Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2013

Emmanuel Todd : « Les cultures régionales ont encadré la modernisation »

Le Nouvel Observateur, 21/03/2013, atersadenn get Herve Le Bras hag Emmanuel Todd a ziar o levr/interview d'Hervé Le Bras et d'Emmanuel Todd à propos de leur livre Le mystère français (Le Seuil/la République des idées). Extraits.

Hervé Le Bras : « (...). Nos cartes ont mis au jour des phénomènes de pure modernité, tels l'enrichissement et la droitisation impressionnante d'une mince frontière de l'Est ou le rôle de refuge pour préretraités de la façade atlantique. Mais nous avons surtout constaté la puissance des cultures régionales, inattendue dans une société urbanisée à 80% en expirant, le monde rural et provincial a saisi la ville ».

Le Nouvel Observateur : « - N'est-ce pas une façon d'être nostalgique de la vieille France ? ».

Emmanuel Todd : « C'est plutôt le contraire. Nous insistons sur l'accélération du changement. A cause de l'image des Trente Glorieuses, entre 1945 et 1975, on perçoit trop souvent les décennies ultérieures comme une phase de ralentissement. Or la France a plus changé entre 1980 et 2010 que durant les trente années précédentes : hausse massive du niveau éducatif et de l'espérance de vie, fin du mariage classique, émancipation des femmes, mutation postindustrielle, disparition de l'extrême gauche, émergence de l'extrême droite. Sans oublier les phénomènes sociaux négatifs : inégalités, difficultés scolaires, chômage structurel. Au regard de ces révolutions, ce sont plutôt les Trente Glorieuses qui apparaissent plan-plan. Pourtant - et ce fut là notre surprise -, c'est peu de dire que ces révolutions ont laissé subsister les différences anciennes. Les cultures régionales ont encadré le décollage, la modernisation. De quoi mettre en pièces la thèse selon laquelle la mondialisation fait naturellement converger les cultures. »

 

13/03/2013

Foeterien war an teleioù lec'hel

D'ar gwener 29 ag ar miz Meurzh, da 8e45 da noz, e vo un abadenn e brezhoneg war Ty Tele, Tebeo, hag all: Foeterien. Setu bruderezh eviti :
Vendredi 29 mars, 20 h 45, une émission en breton sur Ty Tele, Tebeo, etc : Foeterion. Voici un clip de pub :

http://www.youtube.com/watch?v=hZbwXcz3Zc8

07/03/2013

N'eo ket ar memes galleg...

Setu ul liamm hag a gas betek ur pennad a ziar ur strollad c'hoariva/lien vers un article en breton sur une troupe de théâtre :
http://www.letelegramme.com/spered-ar-vro/strollad-gwinev...

04/03/2013

Radiobreizh.net

Ur bochad abadennoù e brezhoneg a c'hell bout selaouet war Radiobreizh, war eeun pe diwezatoc'h, dre ar "podcast", evel, e brezhoneg Bro Gwened, abadennoù enrollet get Jo Morvan, Daniel Carré hag Andrea ar Gall  :
http://www.radiobreizh.net/bzh/emission.php?emid=66

Pe kronikennoù Job Jaffre lennet get Daniel Doujet hag Annaig Lucas :
http://www.radiobreizh.net/bzh/emission.php?emid=136

Abadennoù Catherine Pasco a vez kavet ivez :
http://www.radiobreizh.net/bzh/archives.php?emid=29

Le site Radiobreizh.net permet d'écouter les quatre radios brittophones de Bretagne en direct, et le podcast permet d'écouter les émissions plus tard, ou de les réécouter. Le choix est large parmi les émissions, en breton vannetais ou d'ailleurs :
http://www.radiobreizh.net/bzh/tous-les-rss.php

01/03/2013

Priz lennegel Sten Kidna-Le long cours du Bono : c'hwec'h romant e brezhoneg àr ar renk

Ar priz lennegel e brezhoneg « Sten Kidna-Le long cours du Bono », krouet e 2009 get kumun ar Bonoù evit inouriñ ul levr faltazi nevez embannet, a vo roet ar blez-mañ d'ar sadorn 23 a viz Meurzh, er Bonoù. C'hwec'h romant embannet e 2011 ha 2012 a zo bet lakaet àr ar renk get ar juri, tud a vro an Alre.
Tolpet e vo ar juri ur sizhun a-raok, d'ar sadorn 16, evit tabutal, votiñ ha choaz al levr a vo priziet get Kerlenn Sten Kidna ha kumun ar Bonoù. Ar blez-mañ eo bet lañset get ar Gerlenn un eil priz, ur "priz ispisial" evit lakaat àr wel un oberenn e brezhoneg ha n'eo ket ur romant nag un danevell. Ur priz hag a vo disklêriet da geñver ar memes abadenn, hag ivez get ar priz Bernard-Moitessier Le long cours du Bono a vez roet d'ul levr e galleg a ziar ur veaj.
 
Setu roll al levrioù àr ar renk evit priz "Sten-Kidna-Le long cours du Bono" :
 - Aljer 57, Pierre Emmanuel Marais - Al liamm - 2012
-  Tramor Son ha ton - Frank Bodenes - Keit vimp bev - 2011
- An diaoul ouz taol - Aziliz Bourgès - Emgleo Breiz - 2012
- An avel en ho plev - Monika Piarden - Al Liamm - 2012
- Ar gouvidi - Kristian Brisson - Mouladurioù hor yezh - 2012
- An doubl - J-E. Mouton, Emgleo Breiz. 2011.
 
Prix littéraire Sten Kidna-Le long cours du Bono :
six romans en breton sur les rangs
 
Le prix littéraire Sten Kidna-Le long cours du Bono-Sten Kidna, créé en 2009 par la commune du Bono, sera remis cette année le samedi 23 mars, au Bono pour distinguer une oeuvre de fiction récente en langue bretonne (romans, nouvelles...).  Six romans en breton édités en 2011 et 2012 ont été choisis par le jury populaire (dix personnes du pays d'Auray). Cette année, le cercle Sten Kidna lance un "prix spécial" pour distinguer un livre autre que romans ou nouvelles. Le jury se réunira le samedi 16 mars pour débattre et voter. Les prix seront remis le 23 mars au Bono, en même temps que le prix Bernard-Moitessier-Le long cours du Bono, récompensant un récit de voyage en français, et attribué par un jury de lecteurs bonovistes.
 
Voici les livres en lice  :
 - Aljer 57, Pierre Emmanuel Marais - Al liamm - 2012
- Tramor Son ha ton - Frank Bodenes - Keit vimp bev - 2011
- An diaoul ouz taol - Aziliz Bourgès - Emgleo Breiz - 2012
- An avel en ho plev - Monika Piarden - Al Liamm - 2012
- Ar gouvidi - Kristian Brisson - Mouladurioù hor yezh - 2012
- An Doubl - Jakez-Erwan Mouton, Emgleo Breiz, 2011.
 
Kerlenn Sten Kidna, 6 rue Joseph Rollo, 56400 Auray/02 97 29 16 58.
STENKIDNA2@wanadoo.fr
www.kerlenn-sten-kidna.com

10/01/2013

Ar Falz : "Albert Boché : une bibliothèque vient de disparaître"

Kemenadenn a-berzh Ar Falz/Communiqué de l'association Ar Falz :

 "Il n’a pratiquement rien publié, il n’a pas professé dans les grandes écoles. Sa vie durant il est resté enseigner l’anglais au collège public de Baud. Et pourtant c’est un homme d’une culture exceptionnelle, notamment linguistique, qui vient de disparaître à l’âge de 85 ans.

 Il connaissait près de vingt langues, il savait comment l’on prononce le breton dans telle et telle commune, il créait des mots bretons nouveaux qui s’intégraient facilement dans le corpus traditionnel et ne choquaient pas les bretonnants.

Albert Boché, né à Ploerdut en 1927, était l’homme d’une pensée libre, un autodidacte dans le domaine linguistique. Les amoureux du breton avaient souvent recours à lui pour demander l’origine de tel ou tel mot, le sens de telle ou telle expression, la meilleure façon d’écrire tel terme pour que chaque parler breton y retrouve son compte. Mais c'était un homme franc et entier qui ne prenait pas de gants pour dire ce qu'il pensait.

 C’est donc avec bonheur que le collier de l’Hermine lui avait été décerné tout récemment, en août dernier, par l’Institut Culturel de Bretagne : Albert avait rendu de grands services à la Bretagne et au breton.

 Les auditeurs de Radio Bro Gwened connaissaient sa voix, notamment au cours de ce qu’il appelait son quart d’heure colonial, quand il expliquait les mots bretons et brocardait quelques pataquès entendus sur les ondes, que ce soit en français ou en breton. Comme par exemple le fait de dire habiter sur Paris au lieu de habiter à Paris.

Il avait l’habitude d’écouter les radios, y compris étrangères, un peu à la manière d’Armand Robin. Devenu mal-voyant peu après son départ en retraite et l’écran de sa télé ayant vécu, il se contentait du son. Il avait appris le roumain en trois ou quatre mois en écoutant des cassettes, et pour avoir une idée plus précise de la langue écrite il demandait à ses visiteurs de lui lire une ou deux pages de la méthode qu’il s’était procurée. Il faut dire qu’il avait une mémoire d’éléphant, et ça aide !

Les paroles s’envolent dit-on. Espérons qu’il se trouvera quelques personnes prêtes à rassembler ses dires et ses propositions afin qu’elles ne soient pas perdues définitivement. Le travail est déjà commencé, mais beaucoup reste à faire".

Paolig Combot, Président d’Ar Falz.

 

 

 

 

 

 

 

13/12/2012

Nevez embannet : An Dasson n°76

AD76360.jpgAn Dasson n° 76 : Mont kleuz-ha-garzh dre Bleuwigner

Emañ An Dasson n°76 é paouez dont er-maez. Ar gelaouenn embannet div wezh ar blez get Kerlenn Sten Kidna (Bro An Alre). Unan divyezhek penn-da-benn an hani eo, e brezhoneg hag e galleg. « Monet Kleuz-ha-garzh dre Bleuwigner » : setu tem an niverenn-mañ a grog get ur pennad-kaoz get Guigner An Henanff, maer ar gumun, brezhoneger a-vihan ha penn strollad Kanerion Pleuwigner. Ganet eo bet e 1941 e Pleuwigner, komz a ra ag e vugaleaj, ag e yaouankiz, ag e dud, a sonerezh, ag e labour èl maer, ha c'hoazh. Àr-lerc'h ho po tro d'ober anoudegezh get Pierre Le Gouvello de Keriolet (1602-1660), un den brudet e Pleuwigner, kinniget deoc'h get Daniel Carré. Displegiñ a ra deomp piv a oa an den, etre istor ha mojenn. Da heul digoradur Daniel Carré e kavoc'h un toullad avañturioù hag un testeni e-lec'h ma c'hoari Keriolet ur roll pennañ. Ur pennad-kaoz get Philippe ha Thérèse ar Berr a gloz an niverenn-mañ. Emaint é chom e Pleuwigner a-c'houde oc'hpenn hanter-kant vlez. Lakaat a reont ar gaoz àr ar cheñchamantoù a zo bet en o farrez (ar pardonioù, ar foarioù, al labour, ar filajoù...).

An Dasson niverenn 76 a vez gwerzhet e stalioù-levrioù 'zo : Coop Breizh (An Oriant); Lenn ha dilenn (Gwened); Breizh ma Bro (An Alré) ; er stal-kazetennoù Jéhanno plasenn an ti-gar (An Alré) ; er stal Le Fum'grat presse (plasenn ar Marc'had, Pleuwigner) pe e sal Kerlenn Sten Kidna, 6 rue Joseph Rollo (skol gozh J. Rollo), 56400 An Alré. 70 pajenn. 8 € an tamm (10 € dre lizher). Pellgomz : 02 97 29 16 58.

An Dasson n° 76 : Pluvigner à travers champs
Le numéro 76 d’An Dasson, la revue éditée par le Cercle Sten Kidna (pays d'Auray), vient de paraître. Cette revue bi-annuelle est entièrement bilingue, breton-français. Ce numéro est entièrement consacré à la commune de Pluvigner. Il commence par un entretien avec Guigner Le Hénanff, maire de la commune, brittophone de langue maternelle et qui est également à la tête de la chorale des Kanerion Pleuwigner. Né en 1941, il parle de son enfance, de sa jeunesse, de musique, du travail qu'il mène en tant que maire, etc. Ensuite, Pierre Le Gouvello de Keriolet (1602-1660), personnalité très connue dans la commune, entre histoire et légende, est présenté par Daniel Carré. Article à la suite duquel quelques aventures ainsi qu'un témoignage où Keriolet joue un rôle majeur sont proposés. Enfin Thérèse et Philippe Le Berre, un couple qui vit dans la commune depuis plus de 50 ans, parlent des changements qu'ils y ont vécus (les pardons, les foires, le travail, les veillées...).

An Dasson, n°76 est en vente chez Breizh ma Bro (Auray), à la librairie Jéhanno, place de la gare (Auray); à la Coop Breizh (Lorient) et à Lenn ha dilenn (Vannes), ainsi qu'au Fum'grat presse, place du marché (Pluvigner), ou encore au Cercle Sten Kidna, 6 rue Joseph Rollo (ancienne école), 56400 Auray. 70 pages. 8 € (10€ par la Poste). Tél : 02 97 29 16 58.


03/09/2012

Levr/Livre : Evit nompas mont da get / Pour ne pas disparaître...

davis239.jpgE brezhoneg/En breton : Kollet 'vez yezhoù ha sevenadurioù pep blez, er bed a-bezh. Yezhoù ha ne vezont ket mui komzet get den ebet. Penaos ha perak ? Ha perak emañ un dra fall, dañjerus hag arvarus evit Mab-Den ? Wade Davis, antropologour a vro Ganada ganet e 1953, a gas reskontoù talvoudus d'ar goulennoù-mañ e-barzh e levr anvet "Pour ne pas disparaître - pourquoi nous avons besoin de la sagesse ancestrale". Taolenniñ a ra a-barzh, d'un doare don, sevenadurioù pobloù anavezet mat getan. 

Àr-dro 7 000 yezh a vehe komzet hiniv an deiz dre ar bed. Hervez kont e varvo 3.000 anezhe e korf ar c'hantved-mañ. Hag emañ bet lakaet ar brezhoneg en o mesk... Alies a-walc'h e ya ar pobloù da get hag o yezhoù da heul pand eo distrujet al lec'hioù e-lec'h m'emaint é veviñ, pe pa vezont aloubet get tud arall. Skiant-prenet ha gouiziegezhioù a vez kollet mod-se. Furnez, troioù-spered, darempredoù don get an natur. Ur bern traoù komprenet a-hed ar c'hantvedoù ha treuzkaset a rummad da rummad. Doereieù a bep sort da vout e darempred get ar re all, da gompren ar bed - fesonioù da soñjal, da huñvreal, da brederiañ, da vonet-ha-donet, da soagnal, da c'hoarzhiñ, da ganiñ, da zañsal, da dresiñ ha... da ijiniñ orin Mad-Den. 

Estroc'h evit un doare da vout, " an american way of life ", a zo. Ma kollomp hor yezhoù ha sevenadurioù, petra a chomo deomp ? Hamburgeroù da zebriñ é sellet doc'h abadennoù sot er skinwell en ur evet koka-kola ?"

 

E galleg/En français : "Des langues et des cultures disparaissent chaque année. Des langues qui ne sont plus parlées par personne. Comment et pourquoi ? Et pourquoi est-ce un phénomène négatif et dangereux pour l'être humain ? L'anthropologue canadien Wade Davis, né en 1953, apporte des explications dans son livre intitulé « Pour ne pas disparaître – pourquoi nous avons besoin de la sagesse ancestrale ». Il y décrit en profondeur les cultures de peuples qu'il a rencontrés.
Environ 7.000 langues seraient parlées actuellement dans le monde et environ 3.000 d'entre elles pourraient disparaître dans ce siècle. Et le breton en fait partie. Très souvent les peuples disparaissent, et leurs langues avec, quand les espaces où ils vivaient sont détruits ou envahis par d'autres. Des expériences et des connaissances sont perdues ainsi. De la sagesse, un état d'esprit, des relations profondes avec la nature. Une somme de connaissances accumulées tout au long des siècles et transmises de générations en générations. Des façons innombrables de se comporter avec autrui, de comprendre le monde, des façons de rêver, de réfléchir, de se déplacer, de soigner, de rire, de chanter, de danser, de dessiner et... d'imaginer l'origine de l'être humain.

Il n'y a pas qu'une seule façon de vivre, « l'american way of life ». Si nous perdons nos langues et nos cultures, que restera-t-il de nous ? Des hamburgers à manger en regardant des émissions crétines à la télévision, tout en buvant un Coca cola ?"

 Christian Le Meut

 Citations :

" Par définition, chaque culture représente une branche vitale de notre arbre généalogique, le réceptacle d'un savoir et d'une expérience, et, à l'occasion, une source d'inspiration et une promesse d'avenir. Comme le faisait remarquer le linguiste (...), Ken Hale (...) : " Quand on perd une langue, on perd une culture, des richesses intellectuelles, une oeuvre d'art. C'est comme si on bombardait le Louvre "".(p. 14).

 " Avant de mourir l'anthropologue Margaret Mead a exprimé la crainte qu'en glissant vers un monde plus homogène, nous ne soyons en train de jeter les bases d'une culture moderne générique et informe, qui n'aurait pas de concurrente. Elle redoutait  que toute l'imagination humaine ne soit contenue à l'intérieur des limites d'une unique modalité intellectuelle et spirituelle. Son pire cauchemar, c'était que nous nous réveillions un jour sans même nous souvenir de ce que nous avons perdu ". (Wade Davis - p. 175). 

The Wayfinders: why ancient wisdom matters in the modern world.
Pour ne pas disparaître, pourquoi nous avons besoin de la sagesse ancestrale, Wade Davis, 2011, Albin Michel. 

 

 

 

31/08/2012

Bro An Alre/Pays d'Auray : kentelioù brezhoneg

Kentelioù brezhoneg d'an dud daet. Kerlenn Sten Kidna a zalc'ho ur stand e-pad Gouel ar C'hrevredigezhioù d'ar sadorn kentañ a viz Gwengolo, adalek 9e betek 6e da noz, a-benn reiñ titouroù d'an dud a-zivout ar c'hentelioù-noz kinniget geneomp en Alre, hag e Bro An Alre a-bezh (e Pleuwigner, Plarnel, Lokmaria-Kaer ha Pluergad). Daouzek kentel e vo etre tout, eizh en Alre. Pemp live a vo, ag an dud é krogiñ get ar yezh betek an dud en o aes. Krogiñ a ray ar c'hentelioù evit an deraouidi adalek al lun 24/09. Evit gouiet pelloc'h, pellgomzit d'ar 02.97.29.16.58 (d'enderv kentoc'h), peotramant kasit ur postel da : stenkidna2@wanadoo.fr

Cours de breton pour adultes. Le Cercle Sten Kidna sera présent à la fête des associations (Athéna), samedi 1er septembre, de 9h à 18h, afin d'informer les Alréens sur les cours de breton dispensés par l'association à Auray et dans tout le pays d'Auray (Pluvigner, Plouharnel, Locmariaquer, Plumergat, et de nouveaux sites éventuels). 12 cours au total, dont 8 à Auray, cinq niveaux, du débutant au niveau confirmé. Les cours débutants reprendront le 24 septembre. Il est également possible de contacter l'association au 02 97 29 16 58 (les après-midis). stenkidna2@wanadoo.fr

23/02/2012

"Préserver les langues menacées" war France culture...

Dec'h a oa devezh etrebroadel ar yezhoù mamm, setu ar pezh a zo bet embannet war lec'hienn France culture. France culture consacre une page aux langues en danger à l'occasion de la journée internationale de la langue maternelle, France culture a publié.

http://www.franceculture.fr/2012-02-21-preserver-sur-inte...

20/02/2012

Sarkozy : quand "on aime la France" on ne ratifie pas la charte européenne des langues régionales

Discours de Marseille de N. Sarkozy, 19/02/2012  (...) "Quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires qui n’a pas pour but de faire vivre les langues régionales mais de reconnaitre des droits linguistiques à toutes les minorités et de les placer sous le contrôle d’une Cour européenne qui jugera sans tenir compte de notre histoire nationale et de notre tradition républicaine".

François Hollande propose la ratification de cette charte dans son programme, tout comme Eva Joly.

19/02/2012

Istor ar brezhoneg/L'histoire de la langue bretonne

Ur bajenn a-bezh a ziar istor ar brezhoneg a zo b'an Telegramme hiriv :
Une pleine page consacrée à l'histoire de la langue bretonne dans le Télégramme aujourd'hui :
http://www.letelegramme.com/ig/loisirs/la-langue-bretonne...
http://www.letelegramme.com/ig/loisirs/le-roi-waroc-et-la...