Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2007

SNJ : le devoir d'informer plutôt que la volonté de plaire

« La rupture tranquille », nous conduit-elle à la démocratie du « Bon plaisir » ? s'interroge le Syndicat national des journalistes dans un communiqué : "La direction du Journal du Dimanche a estimé nécessaire de renoncer, dans son édition du 13 mai 2007, à la publication d’une information concernant l’élection présidentielle : l’épouse du futur président n’a pas voté au second tour. e problème est que cette nécessité n’est apparue qu’à la suite d’appels téléphoniques émanant, notamment, du propriétaire du journal.
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), premier syndicat de la profession, condamne cet acte de censure et apporte son soutien à ses confrères du JDD. Il appuie toutes les actions que ses sections du groupe Hachette-Lagardère vont mener et appelle l’ensemble des rédactions à s’opposer publiquement à toute autre tentative de remplacer le devoir d’informer par la volonté de plaire."

http://www.snj.fr (voir les liens)

Kenavo Jakez Chirac...

 Jakez Chirac a ya kuit hiriv ag an Elysée; setu ar pezh a skriven a ziar e benn e miz Ebrel.

“Me ho kar” : setu ar pezh n’eus lâret deomp ar prezidant Chirac d’an unnek a viz Meurzh paseet : bizkoazh kement all. Jakez, hor prezidant deomp-ni abaoe daouzek vloaz, em c’hare, ha n’en ouien ket. Mechal  emestra mard Jakez a gar razh ar Franzision, pe ul lodenn anezhe; pe lodennoù dishenvel hervez an amzer ha hervez an avel : ar re a zehoù a wezhoù, pe ar re a greiz, pe ar re a gleiz...

Er maez a Frans Jakez a zo bet un ekologour bras, hag un den a gare ar yezhoù hag ar sevenadurioù all. Met petra en deus graet evit sikour get ar yezhoù all a Frans, evel ar brezhoneg ? Netra, pe dost. Sinet oa bet get Lionel Jospin, ministr kentañ d’ar c’houlz-se, Karta Europa ar yezhoù rannvroel, e 1998, met ne oa ket bet ratifiet get parliamant. Ha Jakez n’en deus graet netra evit sikouriñ get Jospin, ar c’hontrel.

Petra n’eus graet Jakez evit an ekologiezh en diabarzh a Frans: pas kalz a dra ivez. Ha geo : savet en deus ar “C’honservatoire du littoral” tregont vloaz zo evit preniñ tammoù an aod, da vout miret evit an amzer da zont. Setu ur sonj vat hag en deus graet berzh. Met Jakez ne oa ket en e unan : dindan prezidant Giscard en deus savet an dra-se. Trugarez da Valery ivez, neuze ha retred mat deoc’h-c’hwi, an daou.

Karantez betek ar brezel
Jakez hor c’har-ni, Fransizion, razh. Met laret en doa traoù displijus, traoù fall, a fed familhoù zo daet da labourat ha da vout e chom e Bro C’hall; “le bruit et l’odeur”, sonj peus ? Hag ar gKanaked : Jakez a gar ar gKanaked, sur awalc’h, met kaset en doa memestra an arme d’ar C’haledonie Nevez evit gwaskiñ ar gKanaded a faote dezhe en em zistagañ a vro Frans. Er bloaz 1988, c’hwec’h soudard hag ugent Kanak, sitoianed a Frans, razh, oa marv du-hont pa oa Jakez e penn ar gouarnamant. Ur sort brezel sivil a groge. Eurasamant, ar bloaz se, Jakez oa bet trec’het get Mitterrand e-pad votadegoù prezidant. Ha setu Jakez er maez ha Rocard ministr kentañ. Getan oa bet sinet emglevioù peoc’h Matignon, hag a zalc’h c’hoazh hiriv an deiz...

Jakez n’eus graet un dra vrav memestra : n’eo ket aet d’an Irak da vrezeliañ get George Bush.

Aferioù, aferioù...
Jakez oa bet ivez e penn ti ker Pariz. Tud oa bet gobret get an ti ker-se da labourat evit an RPR ar pezh a veze (hag a vez) difennet grons. Ur bochad aferioù e giz-se zo bet, pad buhez publik Jakez Chirak. Hag e vuhez publik n’eo ket echu : ur wezh aet kuit ag an Elysée, e miz Mae, Jakez en do un emgav get ur barner e kreiz miz Mezheven, hervez ar pezh a lâr ar c’hazetennoù. Rit ket bill, ne vo ket lakaet en toull bac’h, na Jakez nag e vBernadette santel. Hag a gres d’e emgavioù get ar varnourion, ne gavay ket, Jakez, re hir an amzer e-pad e retred. Rak esperans m’eus e vo emgavioù all get ar varnourion. Dober hon eus e Frans a varnourion a ra o labour, ar justis a zo digabestr, sanset...

Mechal memestra perak omp karet get Jakez. D’am sonj,  ar pezh a gar Jakez, kentoc’h,  a zo bout hor prezidant. Met en a “gar” kement-se ar Fransizion hag en deus kavet unan all evit tapout e blas ! Nag ur paotr jentil, ar Jakez. Ha piv eo an dañvez prezidant dibabet get Jakez ? Niko : unan all hag hor c’har betak sakrifiiñ e vuhez evidomp-ni ! Trugarez deoc’h paotred. Met get Nick ne vo ket memes doare : ret vo deomp karout Frans (hag he frezidant, evel rezon) pe kuitaat ar vro... Me, me gar m’em bro-din me, met pas razh ar pezh a vez graet get pennoù bras ar vro. Kement da vout lakaet er maez ?

Get Niko, “razh” ne vo ket posupl
Get Niko, “razh an traoù a vo posupl”, emezan... Razh ? Nann : pas razh. Ne vo ket posupl dezhañ ratifiiñ Karta europa ar yezhoù rannvroel, setu ar pezh en deus reskontet dija. Niko a gar ar yezhoù rannvroel a Frans, hervez ar pezh a lâvar hennezh, met ne vo ket chanchet ar gonstitution evite. Ne vo ket roet ur statud ofisiel dezhe. Krog a ra fall an traoù...

E c’hortoz, kenavo deoc’h Jakez. Me,  ne garan ho toare d’ober politikerezh met me gar nebeutoc’h c’hoazh doare ho mignon Niko. Deomp-ni d’en em dennañ bremañ evit an amzer da zonet, hepdoc’h. Ha me, evel sitoian a Frans, hag a Vreizh, ne laran ket mersi deoc’h.

Christian Le Meut

Chirac : au revoir, au revoir, Président

Ca y est, il s'en va, le grand Jacques : le regretterons-nous un jour ? En attendant je réédite cette note parue en avril.

“Je vous aime” : c’est la déclaration que nous a faite le président Jacques Chirac le 11 mars dernier. Quelle émotion, le grand Jacques nous aime et il attend la fin de son second mandat pour nous le dire. Que ne l’a-t-il dit plus tôt ? Nous nous en serions portés mieux, non ? Mais qui aime-t-il, en fait ? Tous les Français ou seulement certains. Parfois ceux de droite ? Parfois ceux de gauche ? Parfois ceux du centre ? Les trois peut-être, mais par intermittence et en fonction du vent et du moment.

Aime-t-il également les travailleurs étrangers et leurs familles sur lesquels il fit des déclarations proches de la xénophobie; on se souvient du “bruit” et de “l’odeur” ? Aime-t-il nos compatriotes Kanak ? Lorsqu’il était premier ministre entre 1986 et 88 sa politique en Nouvelle-calédonie conduisit à une quasi guerre civile. La vingtaine de kanak et les six militaires, tous citoyens français, décédés sur l’île d’Ouvéa en avril 1988 sont-ils le résultat de l’amour profond que Jacques Chirac porte aux Français ? Ce glorieux résultat fut sanctionné lors des élections présidentielles de mai 1988. Mitterrand l’emporta sur Chirac et Michel Rocard, nouveau premier ministre, établit une paix durable en Nouvelle-Calédonie.

Jacques nous aime tellement qu’à peine élu président, en 1995, année du cinquantenaire d’Hiroshima, il relança les essais nucléaires dans le Pacifique. C’était pour notre défense, n’est-ce pas, pas pour celle des peuples du Pacifique qui n’apprécièrent guère la plaisanterie. Jacques a eu, cependant, quelques éclairs de lucidité durant ses deux mandats, comme celui de refuser de suivre Georges Bush en Irak.

De grandes idées à l’étranger... Mais peu d'application à l'intérieur
Notre président a été, pendant douze  ans, un fervent partisan de l’écologie et de la diversité culturelle. Mais pour ses discours à l’étranger surtout. A l’intérieur, il nous aime tellement que les langues régionales n’ont toujours pas de statut officiel en France. Lionel Jospin signa en 1998 la Charte européenne des langues minoritaires, mais elle fut repoussée par le Conseil constitutionnel consulté à la demande du président... Depuis ? Rien. Cette charte est appliquée dans 25 des 27 Etats de l’Union européenne, pas en France (ni en Grèce, semble-t-il). En cela, la France est une exception politique totalement ringarde en Europe aujourd’hui. Jakez, ar vrezhonegerion ne lâront ket trugarez deoc’h. Jacques, les bretonnants ne vous disent pas merci.

Quant à l’écologie et à la protection de l’environnement, elles sont à la traîne dans en France. Ah si, on peut mettre au crédit de Jacques la création en 1975 du Conservatoire du littoral qui contribue efficacement à sauvegarder nos côtes (notamment les côtes bretonnes), de la pression immobilière. Jacques était alors premier ministre de Giscard. Merci donc à Jacques et Valéry. Et bonnes retraites à tous les deux.

Bonne retraite et bon boulot aux juges !
La retraite de Jacques et de son épouse Bernadette risque cependant d’être un peu perturbée par les convocations des juges. Ils sont teigneux, ces juges. Et même que, théoriquement, ils sont indépendants du pouvoir politique. Quelle drôle d’idée quand même, surtout pour les responsables politiques qui ne bénéficient plus de l’immunité présidentielle... D’après les journaux, un premier rendez-vous pourrait avoir lieu à la mi-juin. J’espère qu’il y en aura d’autres après, comme ça, ça occupera sa retraite, à Jacques, ça lui mettra un peu de piment dans l’existence, sinon il risquerait de s’ennuyer. Et nous avons bien besoin, en France, de voir des juges faire leur travail jusqu’au bout. Cela pourrait réhabiliter l’institution judiciaire, qui en a bien besoin.

Je ne demande pas que l'on vous mette en prison, Jacques. Non. Mais un ou deux petits procès histoire d'établir les faits, et quelques peines d'intérêt général à la clé, là encore, pourrait vous occuper la retraite. Bénévole dans une association, ça pourrait vous ouvrir des perspectives : travailler pour rien, juste pour le plaisir et le service rendu à autrui, sans aucun retour. Aux Restaurants du coeur, à la Croix Rouge, ou ailleurs, histoire de côtoyer un peu la misère sociale de notre pays. Et puis, pourquoi pas, peut-être pourriez-vous rembourser un peu ?

Celà dit, Jacques a eu ou soutenu plein de bonnes idées pendant ses deux mandats présidentiels, comme la dissolution de l’assemblée nationale en 1997 ou le contrat première embauche en 2005-2006 qui a jeté dans la rue une grande partie de la jeunesse que la précarité économique et sociale attire peu. Je peux convenir qu’il nous aura fait rire, parfois. Mais c’était souvent involontaire de sa part.

Nico, le successeur
Jacques nous aime tant qu’il nous a trouvé un successeur qu’il a l’air d’apprécier beaucoup. Nico. Le petit Nico fait face à la grande Ségo, à Fañch et aux autres, dimanche prochain, pour le premier tour des élections présidentielles. Merci Jacques, pour le cadeau, car Nico en est un. Il nous dit que “tout est possible” avec lui. Avec vous déjà, Jacques, c’était le cas. Tout était possible, même le pire. Nico est donc un peu votre fils en politique. Il nous promet qu'ensemble, “Tout est possible”... Mais avec quelques restrictions cependant, comme celle de ratifier la charte européenne des langues minoritaires qui donnerait un statut officiel à la langue bretonne et aux langues régionales en France. Ah ben non, ça, il ne pourra pas le faire, il l'a déjà dit, ce ne sera pas possible; ça commence bien...

En attendant, Jacques, un peu moins d’amour, un peu plus de constance, de probité, de cohérence entre les discours et les actes, n’auraient pas nui. Après douze ans de votre présidence, la chose politique est largement déconsidérée en France et vous y êtes pour beaucoup (mais votre prédécesseur aussi). Je ne suis même pas certains de la sincérité de vôtre "amour" envers nous : ne confondez-vous pas plutôt avec un amour du pouvoir, de la reconnaissance officielle, de l'hôtel de ville de Paris, de Matignon, de l'Elysée... Mais nous ? Que savez-vous de nous ?

Maintenant vous allez partir. Nous allons devoir nous en sortir sans vous. Sera-ce pire, sera-ce mieux ? Je n’en sais rien mais en tout cas, moi, en tant que citoyen de la République française,  je n’ai pas aimé votre façon d’exercer votre fonction.

C’est ça, Jacques, le problème avec l’amour : il n’est pas toujours réciproque.

Christian Le Meut (avril 2007)

08/05/2007

Sarkozy : la croisière n'amuse pas

Il commence bien, notre nouveau futur président mais encore citoyen lambda : soirée au Fouquets, croisière sur un yacht : tout ça, c'est désormais possible, mais rien que pour lui. Et la belle vie, il a l'air d'apprécier !

Le Canard Enchaîné du 2 mai signalait qu'entre les deux tours (29-30 avril), le candidat des Français qui se lèvent tôt était déjà allé se reposer dans un modeste palace quatre étoiles en Corse, le Cala Rossa. Prix des chambres : entre 568 et 848 euros ! Et il en a fallu plusieurs pour le monsieur et sa sécurité.

Des goûts modestes, comme on voit, et des premiers signes inquiétants pour la suite quant à la proximité du futur président avec les plus riches capitalistes français.

 

06/05/2007

Fichage génétique des enfants : c'est déjà devenu possible

Bizarre, l'histoire ci-dessous n'a pas l'air de faire la une des médias depuis hier, et pourtant... Pas moins de 330.000 personnes sont désormais enregistrées au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg), et la loi Sarkozy n'interdit pas d'y enregistrer des enfants...

Source : Le Monde.fr, 5 mai 2007 : "Leur père est choqué. Deux frères de 8 et 11 ans pourraient se voir prélever leur ADN, par la gendarmerie, pour avoir volé deux tamagotschi et deux balles rebondissantes dans un hypermarché du Nord, raconte Le Parisien, samedi 5 mai 2007. Les échantillons seraient conservés dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).

Des gendarmes se sont rendus cette semaine au domicile familial. (...) Ils ont expliqué à mon fils aîné qu'il serait photographié, qu'on lui prendrait ses empreintes digitales et aussi ses empreintes génétiques, ajoutant même que mon fils ne pourra pas forcément faire le métier qu'il veut plus tard car il sera fiché !"

Comme beaucoup de Français, le père pensait que le fichage génétique était réservé aux délinquant sexuels, et aux adultes. (...). Il n'en n'est rien, précise Le Parisien. La loi ne prévoit ainsi pas d'âge minimum, rappelle le quotidien. Depuis la loi Sarkozy sur la sécurité intérieure de 2003, une centaine de délits obligent à se soumettre au prélèvement génétique. Limitée, à l'origine, aux infractions sexuelles, la législation concerne aujourd'hui les meurtres et les cambriolages, les vols simples, les tags ou les dégradations. Il concerne désormais les personnes condamnées mais aussi les simples suspects. Depuis l'entrée en vigueur de ces dispositions, le Fnaeg explose.

De 2003 à 2006, le nombre de profils enregistrés est passé de 2 807 à plus de 330 000. Bien que ce système ait permis d'élucider plus de 5 000 affaires, ceux qui s'opposent aux prélèvements dénoncent l'instauration d'un "répertoire de masse". Les refus de prélèvements génétiques pour des petits délits se multiplient, entraînant des procès.

Le père des auteurs du larcin s'opposera au fichage génétique de ses enfants, le cas échéant, malgré les lourdes sanctions prévues pour les contrevenants : jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende.

"Ce n'est pas du bétail que l'on doit marquer au fer, plaide-t-il dans Le Parisien. Les parents des deux chapardeurs les ont punis et sermonnés et se réjouissaient initialement du passage des gendarmes et de ses vertus pédagogiques. (...).

Le père et les deux fils étaient convoqués samedi après-midi à la gendarmerie".

04/05/2007

Degemer mat e 2008

Blead mat d’an holl, ni zo ar gwener daouzek a viz Genver 2008, setu an doéreieù war Radio Bro Gwened* :  

"Ar prezidant Nikolas Sarkozy zo daet hiriv da Bloermael er Morbihan da igoriñ e zelwenn lakaet e paraviz da hani Yann Baol II bet savet e fin 2006. Prezidant ar Republik zo bet degemeret get ministr ar “videosurveillance”, an aotroù Anselin, maer ar gumun e lec’h m’en deus lakaet abaoe pell dija kameraioù e pep lec’h barzh ar straedoù da sellet doc’h an dorfetourion.  

Delwenn ar prezidant Sarkozy a zo naw metrad a uhelder evel kani Yann-Baol II. Ur bochad tud zo daet da welet ar prezidant met ur vanifestadeg vihan, ha ne oa ket bet aotret anezhi, a zo bet savet get tud a gleiz pellan, gochisted ha c’hoazh. Ar re-se ne oa ket a-du get delwennoù Yann-Baol II ha Nikolas Sarkozy. An dud a oa e penn ar vanifestadeg a zo bet degemeret get ar polis; kaset e vint e pad c’hwec’h miz d’ober ur staj e Gantanamo, e Kuba, hervez an emglev sinet n’eus ket pell zo etre ar brezidanted Bush ha Sarkozy. E Gantanamo kelennerion ag ar Marines a ray kentelioù gimnastik ha politik d’ar pennoù kalet a Frans. Ret vo d’ar stajidi deskiñ dre envor skridoù ar brezidanted Sarkozy ha Bush.

Sportoù
E Frans minist ar sportoù, an aotroù Georges Frêche, a zo e kempenn ar skipailhoù broadel. Re a bennoù du zo barzh ar skipailh fobal, d’e sonj. Ar ministr n’eus goulennet get c’hoarierion mell-droad gwenn da zonet en dro barzh ar skipailh : Jean-Pierre Papin, Eric Cantona, Alain Giresse, Michel Platini, Just Fontaine ha Raymond Kopa zo bet galvet en dro. Met, evit lesket plasoù dezhe e vo ret da c’hoarierion du o c’hroc’henn mont kuit da vout lakaet barzh skipailhoù all : Thierry Henry ha Lilian Thuram a zo bet lakaet barzh skipailh Frans marc’h houarn e lec’h ma oa sportourion gwenn hepken; ha Didier Trézéguet a yay barzh skipailh neuñvial. Mod-se a vo kalz gwelloc’h an traoù, hervez an aotrou ministr Georges Freche. Hennezh en deus rebechet grons da Yannick Noah bout klasket repu er Venezuela.

People
Ma z’eus tud brudet a ya kuit ag ar vro, tud all a za en dro evel Johnny Halliday. Hennezh oa aet da vout e chom e Bro Suis e fin ar bloaz 2006 tra ma ma veze paeet re a dailhoù getan e Frans. Met Johnny zo daet eo en dro goude bout dilezet an tailh war ar re bitaod (ISF) get ar presidant Sarkozy. Laouen bras, Johnny n’eus lâret e sonj d’ar mikro : “Ha ya euh... euh... D’am sonj euh... Euh... Mod-se... Muioc’h a bezhioù monneiz m’bo, euh... mod-se, da reiñ da Vernadette C (bip)”...

Hum... Mersi bras da Johnny met emañ ret din lâr en dro an dra se memestra : difennet grons a vez bremañ lâr pe skriv anvioù tud zo, barzh razh mediaioù e Frans. Anvioù tud o deus klasket paraat doc’h Nicolas Sarkozy a vout prezidant ar Republik. Jacques C, Bernadette C, Segolene S, François H, Bertrand de V... ha c’hoazh. An anvioù-se n’hellont ket mui bout lâret; hag ar re-se zo bet kaset d’ul lec’h pell met bourrapl : Mururoa. Dezhe bremañ da netaat an enezenn-se, ul labour yalc’hus ha talvoudus memestra, e teskiñ dre envor levrioù ar prezidant Nicolas Sarkozy.

Deskadurezh ha sevenadur...
Deskadurezh bremañ : razh ar skolioù anvet skol “Paul Eluard”, pe “Louis Aragon”, pe “Pierre Perret” a vo chanchet o anvioù evit dont da vout “skol Johnny Hallyday”, pe "Enrico Macias" pe "Jacques Séguéla", hervez ar pezh a zo bet bannet hiriv get ministr an deskadurezh vroadel, an aotroù Paskal Sevran.

Evit ar pezh a sell doc’h ar sevenadur, selaouomp doc’h an aotroù ministr ar Sevenadur vroadel, an aotroù Doc Gyneco e tisplegiñ e brogram : “Ben euh... euh... ben... euh”.... Ha, d’am sonj diaesamentoù teknikel a zo get ar pezh bet laret get an aotroù Dok Gineco, n’eo ket al lusk mad d’am sonj... Geo, lakaet eo bet al lusk mad, hervez tud an deknik... Bon, ben, pasomp, ni selaouo Dok Gyneco ur wezh all...

Ha bremañ ur gemenadenn a berzh Minister an diabarzh ha yec’hed speredel ar Fransizion (Ministère de l'Intérieur et de la salubrité morale des Français) : “Abaoe ar pevarzek a viz Gouere 2007 ar Fransizion a zle kanal bemdez ar Varseillaise, dre ret, en o sav. Ar re vouzard a zle ivez kemer pezh get yezh ar sinoù; n’eus nemet ar merc’hed e toug a c’hell chom astennet, evit nompass lakat ar babigoù en arvar. Get ar c’hamerioù bet lakaet e bep ti e Bro C’hall a bezh, ar polis a c’hell gwelout ar sitoianed fall".

Flash diwezhan
Lavarout a ran kenavo deoc’h. Ar flash-se oa an hini diwezhañ e brezhoneg : adalek benn arc’hoazh e vo difennet ar yezhoù rannvroel barzh ar radioioù ha teleioù e Frans a bezh. Komz galleg dre ret barzh skolioù, mediaioù, familhoù, straedoù ha c’hoaz’h, setu ar pezh a zo bet divizet get ar gouarnamant hag ar prezidant Sarkozy. Adalek benn arc’hoazh e vo chanchet, neuze, anv Radio Bro Gwened evit “Radio Pays Vannetais” ha dilezet vo ar brezhoneg evit komz saozneg : “Deskomp saozneg da vout tostoc’h d'ar Stadoù Unanet”, setu galv ar prezidant Sarkozy.

Kenavo neuze, adieu et bonne chance, good luck and good bye.

* Ar gronikenn-se bet skignet war Radio Bro Gwened a zo faos... “Politik fiktion” eo. Get ma chomo faos.

Da lenn dre ret araok disul !!! medium_Sarko134.2.jpg

Bienvenue en 2008 !

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonjour nous sommes le vendredi 12 janvier 2008. Voici votre journal d’information sur Radio Pays Vannetais*.

"Commençons tout d’abord par un petit rappel : depuis le 1er janvier 2008 Radio Bro Gwened a été rebaptisée Radio pays vannetais à la demande de la Préfecture et en application de la loi du 14 juillet 2007 sur la cohésion sociale et culturelle de la Nation qui interdit l’usage des langues régionales sur les ondes. Votre radio a donc changé de nom. Elle demeure bilingue mais français-anglais, afin de favoriser les contacts avec nos alliés, les Etats-Unis.

A ce sujet, une mini-manifestation a eu lieu ce matin dans les rues de Pontivy pour protester contre cette décision. La meneuse, l’ancienne directrice Cécile Goualle, a été prise en charge par les forces de police et, conformément à la loi du 6 septembre 2007 sur l’ordre public, elle a été envoyée pour six mois dans un centre de formation, à Cayenne. Encadrée par des animateurs issus de la Légion Étrangère, dans un cadre naturel et revigorant, elle y suivra une session de remise en forme dans la jungle et recevra des cours de formation politique en apprenant par coeur, avec la méthode syllabique, l’oeuvre complète de son excellence Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy à Ploermel
Mais passons à l’information principale de ce jour : l’inauguration de la statue du Président Sarkozy en face de celle de Jean-Paul II, à Ploermel (Morbihan). Le Président Sarkozy est venu lui-même inaugurée sa statue de neuf mètres qui fait désormais face à celle de Jean-Paul II. Il était accompagné du ministre de la vidéo surveillance généralisée, M. Paul Anselin, maire de la ville qu’il a dotée depuis longtemps de caméras afin de surveiller les délinquants qui sévissent dans les rues de nos villes et nos campagnes.

Une foule nombreuse et spontanée assistait à ce grand moment d’émotion qui n’a été perturbé que par un rassemblement non autorisé de quelques gauchistes pris en charge par la police. En application d’un accord récent avec les Etats-Unis, ces quelques dizaines de manifestants seront envoyés pour six mois dans le centre de formation de Guantanamo où ils seront invités à suivre un renforcement physique et intellectuel en plein air, encadrés par de animateurs issus des Marines. Au programme : remise en forme, apprentissage de l’anglais et mémorisation des oeuvres complètes de leurs Excellences Nicolas Sarkozy et  Georges Bush junior... A Guantanamo ces militants d’extrême-gauche admirateur du régime castriste pourront découvrir Cuba !

Refonte des équipes nationales de sport 
A Montpellier le ministre des sports nationaux, son Excellence Georges Frêche, travaille actuellement à la refondation du sport français. Ayant constaté une présence trop faible de Français blancs dans l’équipe nationale de football, il a demandé à plusieurs joueurs blancs  de rechausser leurs crampons : Jean-Pierre Papin, Michel Platini, Raymond Kopa et Just Fontaine ont repris le chemin des buts; dans le même temps le ministre a demandé à des joueurs de couleur de quitter leurs crampons pour passer à un autre sport. Deux fortes têtes, Lilian Thuram et Nicolas Anelka passeront ainsi dans l’équipe nationale de cyclisme qui ne comptait jusque là aucun noir... Quant à Thierry Henry il devra se mettre à la natation.

M. Georges Frêche a fustigé l’attitude du Camerounais Yannick Noah qui a demandé l’asile politique au Venezuela : “Cela lui, il nous les casse; s’il revient, c’est pas au karcher qu’on le passera, mais au “casse Noah”, ouaf ouaf ouaf...” a déclaré le sinistre, pardon le ministre... Si certains renégats quittent le pays, des stars internationales y reviennent comme Johnny Halliday. Après l’abolition de l’impôt sur les grands fortunes Johnny a décidé de revenir vivre en France et a affirmé son soutien à la politique fiscale du Président Sarkozy, nous l’écoutons... “Ah ben que... Ah que ouiais.... Je crois... Euh... que je vais avoir plus de sous maintenant et que je... ouiais... pourrai donner plus de pièces jaunes pour euh... mettre dans les boîtes à Bernadette Chi...bip”...

Hum...
Merci donc à Johnny pour cette déclaration mais je rappelle que les noms de certaines personnes ayant tenté d’entraver l’accession à la Présidence de son Excellence Nicolas Sarkozy, sont désormais interdits dans les médias de France et de Navarre. M. Jacques C, Mme Bernadette C, M. Bertrand de V., Mme Ségolène R et M. François H : ces noms et quelques dizaines d’autres sont bannis des ondes et télés, tout comme les personnes qui les portent. Elles participent actuellement et pour plusieurs années à un chantier écologique de nettoyage de l’île de Mururoa dans le Pacifique...

Education maintenant : le processus de rebaptisation des écoles continue. Ainsi les écoles baptisées “écoles Pierre-Perret” s’appeleront désormais “écoles Johnny Halliday”; les écoles Paul Langevin et Louis-Aragon changent également de nom et deviendront “écoles des Bleuets”, afin de renforcer la conscience écologique des enfants, a indiqué son Excellence le Ministre de l’Education française, M. Pascal Sevran.

Une page culturelle 
Terminons nos informations par la page culture avec cette déclaration importante du ministre de la culture nationale, son Excellence Doc Gynéco, nous l’écoutons :“Ben euh.... Euh ben... Euhhhh...” Ah, je crois que nous avons un problème technique, la bande son ne passe pas à la bonne vitesse... Ah si, à ce qu’on me dit dans l’oreillette ce serait la bonne vitesse mais nous allons vérifier cela et nous retrouverons le ministre de la culture nationale dans une prochaine édition.

Je vous rappelle qu’après ce journal La Marseillaise sera diffusée et que, selon la loi sur la cohésion nationale du 14 juillet 2007 chacun doit chanter au moins une fois l’hymne nationale dans la journée et au garde à vous. Ne sont exemptées que les femmes enceintes en train d’accoucher pour ne pas mettre en danger la vie du bébé... Les sourds sont invités à signer l’hymne national. Les caméras de  vidéo surveillance installées dans chaque foyer français permettent désormais au Ministère de l’Intérieur et de la salubrité morale de la Nation de repérer les mauvais citoyens.Je vous redis tous mes meilleurs voeux pour 2008,  et écoutons maintenant la Marseillaise !"

* Cette chronique de politique fiction a été diffusée sur Radio Bro Gwened, bienvenue en 2007 !

A lire avant dimanche !!!

medium_Sarko134.3.jpg

03/05/2007

Bretagne/Breizh : appel à voter Ségo

Vingt responsables culturels bretons appellent à voter Ségo : "Pour la reconnaissance des langues régionales dans la Constitution, 20 responsables culturels et associatifs bretons appellent à voter Ségolène Royal.

- constatant avec satisfaction que Ségolène Royal, François Bayrou, Dominique Voynet, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet et José Bové, qui se sont engagés clairement pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, représentent plus de 53% des suffrages en France, et plus de 60% sur l'ensemble des cinq départements bretons, alors qu'aux présidentielles de 2002 cet engagement électoral (Jospin, Bayrou, Mamère, Besancenot, Hue, Taubira, Lepage, Madelin) ne totalisait que 44% en France,
- constatant que ces mêmes candidats se sont prononcés pour une démocratisation des institutions de la 5e République,
- constatant que selon le dernier sondage sur la Charte européenne des langues (IFOP 1994- indiquait que 77% des Français y étaient favorables, montrant ainsi le retard des institutions pour répondre aux aspirations de la société,
- constatant qu'au contraire, au nom d'une forme inquiétante de la souveraineté nationale, Nicolas Sarkozy refuse d'adopter cette Charte européenne des langues et prétend exonérer la France de tout contrôle de la communauté des nations ; qu'il prive ainsi ses concitoyens de la protection de droits de l'homme et de principes universels reconnus par la communauté internationale et en particulier des droits culturels et linguistiques dûs aux peuples minoritaires du territoire, en contradiction totale avec la Convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle que la France vient pourtant de ratifier en 2006,

nous voterons et appelons au vote Ségolène Royal, pour la défense des libertés et des droits fondamentaux de l'homme et pour des avancées démocratiques en Bretagne et ailleurs.

Yannig Baron, Didier Berhault, Fanny Chauffin,Gilbert Dalgalian, Bruno Genest, Fatiha Folgalvez, Pierre Folgalvez, Angèle Jacq, Glenn Jegou, Herve Latimier, Ivonig Le Merdy, Jean-Louis Latour, Marie-Christine Latour, Armel Le Sec'h, Tangi Louarn, Patrick Malrieu, Isabelle Moign, Jean Moign, Alain Monnier, Claudie Poirier, Bob Simon, Jannick Yvon, Lena Louarn, Lus Chauveau.

Le 1er mai 2007."

Ségo ou Nico ?

Sur le débat d'hier soir entre Ségo et Nico, je vous conseille la lecture des billets de Daniel Schneidermann et David Abiker sur leur Big bang blog. Cela dit, la colère de Ségolène Royal sur les enfants handicapés et leur intégration à l'école mériterait une recherche un peu plus poussée. Pour connaître un peu un cas, il me semble que ce dossier là à avancer également sous le gouvernement Raffarin... 

Le Big blang blog signale également que, selon un sondage Ifop, une seule classe d'âge voterait marjoritairement... Nico, mais à 75 % : les plus de  65 ans. Les autres classes d'âges voteraient majoritairement Ségo.  

http://www.bigbangblog.net/

24/04/2007

53,5 % evit ar Garta/53,5 % pour les langues minoritaires !

C'hwec'h den war ar renk o doa prometeet e vehe bet ratifiet gete Karta Europa ar yezhoù rannvroel : Bayrou, Voynet, Buffet, Besancenot, Bové ha Royal. Daou o deus skrivet an dra-se war o "profession de foi", kaset da razh ar Fransizion : Voynet ha Bové. Asambles, ar c'hwec'h den-se o deus dastumet 53,5 % ag ar mouezhioù : n'eo ket fall ! Setu, votet eo bet ar garta get ar Fransizion ! Met bon, me ouia me n'eo ket un doare reizh da gontiñ met bon... Oc'hpenn-se, hervez ar pezh a ouian, ur c'handidat hepken n'eus lâret ne vo ket ratifiet ar Garta getan : Sarkozy. 

 Six candidats avaient promis la ratification de la Charte européenne des langues minoritaires : Bayrou, Voynet, Buffet, Besancenot, Bové et Royal. Deux avaient même fait figurer ce point sur leur profession de foi, envoyée à tous les Français inscrits. Additionnées, les voix de ces six candidats font 53,5 %; celà ne vaut pas ratification ? Bon, je sais bien que cette manière de compter est spécieuse, mais on se donne les motifs de satisfaction que l'on peut. D'autant qu'un seul candidat, à ma connaissance, s'est prononcé clairement contre la ratification de cette charte : Nicolas Sarkozy...

23/04/2007

An Drinded : Le Pen pevarved/Le Pen quatrième à La Trinité-sur-Mer

Get 9,94 % ag ar mouezhioù, Le Pen a zo ar pevarved en Drinded, e lec'h ma oa eñ ganet e 1928. 9,02 % er Morbihan a bezh; 7,01 e Breizh a bezh (pemp departamant). Tost eo d'e retred bremañ, ar Jean-Marie met, ar pezh a zo, e sonjoù hag e mouezhioù zo bet tapet ha kempennet en dro get un den all, Sarko...

Avec 9,94 % à La Trinité-sur-Mer,  où il est né en 1928, Le Pen arrive quatrième là aussi, et sous la barre des 10 % (9,02 % pour l'ensemble du Morbihan, 7,01 % pour les cinq départements bretons). La retraite approche pour Jean-Marie. Ses voix et ses idées ne se sont pas envolées pour autant, elles ont été récupérées et recyclées par Sarko...

31,11 %

Hier soir, c'était le bon Temps. A 18 h 45 les premières estimations sorties des urnes, publiées sur le site du Temps, quotidien suisse, mettaient Nico à 26-27% et Ségo à 26 %. Le Pen dans les choux : ouahhhh !  Et puis ça s'est dégradé. Ségo a baissé, un peu. Nico est monté, beaucoup. Ce matin je me réveille et le voilà à 31,11  % ! AAArrrrrgggghhhh !

Avec la moitié des voix de Bayrou, les trois quarts de celle de Le Pen et un peu de De Villiers, il y est, à l'Elysée, l'autre agité.

A moins que ?...