper et de ses alentours et ceux de la région de Douarnenez.

En organisant la promotion des langues régionales en Bretagne par le biais des écoles bilingues, qui enseignent une forme d’esperanto composé des différents parlers bretons, incompréhensible par ceux qui ont l’un de ceux-ci pour langue maternelle, on contribue à la liquidation d’un patrimoine linguistique bien plus riche dans la réalité que dans la description sommaire que je viens d’en faire. Je rappelle par parenthèse que cet esperanto breton a été inventé en 1941 par un admirateur du régime nazi.

Pour toutes ces raisons, les langues régionales ne doivent pas figurer dans la Constitution."

12/06/2008

Sloveneg/Slovène : "La langue ignorée de Boris Pahor"

0b047e01aeacd96bf141d47b4591a7f2.jpg- Ne vez ket embannet kalz a dra barzh ar gazetenn sizhuniek Marianne, a-zivout ar yezhoù "rannvroel", minorelezhet, "bihan" (ha gwell a-se marteze)... Barzh an niverenn ag ar 24 a viz Mae paseet m'eus kavet memestra ur pennad skrid interesus a-fed ar sloveneg, yezh komzet e Bro Slovenia, hag a zo bremañ ur stad dizalc'h; met komzet ivez en Italia hag Austria. Ar sloveneg a zo yezh a vihan ur skrivagnour brudetoc'h brudetañ, Boris Pahor, 95 vloaz, ganet e Trieste, ur gêr e-tal Venise, en Italia... Met, da vare Mussolini e veze difenet groñs komz sloveneg. Setu ar pezh a zo displeget get Boris Pahor barzh Marianne edan pluenn Alexis Liebaert. 

- L'hebdomadaire Marianne ne publie pa grand-chose sur les langues dites "régionales", "petites", minorisées (et peut-être est-ce mieux ainsi...). Dans le numéro du 24 mai dernier j'ai, cependant, trouvé un article intéressant sur le slovène, langue parlée en Slovénie, un Etat désormais indépendant, mais aussi en Italie et en Autriche. Le slovène est la langue d'un écrivain de plus en plus connu, Boris Pahor, 95 ans, né à Trieste, ville proche de Venise, en Italie... Mais, à l'époque de Mussolini, parler slovène était interdit en Italie. C'est ce qu'explique Boris Pahor dans Marianne sous la plume d'Alexis Liebaert. Extraits :

 <Ecrivain triestin, donc. Oui mai le vieil irréductive n'est pas tout à fait de la familles des Italo Svevo ou Claudio Magris. Car s'il partage avec eux cet amour charnel pour le port encaissé dans ses montagnes, il écrit, lui, en slovène, pas en italien. "J'aurais, bien sûr, pu écrire en italien, j'en avais la capacité, explique le vieil homme dans un français parfait, mais j'ai choisi le slovène sans ignorer évidemment que cela rendrait plus aléatoire une éventuelle renommée internationale">. 

Les noms de familles italianisés... et les tombes aussi 
Les fascistes arrivent au pouvoir en Italie. A l'âge de 7 ans Boris Pahor assiste <terrorisé à l'incendie par les Chemises noires du palais de la culture et du théâtre slovène. Du souvenir de ce choc initial naîtra, bien des années plus tard, la décision d'écrire en slovène. Noble résolution, mais bien difficile à tenir. "Les italiens avaient interdit l'usage du slovène, se souvient l'écrivain, à l'école, bien sûr, les cours étaient en italien, et il était même défendu de parler slovène dans les rues". Pis, tout à leur folie assimilatrice, les nouveaux maîtres "avaient, raconte Boris Pahor, décidé d'italianiser les noms des habitants slovènes, allant jusqu'à italianiser les noms gravés sur les tombes. Nous y avons echappé par chance, sinon j'imagine que de Pahor, nous serions devenus des Patroni ou quelque chose dans ce genre">. 

Entré dans la Résistance aux fascistes, Boris Pahor est arrêté en 1944 et déporté (Struthof, Dachau, Bergen Belsen), pendant 18 mois. Il est ensuite soigné en France puis rentre au pays. Il se met à écrire, en slovène. Ses romans, publiés dans la Slovénie désormais yougoslave, sont interdits pour "anticommunisme" ! Ce n'est qu'en 1990 qu'un de ses livres, traduit en français, connaît un certain succès. Pahor a 77 ans !

"Sur un pied d'égalité"
Aujourd'hui, à 95 ans, d'après Marianne, il serait "nobélisable". L'écrivain de langue slovène en veut à ses compatriotes italiens : "Les Italiens ont toujours refusé de regarder en face leur passé. Quand ils font une loi sur la mémoire, c'est pour célébrer le souvenir des communistes au lendemain de la guerre, pas pour réfléchir sur leur période fasciste. De cela, oui, je leur en veux". (...). "Mais au fond, l'important, c'est qu'aujourd'hui nous recommençons à exister sur un pied d'égalité, dans le cercle des cultures reconnues".

Boris Pahor : L'Appel du navire, Ed. Phébus, 288 p, 21 €.  

27/05/2008

Langues régionales : le cercle Sten Kidna approuve le projet de modification de la Constitution

"L'association du pays d'Auray (56) Kerlenn Sten Kidna se réjouit du vote, jeudi dernier, par l'Assemblée nationale, d'un amendement visant à modifier la Constitution française : "Les langues régionales appartiennent au patrimoine" de la Nation, indique cet amendement qui devrait compléter l'article 1 de la Constitution. Il a été approuvé par l'ensemble des partis politiques représentés à l'Assemblée (UMP, Nouveau Centre, MoDem, PS, Verts, PC), ce qui est également un signe important de prise en compte des langues régionales.

Cet amendement doit maintenant passer au Sénat, puis être présenté au Congrès (réunion du Sénat et de l'Assemblée) qui se réunira début juillet à Versailles pour voter les modifications de la Constitution actuellement en discussion.
C'est la première fois qu'un tel vote a lieu. Il était attendu depuis longtemps. Certes, il n'implique pas la ratification de la charte européenne de langues minoritaires, ce qui est dommage, mais il s'agit d'une reconnaissance qui renforce la légitimité des langues régionales et des actions menées pour leur survie et leur développement. Nous espérons que cette reconnaissance facilitera l'enseignement et la pratique de ces langues qui sont un "patrimoine" vivant et en devenir. Notre association travaille en ce sens dans le pays d'Auray pour la langue bretonne. Nous approuvons donc la démarche des députés et souhaitons qu'elle soit suivie par les sénateurs."

Kerlenn Sten Kidna/Cercle Sten Kidna,
8 rue Joseph Rollo, 56400 An Alré/Auray

26/05/2008

Nations Unies : "La France sévèrement rappelée au respect du droits des langues et cultures régionales"

Kemenadenn/Communiqué : "EBLUL-France, comité français du Bureau européen des langues moins répandues, qui est intervenu au cours de l'examen du troisième rapport périodique de la France au Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies, entre le 28 avril et le 16 mai, se félicite des observations finales et des recommandations qui ont été faites à la France par le Comité des dix-huit experts indépendants des Nations Unies.

Le Comité déplore à nouveau « l'absence de reconnaissance officielle des minorités à l'intérieur du territoire ».« le droit d'utiliser une langue minoritaire, qui ne peut être exercé qu'en commun avec les autres membres du groupe minoritaire » ne sont pas respectés en France. 

Le Comité déplore aussi que « l'absence de reconnaissance officielle des langues régionales et minoritaires a contribué au déclin constant du nombre de locuteurs de ces langues. »

Le Comité rappelle à la France que « l'égalité devant la loi et l'interdiction de discrimination ne permettent pas toujours d'assurer l'égalité et l'effectivité de la jouissance des droits de l'homme, en particulier des droits économiques, sociaux et culturels, par les personnes qui font partie de groupes minoritaires ».

Le Comité des Nations Unies appelle la France à réviser sa Constitution afin « qu'elle reconnaisse officiellement la nécessité de protéger la diversité culturelle et tous les groupes minoritaires sous la juridiction de l'État partie ».

Le Comité réitère et confirme ses demandes à la France pour qu'elle lève ses réserves sur les articles 27 du Pacte international sur les droits civils et politiques et sur l'article 30 de la Convention des droits de l'enfant (droit des personnes faisant partie de groupes minoritaires), et qu'elle ratifie la Convention cadre du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales, aussi bien que la Charte européenne pour les langues régionales ou minoritaires et le protocole n° 12 de la Convention européenne des droits de l'homme contre toutes les formes de discrimination.

Le comité demande à la France d'accroître ses  efforts pour préserver et promouvoir les langues et cultures régionales, notamment dans l'enseignement public, à la télévision et à la radio et demande la reconnaissance officielle de ces langues dans la Constitution.

EBLUL, se réjouit du premier pas important du Gouvernement et de l'Assemblée nationale de la France qui viennent de prévoir une reconnaissance des langues régionales dans la Constitution. Mais il constate aussi que beaucoup d'autres étapes sont à franchir pour que la France rattrape son retard considérable par rapport aux autres pays européens et par rapport aux principes qu'elle a ratifiés dans le traité de Lisbonne notamment, avant que tous ses citoyens puissent jouir de leurs droits culturels fondamentaux, étroitement liés à leurs droits économiques et sociaux."

Source : Kuzul sevenadurel Breizh/Conseil culturel de Bretagne  http://www;kuzul.info/