Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2011

Ai'ta. Arouez "Bretagne" : hag ar brezhoneg ?

Kemenadenn a-bezh strollad Ai'ta.

"D’ar 27 a viz Genver diwezhañ e oa bet lañset war an ton bras arouez nevez « Bretagne » gant Jean-Yves Le Drian. Ne vern ar pezh a c’haller soñjal diwar-benn talvoudegezh ur merk evit Breizh, diwar-benn braventez al logo-se peotramant an arc’hant bras ’zo bet postet ennañ… Un dra a zo sur ha ne c’hallomp ket degemer anezhañ : an arouez-se koulz hag al lec’hienn internet savet d’e vrudañ a zo divrezhonek penn-da-benn ! Deomp-ni eo splann an traoù : evel ma gane Alan Stivell, « Hep brezhoneg, arabat komz diwar-benn Breizh!.
Setu petra ’zo kaoz e kinnigomp d’an holl dud, kevredigezhioù, strolladoù skrivañ evel en deus graet Ai’ta ! evit sevel groñs a-enep an doareoù-mañ… Hiziv an deiz, pa vez anv deus Breizh, pa vez dispignet arc’hant foran e Breizh, e rank hor yezh kaout he flas !

Bezomp kantadoù o skrivañ da Jean-Yves Le Drian ’ta : presidence@region-bretagne.fr
pe c’hoazh
Ao. Jean-Yves Le Drian Kuzul Rannvro Breizh 283, bali Jeneral Patton 35 711 ROAZHON"

18/02/2011

Les sénateurs votent pour les panneaux bilingues en entrée de communes

Ur c'hinnig lezenn a zo bet votet get ar senadourion, dimerc'her, evit ma vo lakaet barzh al lezenn ar gwir da lakaat pannelloù divyezhek er c'humunioù; ar pannelloù-se a oa bet lakaet en arvar get ur lezvarn e Montpellier e miz Here paseet. Al lezenn-se a zo da vout kadarnaet bremañ get ar gannaded.
Les sénateurs viennent de voter, mercredi, une proposition de loi pour que les panneaux bilingues français-langues régionales, à l'entrée des communes; l'existence de ces panneaux, en effet, avait été mises à mal par un jugement, à Montpellier, en octobre.

Rentañ kont an tabutoù/Compte rendu des débats :

http://www.senat.fr/seances/s201102/s20110216/s20110216_m...

Frédéric Mitterrand : "Loin de constituer un quelconque repli identitaire, la signalisation bilingue est, au contraire, un dévoilement identitaire. Elle nous donne à voir notre pays pour ce qu’il est aussi : le foyer de langues diverses. La manifestation publique des langues de France révèle un des visages de la France. C’est un miroir qui nous renvoie l’image plus fidèle de la nation, politiquement une et culturellement plurielle. (...)."

14/02/2011

Yezhoù rannvroel : labouret 'vez c'hoazh er parliamant

Dilennedi 'zo a genderc'hel da labourat er parliamant evit ma vo votet ul lezenn evit ar yezhoù rannvroel.
Certains élus continuent de travailler au Parlement pour qu'une loi en faveur des langues régionales soit votée. (Trugarez da Rémi Beauto).

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localt...

07/02/2011

Loi sur les langues régionales : le gouvernement persiste dans son refus

Dilennidi zo, kannaded ha senadourion, o deus kinniget ur c'hinnig lezenn evit diazeziñ ar pezh a vez graet ar yezhoù rannvroel met  gouarnamant Bro C'hall a zo aheurtet awalc'h, ne faota ket dezhan sevel al lezenn se a oa bet prometaet getan...
Des élus, députés et sénateurs, ont élaboré une proposition de lois pour consolider les actions en faveur des langues régionales, mais le gouvernement français continue obstinément de refuser une loi qu'il a pourtant promise...
http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2010-2011/201101...

06/01/2011

Sur les traces de l'histoire de Bretagne... et de France

Hl'union088.jpg

C'est ma première promenade de 2011 que je vais vous conter maintenant. Dimanche 2 janvier, j'étais chez des amis, à Liffré. L'amie chez qui je loge me propose d'aller nous promener de bon matin (10h30) non loin de là à Saint-Aubin du Cormier, lieu de la célèbre bataille entre l'armée du duc de Bretagne et celle du roi de France, le 28 juillet 1488. Pas une échauffourée, non : entre 6.500 et 9.500 soldats sont morts sur ce site, selon les sources (1), et la plupart (5.000.6.000 ?), de l'armée bretonne qui s'est pris, ce jour-là, une grosse raclée. Comme nous avions passé les jours précédents à bien manger et à boire un peu plus que d'habitude, Réveillon oblige, nous avions bien besoin d'aller marcher, et la proposition a été retenue.

Nous voilà à trois, mon amie, son compagnon, et moi, sur les traces de l'histoire de Bretagne et de France. Direction Saint-Aubin du Cormier, que nous laissons de côté... Pour échouer entre un camp militaire et des haras ! Pas la moindre traces du site historique. Pourtant, les panneaux ne manquent pas, de toutes sortes, indicateurs, publicitaires, etc, mais non, rien.

Mon amie appelle une de ses amies pour avoir plus de précisions et nous comprenons que nous avons tourné à gauche trop tôt, 100 mètres avant le site. Mais là, bis repetita. Nous apercevons bien, de la route, un monument, mais pas plus de panneaux ni d'indication d'un parking... Décidément, il y a des batailles moins importantes qui sont mieux commémorées. Sur le site lui même, un monument de pierres, avec un croix, et des plaques à la mémoire des soldats morts à cet endroit. Mais pas d'explications historiques, pas de panneau, de musée... Le monument a été construit à l'initiative de l'association Koun Breizh, Le souvenir breton, en 1488 (2). Vingt mètres plus bas, un panneau d'information sur le GR qui passe par là signale qu'un deuxième monument existe, un peu plus loin, dans un lieu privé mais accessible. Nous le cherchons, mais vainement. Certains chemins sont bloqués, fermés à la circulation piétonne, et dans des réserves de chasse. D'ailleurs nous entendons des tirs. Nous ne trouvons pas ce deuxième monument.

C'est étonnant quand même. Nous voilà face à une grande victoire de l'armée française. Une étape cruciale dans la construction de la royauté (et de l'Etat français), qui aboutit au « rattachement » de la Bretagne à la France, et la France ne commémore rien, ici. Gergovie, Poitiers, Bouvines, Marignan, Austerlitz, la bataille de la Marne... Elle est longue la liste des batailles (et pas que des victoires d'ailleurs) qui font partie de la conscience collective; qui ont fait l'objet de moultes émissions, publications, recherches, cours... Et Saint-Aubin du Cormier ?

Il est vrai que le roman national français raconte une autre histoire, celle d'un mariage. La duchesse de Bretagne s'est mariée au roi de France, et c'est ainsi que le « rattachement » a eu lieu. Pourquoi donc commémorer une bataille et nuire à cette belle romance ? Rappeler qu'ici au moins 25.000 soldats étaient engagés : 25.000 ! Ce n'était pas une embuscade mais une vraie bataille entre Etats, même si l'un était un duché, et l'autre un royaume.

Hanne089.jpgEt combien de personnes sont mortes pour ce « rattachement » idyllique. 6.500 à Saint-Aubin du Cormier, et combien ailleurs : la guerre a duré de 1487 à 1491 ? Je n'ai jamais vu d'estimations là dessus. Etonnant non ? Car même après cette défaite, et la mort de son père François II (septembre 1488), Anne de Bretagne ne s'est pas résignée. Elle a épousé, par procuration, le duc d'Autriche et chercher des alliés pour continuer la guerre. Ce n'est que définitivement vaincue, qu'elle a capitulé et accepté les épousailles avec Charles VIII. Beau roman, belle passion amoureuse !

L'Etat français, le royaume puis la République, s'est, ainsi, largement construit par la guerre, par des conquêtes militaires : le comté de Toulouse, la Corse, la Franche Comté, la Bretagne... Puis ensuite la colonisation. Mais ce passé là, en 2011, 523 ans plus tard, la République française ne peut toujours pas l'assumer ? Le regarder en face ? Et la région Bretagne non plus ? Pour la guerre et les crimes commis alors, il y a prescription. Mais le refus de voir le passé en face, lui, a des conséquences pour le présent, notamment dans la négation et l'oubli de pans entiers de notre histoire qui nous constituent pourtant; dans la négation de cultures et langues différentes; dans le maintien d'un modèle qui confond égalité et uniformité; dans un centralisme qui étouffe les régions et leur créativité à dessein.

« L'enfer est privation d'histoire » écrivait Morvan Lebesque. Mais la privation d'histoire est aussi privation d'avenir.

Christian Le Meut

(1) Selon Georges Minois 26.000 soldats prirent part à la bataille et entre 5.000 et 6.000 furent tués dans les rangs de l'armée bretonne et quelques centaines dans l'armée du roi de France. Dominique Le Page et Michel Nassiet donnent les mêmes chiffres dans « L'Union de la Bretagne à la France », Skol Vreizh, 2003 (et 1.500 morts dans l'armée française). Des données un peu différentes sont fournies par Wikipedia, qui indique plutôt 9.500 morts. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Saint-Aubin-du-C...

Plusieurs associations travaillent pour que le site soit mieux mis en valeur :

http://kounbreizh.free.fr/

http://aubin35.free.fr/site3/istor.htm

04/01/2011

Istor Breizh/Bro C'Hall dre Wikileaks : histoire de Bretagne et de France via Wikileaks

Istor Breizh ha Bro C'Hall displeget get Michel Rocard da gannad Stadoù Unanet e Pariz, e 2005...
L'histoire de la Bretagne et de la France expliquée par Michel Rocard à l'ambassadeur des Etats-Unis en France, en 2005...

"2. (C) Rocard, like former president Valery Giscard d'Estaing (reftel), believes that French history provides the keys for understanding French politics and France's policies. Rocard's point of departure is France's emergence as a nation-state. The history of other European nation-states is that of linguistic communities serving their trade needs. France created itself by destroying five cultures -- Breton, Occitan, Alsatian, Corsican, and Flemish. "We are the only European nation which is the military creation of a non-homogeneous State. This makes France difficult to govern to this day. This explains our difficulty in reforming, our slowness," he said."

http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/ext/http://wikil...

05/11/2010

Chroniqueurs de la Cour...

Lennet ar mintin mañ war lec'hienn Arrêt sur image, kronikenn Daniel Schneidermann/Lu ce matin sur le site Arrêt sur image, chronique de Daniel Schneidermann :

"Pourquoi repenser ce matin à cet épisode des félicitations à Borloo ? Parce que je viens d'entendre, sur France Inter, Rocard reprocher pour la huit cent soixante douzième fois de sa carrière à un journaliste, de ne s'intéresser qu'à ses bisbilles avec Mitterrand, et pas à toutes les tâches ingrates accomplies au cours de sa carrière politique. En quoi il a parfaitement raison : les morceaux d'éloquence qui ressortent aujourd'hui du congélo pour chroniquer le combat de titans Fillon-Borloo, sont les mêmes, qui ont déjà servi pour Giscard-Barre, ou pour Chirac-Balladur. S'il y a bien une chose qui ne change pas depuis Rocard (et, plus loin, depuis le Versailles de Patrice Leconte) c'est la domination sans partage des chroniqueurs de la Cour sur l'ensemble de la vieille presse, et leur mépris d'airain pour les lointaines provinces, où l'on crève dans les marais."

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9553

01/11/2010

Langues régionales/Yezhoù rannvroel : une proposition de loi déposée

Kinniget e vo un destenn-raktres-lezenn get kannaded ar strollad studiañ ar yezhoù rannvroel er vodadeg veur, a-benn nebeut, eme Jean-Jacques Urvoas, kannad Penn Ar Bed (PS)./Un texte de proposition de proposition de loi va être déposé "dans les jours qui viennent", par les députés du groupe d'études des langues régionales à l'assemblée nationale annonce le député Jean-Jacques Urvoas (PS 29), qui ajoute : "Le temps de la mobilisation est venu".

http://www.letelegramme.com/fil_region/fil_bretagne/langu...

30/09/2010

Chine : les Cantonais ne rient pas, ils manifestent pour leur langue

- Diaesamentoù 'zo e Bro Sina get ar yezhoù : ar gouarnamant en deus c'hoant lakaat ar yezh ofisiel, ar mandarineg, da vout skignet ha komzet ar muian posupl, met tud a Sina kreisteiz, a Kanton, n'int ket kountant ha savet o deus a-enep politikerezh ar gouarnamant. Ar pezh a zo danjerus awalc'h evite memestra...
- En Chine aussi, il y a des conflits linguistiques. Récemment les Chinois de Canton ont manifesté contre la politique d'uniformisation de la langue chinoise (mandarin) au détriment du dialecte cantonais. Deux manifestation ont eu lieu en août, ce qui demande un courage certain...

Trugarez vraz da Alwenn evit al liamm/Merci à Alwenn pour le lien.

http://www.aujourdhuilachine.com/actualites-chine-les-can...

01/07/2010

"Des clopinettes pour les langues régionales"

"Des clopinettes pour les langues régionales" eme Gaël Briand war e vlog... Pegement a goust ar yezhoù rannvroel e Bro C'Hall, hag ar brezhoneg e Breizh ? Kit da lenn war blog "chacalito" :
Combien dépense la République française pour les langues régionales, et la région Bretagne pour le breton et le gallo ? A lire sur le blog de Chacalito :

http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/

28/06/2010

Rannvro Breizh/région Bretagne : pemp departamant/cinq départements

Setu ar pezh a zo bet votet a unvouezh get ar c'huzul rannvroel Breizh digwener paseet. Voici le texte voté à l'unanimité par le conseil régional de Bretgagne samedi dernier.
Conseil régional de Bretagne Séance plénière des 24 et 25 juin 2010 : motion déposée par Monsieur Guy Hascoet au nom du groupe Europe Écologie Bretagne et Monsieur Herri Gourmelen au nom du groupe UDB - autonomie et écologie

"Le Conseil régional de Bretagne : (...)

Considérant le renouvellement des membres du Conseil régional qui résulte des élections des 14 et 21 mars 2010,


1) réitère son adhésion au principe de la réunification administrative de la Bretagne,


2) se prononce en faveur de l'organisation d'une consultation des populations concernées par la réunification administrative de la Bretagne, conformément à l'article 72-1 de la Constitution, et demande aux autorités compétentes d'agir en ce sens,


3) décide de créer un nouveau groupe de travail interne à la Région Bretagne, pouvant faire appel à des expertises extérieures, chargé de réfléchir et de faire des propositions en faveur de la réunification administrative de la Bretagne qui soit conforme aux vœux des populations concernées. Ce groupe de travail sera également informé des travaux de la commission mixte qui réunit des représentants des exécutifs du Conseil régional de Bretagne et du Conseil général de Loire-Atlantique et pourra émettre des propositions ;


4) confirme sa volonté de développer les coopérations concrètes avec le Conseil général de Loire-Atlantique et d'ouvrir les instances de concertation de la Région Bretagne au Conseil général de Loire-Atlantique à l'instar de ce qui a déjà été fait au niveau de la Conférence régionale de la mer et du littoral ou de la plateforme permanente des acteurs bretons de la solidarité internationale (ABCIS)."

01/06/2010

Dans L'Humanité : Jaurès a pris "fait et cause pour l'enseignement scolaire de l'occitan et des autres langues "régionales""

Jaurès022.jpg"Ce que Jaurès nous dit aujourd'hui" : setu titl un teuliad embannet get ar gazetenn L'Humanité disadorn (30/05), goude ur c'hollok tolpet e Tolosa digwener paseet. Krog a ra get ur pennad skrivet get Rémy Pech ha titlet : "Paroles et pensées pour une langue, une culture : l'ancrage occitan"...
"Ce que nous dit Jaurès aujourd'hui" est le titre d'un dossier publié samedi 29 mai 2010 dans le journal l'Humanité, suite à un colloque tenu à Toulouse vendredi dernier. Ce dossier commence par un article de Rémy Pech intitulé : "Paroles et pensées pour une langue, une culture : l'ancrage occitan"...

Lodennoù/Extraits : "D'une enfance à la campagne, Jaurès a retiré une familiarité réelle avec le monde paysan, ses us et coutumes, ses souffrances et ses aspriations, et bien sûr sa langue qu'il a toujours respectée et considérée comme un véhicule de la pensée et de l'action politique, au même titre que le français. Les témoignages abondent de sa pratique usuelle de l'occitan au cours de ses campagnes électorales (...). C'est assez tardivement, mais très fermement, à la suite de son voyage en Amérique latine, qu'il prend fait et cause pour l'enseignement scolaire de l'occitan et des autres langues "régionales", alors en usage général mais absentes et pourchassées dans les écoles. Assez isolé dans une gauche marquée par le jacobinisme et la méfiance envers les récupérations possibles par la droite antirépublicaine, Jaurès a ainsi légitimé les combats pour le développement de l'occitan, dont l'actualité n'a pas faibli."...

Traoù all a oa bet embannet war rezore a ziar benn Jaurès hag ar yezhoù rannvroel. D'autres articles ont été été publiés sur Rezore à propos de Jaurès. Tresadenn tennet a L'Humanité/Dessin tiré de l'Humanité (29/05/2010)

http://rezore.blogspirit.com/archive/2006/02/25/et-jaures...

http://rezore.blogspirit.com/archive/2006/03/04/jaures-po...