Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2011

Istor Breizh/Bro C'Hall dre Wikileaks : histoire de Bretagne et de France via Wikileaks

Istor Breizh ha Bro C'Hall displeget get Michel Rocard da gannad Stadoù Unanet e Pariz, e 2005...
L'histoire de la Bretagne et de la France expliquée par Michel Rocard à l'ambassadeur des Etats-Unis en France, en 2005...

"2. (C) Rocard, like former president Valery Giscard d'Estaing (reftel), believes that French history provides the keys for understanding French politics and France's policies. Rocard's point of departure is France's emergence as a nation-state. The history of other European nation-states is that of linguistic communities serving their trade needs. France created itself by destroying five cultures -- Breton, Occitan, Alsatian, Corsican, and Flemish. "We are the only European nation which is the military creation of a non-homogeneous State. This makes France difficult to govern to this day. This explains our difficulty in reforming, our slowness," he said."

http://lapolitiqueduchacal.over-blog.com/ext/http://wikil...

20/10/2010

Istor Breizh war Frans 3 : Bo ! Bof...

istor056.jpgSellet m'eus doc'h an div lodenn gentañ Istor Breizh, a vez skignet bremañ war internet get Frans 3. Poltred an Tad Gérard a oa tem an abadenn gentañ. Ul labourer douar a vMontgermont (e-tal Roazhon) a oa, dilennet evit mont da gannad da Versailles, e 1789. Ha ne oa ket kalz labourerion douar e mesk ar gannaded kaset di, bourc'hizion ha tudjentiled, ne lâran ket. N'eo ket mui kalz anavezet an Tad Gérard hag ur sonj vat eo kinnig un abadenn a ziar e benn. An eil abadenn a oa a ziar Kergelen, an den en doa "dizoloet" an inizi Kerguelen da vare Loeiz XV : "Kergelenn : dizoloer pe doueller ?".

Pep abadenn a grog get Louis Elégoët, istorour, bet skrivet getan levrioù a zivout istor Breizh. Displeget 'vez traoù interesus get an den-se, aterset get Bernez Rouz. Ar lerc'h ar paour kaezh tud a vez kaset da sellet doc'h ur "fiction", ur film "faltazi" tro dro da dem an abadenn. Ur filmig savet evit bout "pétillant, vif”,  eme Olivier Roncin, produer an abadennoù (Pois Chiche Films). Evit lâr ar wirionez, m'eus kavet al lodenn gentañ sot ha pounner. N'eo na "pétillant", na "vif". M'eus ket netra da rebechiñ d'an aktourion, a ra o seizh gwellan evit en em dennañ ag ar peñse, met an istor eo, a zo sot ha mantrus. Setu ma sonj, deoc'h c'hwi d'ober ho hani war lec'hienn Frans 3.

Tem an eil abadenn, skignet disul paseet : Kergelen. Memes tra : razh ar pezh a zo tro dro ar film "faltazi" a zo interesus (displegadennoù L. Elégoët hag Angèle Jacq), met ar filmig n'eo ket gwall interesus. Ne gas netra. Nemet ar blijadur da welet Nolwenn Korbel gwisket evel ur vartolodez... Ur wezh c'hoazh, netra da lâr war an aktourion.

An abadenn gentañ, skignet disul kentañ a vo a zivout Napoleon. Breizhad pe pas ? Petra eo se ? Istor mod "piple" ? Ni 'wello disul met pas weller penaos eo dianavezet istor Breizh get al lodenn vrasan ag ar Vretoned, dre ma ne vez ket kelennet er skolioù,  penaos e c'hell ar re o deus choazet temoù an abadennoù-se, dibab an istor-se ? Marteze e oa tad Napoleon un den a Vreizh, "paotr kleiz" mamm Bonaparte. Ha neuze ? Petra a gas da istor Breizh ? D'ar Vretoned ? Dibab un tem evel-se a lako, moarvat, tud da sellet doc'h F3... Ar pal eo, marteze. Hag e vo anavezet gwelloc'h istor Breizh get ar re a sello doc'h an abadenn ? Gortozomp disul...

En français Commentaires sur une nouvelle série d'émissions diffusée chaque dimanche matin sur France 3 Bretagne à propos de l'histoire de Bretagne (sous-titrée en français). La série mélange la réalité (un historien, Louis Elégoët, fournit des explications intéressantes), et un film de fiction qui, au vu des deux premiers épisodes, n'apporte vraiment pas grand chose. Il paraît que ce devrait être "pétillant, vif", d'après le producteur qui est allé chercher le réalisateur d'"Un gars une fille" pour filmer ces émissions. J'ai trouvé la première fiction navrante, et la seconde sans grand intérêt, si ce n'est celui de voir la chanteuse et actrice Nolwen Korbell habillée en matelot...

La troisième émission, diffusée dimanche à 11 h 30, traitera d'un sujet central de l'histoire de Bretagne : Napoléon était-il breton ? Quand je vois l'état d'ignorance de beaucoup de Bretons par rapport à leur propre histoire (qui n'est pas enseignée, comme la langue l'est encore très peu), je me demande à quoi sert cette approche "people" (la mère de Napoléon aurait eu un amant breton, mazette)... A attirer du public ? En saura-t-il plus après sur l'histoire de Bretagne ? Attendons de voir.

La suite des épisodes est détaillée sur le site de France 3*. Espérons que ça ira en s'améliorant car près d'un million d'euros a été dépensé pour ces émissions et des euros, on n'en a pas tellement pour la langue bretonne qu'on puisse en gaspiller...

Christian Le Meut

(*) http://ouest.france3.fr/istorioubreizh/index.php?page=art...

Skeudenn : ul levr fiskal skrivet get Louis Elégoët a ziar istor Breizh. Illustration : un excellent livre de Louis Elégoët de vulgarisation de l'histoire de Bretagne, aux éditions CRDP/Tes; existe en breton et en français.

 

13/10/2010

Istorioù Breizh/l'histoire de Bretagne en breton et à la télé

Ar rummad abadennoù Istor Breizh, savet get Frans 3, a zo kroget da vout skignet disul paseet. M'eus ket gwellet an abadenn gentañ c'hoazh, met setu sonjoù ha goulennoù Frank Bodenes ha Fañch, war o blogoù.
Une séries d'émissions consacrée à l'histoire de la Bretagne, et en breton, par France 3, a commencé d'être diffusée dimancher dernier. Je n'ai pas vu cette première émission, mais voici les opinions et questions de Fañch Broudic et Frank Bodenes sur leurs blogs :

http://envazao.over-blog.com/article-istoriou-breizh-autr...

http://languebretonne.canalblog.com/

Setu al liamm get an abadenn gentañ a ziar benn an tad Gerard, labourer douar ha kannad da vare an Dispac'h/Voici le lien avec la première émission à propos du Père Gérard, cultivateur député sous la Révolution :

http://ouest.france3.fr/info/red-an-amzer-65143102.html?o...

 

01/09/2010

Léon Werth (1878 - 1955) : un abadenn war France Inter

E 2006 em boa embannet an notenn-mañ a ziar Léon Werth, ur c'hazetenner ha kazetenner ankouiet a gavan talvoudus e levrioù hag e sonjoù. Un diskouezadeg a ziar e benn a zo kinniget hiriv an deiz e Issoudun, hag un abadenn skingomz a zo bet war France Inter dimeurzh paseet (31/08-klaskit ba' dielloù), setu al liamm, ha ma destenn en dro !

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/

"Marteze peus-c’hwi lennet “Ar prins bihan” skrivet get Antoine de Saint Exupéry troet eo bet e brezhoneg). Al levr se, brudet er bed a bezh, a oa bet embannet ha moullet evit ar wezh kentañ er Stadoù Unanet e pad an eil brezel bed e 1943. Ur bloaz war lerc’h Saint Exupéry oa bet lazhet get kanonioù alaman e sturiein ur c’harr nij brezel a dreist da Frans... War pajenn gentañ “Ar prins bihan” e kaver un dédikas da Léon Werth “pa oa krouadur” anezhan, mignon bras Saint Exupéry. Léon Werth oa ur c’hazetenner ha skrivagner brudet awalc’h d’ar mare se, met ankoueit hiriv an deiz. Saint Exupéry en doa kavet repuidi er Stadoù Unanet, ha Léon Werth oa chomet e Frans, kuzhet en un ti er Jura, peogwir e oa juif anezhan.

Léon Werth oa ganet e 1878 e Remiremont, er Vosges. Aet oa kuit da Baris da studiañ. Mignon Oktav Mirbeau, e deroù an ugentved kantved, Léon Werth oa bet gobret war lerc’h evel kazetennour. Skrivet en doa levrioù a ziar benn livourion, met ivez, a c’houde ar brezel bed kentañ, war e vuhez soudard : “Clavel soldat” ha “Clavel chez les majors”. Taol spered soudard ha brouadelour ne oa ket get Léon Werth, tamm ebed. Tost d’ar gommunisted ha d’an anarkourion oa eñ kentoc’h met hep bout barzh ur strollad politikel. Ur spered dieub a oa, ar pezh oa bet komprenet buan get ar Bolchevisted o unan. C’hwec’h vloazh goude an dispac’h er Russia, e 1923, Werth a faote monet d’an URSS d’ober reportajoù. Pas, chomit er maez, aotrou kazetenner, doa reskontet pennoù bras an URSS. Bez oa dija re a draoù fall da wellet, moarvat... Werth oa aet betak ar “Cochinchine” (Indochine) e 1926. Ha skrivet en doa war lerc’h ul levr-reportaj war ar pezh en doa gwellet du hont. Werth a save a enep d’ar trevadenerezh (kolonialisme) d’ar prantad se dija. Kozh oa Werth pa en em gavas get Saint Exupéry evit ar wezh kentañ just araok an eil brezel bed. Ha setu an daou labous se mignoned bras, met dispartiet get ar brezel. Barzh ul levr anvet “Tri devezh ha tregont” ("33 jours") Werth a ziskouez pegen spontus oa bet an “débacle”. War hentoù an “débacle” oa bet Werth, e vaouez hag e vatezh. Barzh al levr se al lennourion a well penaos en doa Fransizion zo degemeret mat an Alamaned. Penaos tud a brofite ag an “débacle” met penaos iwez tud all a sikoure ar re all, evel ur familh labourision douar koste Montargis hag o doa degemeret mat ar famil Werth.

Repuet e Saint Amour (Jura)
Erruet oa ar familh Werth er Jura goude bout paseet tri devezh ha tregont ar an hentoù. Un ti dezhe oa en ur barrez vihan anvet Saint Amour. Léon Werth a oa chomet kuzhet du hont, dre ret, e pad pewar blead, araok monet en dro da Baris e penn kentañ 1944. Hir oa an amzer e Sant Amour hep e vaouez, distroet da Baris, hag hep e vab. Leon Werth a skrive e vuhez pemdeziek, a pezh klewet getan er radioioù, Vichy, Londres, Suisse; ar pezh lennet getan ivez, ar pezh lâret get tud ar barrez, tud ag ar vourc’h pe al labourision douar. Karet oa ar marechal Petain met pas e gouarnamant nag e gentañ ministr Laval, hag ar jeneral de Gaulle oa daet da vout brudet buan awalc’h. Werth a lenne kazetennoù embannet get ar Resistans hag a anave e 1943 ul lec’h anvet “Auschwitz” koste Pologne e lec’h ma veze lazhet ur bochad tud...

Tamm ha tamm spered an dud a chanche hervez disoc’hoù ar c’hrogadoù bras er bed a bezh. Leon Werth a gompren mat ar “propagande”. Goude Stalingrad, armeou a Vro Alamagn a yae ar gill en Europa Reter a bezh, hag en Afrika hanternoz iwez. Met ne oant ket bet trec’het, hervez ar propagande nazi. Nann : “Victoires défensives” a veze graet ag ar c’hrogadoù kollet se get an Nazied. “Victoires défensives”, ya, betak Berlin ! Met klewet hon eus ni propagandoù sort se e pad ar brezelioù diwezhan evel “frappes chirurgicales...”, "Guerre zéro mort"....

Léon Werth a gave hir e amzer ha chom hep bourjal, hep fichal. Eñ a skriv : “N’eo ket m’em bro amañ, Breizh eo ma bro”... Leon Werth a vourre Breizh, war e seblant, hag a vourre beajiñ, dre vras.

“Dépositions 1940 - 1944”
Goude ar brezel ar gazetenn skrivet mod-se oa bet embannet edan an titl : “Dépositions - journal 1940-1944”. Ul levr tev skrivet get an den a gare ar re all. Kasoni ebet barzh skridoù Leon Werth daoust ma oa bet lazhet ur bern tud e pad ar brezel, hag e mignon bras Saint Exupéry en o mesk. Leon Werth zo marv e 1955. E levrioù a vez embannet en dro hiriv an deiz get ti embann Viviane Hamy : “Clavel soldat”, “Cochinchine” ha “Déposition”. Ul levr nevez a zispleg e vuhez : “L’insoumis”, skrivet get Gilles Heuré.
Ur skrivagner hag ur c’hazetennour a bouez oa Léon Werth. Un den chomet dieub ha digor e spered betak fin e vuhez".
Christian Le Meut

Léon Werth (1878 - 1955) : une émission sur France Inter

Tombé dans les oubliettes de l’histoire, l’écrivain et journaliste Léon Werth mérite que l’on en ressorte d’urgence. Les oeuvres de cet esprit libre, témoin de deux guerres, sont rééditées chez Viviane Hamy... Et, chose rare, une émission vient de lui être consacrée sur France inter (le 31 août), à l'occasion d'une exposition qui se tient actuellement à Issoudun. Voici le lien, l'émission reste écoutable pendant 30 jours, chercher dans "archives".

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/humeurvagabonde/

Et, du coup, je réédite une note publiée en 2006 :

Peut-être avez-vous lu “Le petit prince” de Saint-Exupéry... L’auteur dédie son livre à un de ses amis : Léon Werth, et plus précisément, puisque “Le petit prince” est un livre pour enfants, “A Léon Werth quand il était petit garçon”... Le petit prince a été édité pour la première fois aux Etats-Unis, et en 1943. Saint-Exupéry y était réfugié, avant de revenir combattre pour la libération de la France, et son ami Léon Werth vivait reclus dans une maison du Jura. Cet intellectuel français d’origine juive risquait d’être raflé et déporté à tout moment. La dédicace prend donc une dimension singulière. Saint Exupéry ne survit pas à la guerre, il est tué en août 1944. Il ne verra pas son Petit prince édité en France, en 1946. Léon Werth, lui, vit jusqu’en 1955, inconsolable de la disparition de son meilleur ami. Mais si la mémoire de Saint-Exupéry est restée vivante, celle de Léon Werth a été oubliée pendant des décennies. Pourtant l’oeuvre et le parcours de ce journaliste écrivain méritent d’être connues.

Léon Werth est né en 1878 à Remiremont, dans les Vosges. Ses études l’amènent à Paris où il devient le secrétaire de l’écrivain Octave Mirbeau. Journaliste et critique artistique, Werth se fait connaître par ses livres sur des peintres comme Puvis de Chavannes et Cézanne et son premier roman, la Maison blanche, est proche de remporter de prix Goncourt. Il y narre son séjour en clinique, en 1911, pour soigner une otite aiguë contractée en Bretagne. Il brosse dans ce livre un tableau incisif du monde médical et y décrit la relation du malade à sa maladie.

Un antipatriote engagé volontaire
Proche des mouvements pacifistes d’avant guerre, notamment de Gustave Hervé, antipatriote et antimilitariste, il s’engage néanmoins en août 1914 : “Tout homme qui s’échappe des circonstances est lâche”, écrira-t-il en 1930. Envoyé sur le front, il est réformé en août 1915 pour maladie. Il décrit sa vie de soldat dans “Clavel soldat” et “Clavel chez les majors”, deux “déclarations de guerre à la guerre” écrit son biographe Gilles Heuré dans une biographie intitulée “L’insoumis” sortie début 2006 chez Viviane Hamy. Ces deux livres sont salués par la critique, notamment par Henri Barbusse, mais racontent la guerre de l’intérieur, très loin des épopées lyriques et des discours officiels.

Durant les années 20, Léon Werth publie beaucoup. Il est un des intellectuels de gauche en vue. Proche des communistes et des anarchistes, mais membre d’aucun parti, il suscite la méfiance. Quand ce journaliste veut partir en URSS en reportage, en 1923, les autorités soviétiques lui refusent l’entrée dans le pays. Il reste à la porte, en Pologne, malgré les chaudes recommandations de responsables communistes français. Dehors, M. le journaliste. Le regard de cet esprit libre aurait desservir la propagande.

Dénonciation du colonialisme
Trois ans plus tard le citoyen Werth se rend en Cocinchine, et en rapporte un témoignage critique de la colonisation : “Tout Français qui n’appartient pas à la race coloniale revient d’Indochine avec un sentiment de honte”, écrit-il dans son livre-reportage. Nous sommes en 1926. Aucun bilan positif de la colonisation pour Léon Werth.

Il continue de publier reportages et romans, critiques cinématographiques et picturales, mais les années 30 sont plus difficiles. Ses critiques du communisme et sa liberté de pensée, son ton souvent sarcastique, l’isolent d’une partie du monde littéraire. Certains de ses manuscrits sont refusés par des maisons d’édition: “Vous êtes un homme seul et votre pensée, par la même, devient très difficile à définir. Je crains fort que le lecteur ne puisse vous suivre et qu’il ne trouve pas dans ce recueil ce qu’on appelle communément, un message” lui répond l’éditeur Denoël...

La rencontre avec Saint-Exupéry
C’est en 1935 que Léon Werth et Antoine de Saint-Exupéry font connaissance. Le second est de 22 ans le cadet du premier, mais les deux hommes sympathisent et deviennent des amis intimes. Werth et sa femme vont rendre visite à Saint-Exupéry dans la caserne où il est mobilisé, à Saint-Dizier, en 1939. La défaite surprend Léon Werth à Paris. Il décide de quitter la capitale avant l’arrivée des Allemands, mais se trouve coincé sur les routes de la débâcle, avec son épouse et leur employée... Il met “33 jours” à atteindre leur maison du Jura, voyage que Léon Werth raconte dans un témoignage publié sous ce titre (Ed. Viviane Hamy et Magnard pour les collégiens). Un voyage terrifiant et étonnant. Werth y montre la veulerie de certains Français qui accueillent les envahisseurs à bras ouverts. Comment les mêmes profitent de la débâcle mais comment d’autres, notamment des fermiers de la région de Montargis, secourent leurs prochains...

Arrivé dans le Jura, à Saint-Amour, Léon Werth est contraint d’y rester. La zone libre est plus sûre pour les personnes d’origine juive comme lui, même s’il doit, le 9 juillet 1941, aller se déclarer “Juif” à la préfecture de Lons-le-Saunier : “Je me sens humilié, non pas d’être juif, mais d’être présumé, étant juif, d’une qualité inférieure”... Il reste jusqu’en janvier 1944 à Saint-Amour, reclus, bougeant peu, attendant les visites de son fils et de sa femme, retournée à Paris et qui traverse la ligne de démarcation clandestinement.

Un observateur au regard aiguisé
Dans son réduit jurassien, Werth se fait observateur du monde. Avec son regard aiguisé, caustique mais également humain et tendre, il écrit son journal quotidien qui sera publié, après la guerre, sous le titre “Déposition”. Un témoignage incontournable sur l’état de l’opinion en France “libre” puis occupée. Les turpitudes de la vie quotidienne, les rumeurs du bourg de Saint-Amour, les propos des paysans, les émissions de radio Londres, radio Paris ou de la radio suisse. Il note l’impopularité de Laval et la popularité de Pétain. Celle de De Gaulle aussi, qui croît au fil du temps. Il lit la presse de la résistance et, dès 1943, mentionne l’existence d’Auschwitz, en Pologne.

“Victoires défensives”
Les mentalités évoluent en fonction des batailles. Léon Werth notent les astuces de la propagande allemande. Après Stalingrad, les armées allemandes reculent partout en Europe de l’Est et en Afrique du Nord. Il ne s’agit pas de défaites, non, mais de “victoires défensives” selon la propagande. Belles victoires défensives en vérité, jusqu’à la prise de Berlin par l’Armée rouge ! La propagande récente a su créer des métaphores tout aussi manipulatrices : “frappes chirurgicales”, “dommages collatéraux”...

L’immobilisme sied mal à Léon Werth : “Mon pays n’est pas ici, écrit-il, mon pays c’est la Bretagne”. Léon Werth aimait les voyages et, semble-t-il, appréciait particulièrement la Bretagne. De retour à Paris en janvier 1944, Werth livre un témoignage émouvant sur les derniers jours de l’occupation. D’autant plus émouvant que la nouvelle de la disparition de Saint-Exupéry lui parvient. Après la Libération il assiste, en tant que journaliste, au procès du maréchal Pétain. Malgré les millions de morts, Léon Werth ne cède pas à la haine : aucun trace dans ses ouvrages. De la colère, oui, pas de haine. Il reste profondément humain malgré ses coups de griffe. Jusqu’à sa fin, en 1955.

“Werth enseigne à vivre” écrivait Saint-Exupéry sur l’oeuvre de son ami. Les livres de Léon Werth continuent “d’enseigner à vivre” au XXIe siècle.
Christian Le Meut

Les livres de Léon Werth sont réédités chez Viviane Hamy. "33 jours" a été édité en poche en 2002, chez Magnard, pour les collégiens.

25/08/2010

Bandenn dreset : Le Montespan

Montespan040.jpgUn vandenn dreset dispar m'eus lennet e-pad an hañv, e galleg : Le Montespan (tresadennoù graet get Philippe Bertrand ha Jean Teulé evit an istor). Tennet eo ag ur romant (fiskal ivez) skrivet get Jean Teulé a ziar Louis-Henri Gondrin de Pardaillan, markiz Montespan ha gwaz an intron de Montespan... E 1663 a oant bet dimezeet ha daou krouadur a oa ganet, ur verc'h hag ur mab... Aet a oa ar gwaz da vrezeliñ evit ar roue, e 1666, hag en ur zistroeiñ, petra a oa c'hoarvezet ? E vaouez a oa bet choazet get Loeiz XIV evel mestrez, ar pezh a oa un "inour" d'ar c'houlz-se. Roet e veze argant, douar, titloù, d'ar maouezed dibabet get ar roue, ha d'o familh ivez... Met, pand a oa e vaouez get ar roue, ar gwaz n'helle ket mui c'hoari koukou get e wreg... Honnezh a oa evit ar roue e-unan...
Met Montespan a gare e wreg ha ne faote ket dezhan hi "lodennañ" get ar roue. An intron de Montespan a zo chomet pell mestrez ar roue, ar dro 15 vloaz. Eizh krouadur he deus bet get Loeiz XIV, anavezet ez ofisiel getan. Savet a oa bet ur c'hastel get ar roue eviti; ur vaouez galloudus a oa deuet da vout an intron...
E vuhez pad, kazimant, LE Montespan n'eus klasket tapout en dro e wreg ha n'eus lâret e sonjoù (fall) a ziar ar roue. Ur soudard hag ur denjentil feal d'ar roue a oa, de gentañ, met ar lerc'h bout laeret e vaouez, deuet eo da vout enebour kentañ Loeiz XIV. Hennezh en deus klasket reiñ argant ha titloù dezhan : netra d'ober. Kaset d'an toull bac'h, netra d'ober. Kaset soudarded d'her lazhiñ : n'eo ket bet lazhet, met roudoù a soudarded marv a zo bet kavet ar lerc'h er c'hoadoù... Trist eo bet e vuhez memestra, laeret e vaouez, marv e verc'h...

Ar vandenn dreset, hag ar romant, a ziskouezh pegen galloudus a oa an diktatour anvet ar "Roue Heol", ha penaos an dud a c'hell bout "gwerzhet" get an argant, an inour, ha c'hoazh. Nemet un nebeud tud zo, pennoù aheurtet, pennoù kalet, pennoù kreñv ha kalonek. Ha ret a oa bout kreñv evit stourm a-enep ur roue evel-se.

Christian Le Meut

Le Montespan, ti embann Delcourt, 2010, Bertrand/Teulé.

En français : note de lecture sur la bande dessinée "Le Montespan" (Jean Teulé, Philippe Bertrand), parue en 2010 et tirée du roman éponyme de Jean Teulé. Cet album raconte la vie et les aventures du marquis de Montespan qui se fit voler sa femme par Louis XIV et ne l'accepta jamais, au risque d'être embastillé, ruiné, assassiné... A lire absolument pour découvrir la corruption des moeurs sous Lous XIV et un aspect peu connu de ce roi soit qui fut un très grand dictateur. Et pour découvrir un personnage hors du commun, ce marquis qui avait le gros défaut d'aimer sa femme.

20/06/2010

Galv an 23a viz Mezheven 1940/L'appel du 23 juin 1940

Petra zo tremenet an 23 a viz mezheven 1940, da lâred eo pemp deiz goude galv ar jeneral de Gaulle war Radio Londrez ? An deiz se oa bet troet e brezhoneg galv ar jeneral de Gaulle evit boud lâret ha skignet war Radio Londrez. Charles Guillois oa an den, ur Breton, an hini en doa troet ar galv ag ar galleg e brezhoneg. Ur bochad Bretoned oa e barzh ar “Forces françaises libres”. E penn kentañ, tost 50 % ag ar soudarded-se oa a Vreizh. En o mesk, Charles Guillois, met ivez tud ag Enez Eusa, da skouer, hag ur bochad marteloded all... An doere-se zo embannet e barzh niverenn 86 ar gelaouenn Ar Falz (embannet get Skol Vreizh). A bouez eo gouiet traou-se evit kompren n’o doa ket labouret razh ar Vretoned get an nazied ! Ul lodenn vras doa stourmet a enepte... Ul lodenn all gete, met all lodenn vrasan, moarvat, oa chomet e c'hortoz ha bevañ... Evel e Bro Frans, dre vras !

L'appel du 23 juin 1940 sur Radio Londres, vous connaissez ? Il s'agit de la traduction en langue bretonne de l'appel du général De Gaulle, traduit et dit par Charles Guillois, un Breton qui avait rallié De Gaulle (durant les premiers mois, près de 50% des effectifs de la France Libre étaient constitués de Bretons). C'est la revue Ar Falz (Ed. Skol Vreizh, n°86) qui a rappelé ce fait historique peu connu mais qui mérite de l'être. La collaboration de certains militants nationalistes bretons de l'époque ne doit pas faire oublier que l'on a parlé breton dans la Résistance et que la population bretonne a fait comme les autres : une minorité a résisté, une autre a collaboré, et la très grande majorité a survécu sans prendre partie. La langue bretonne en soi n'est pour rien dans l'utilisation qu'on en fait, de même que les diatribes antisémites de Céline sous l'occupation ne discréditent pas la langue française.

Christian Le Meut

Hag ivez/Et aussi : http://www.stervlan-mf.info/article-l-appel-du-18-juin-en...

01/06/2010

Dans L'Humanité : Jaurès a pris "fait et cause pour l'enseignement scolaire de l'occitan et des autres langues "régionales""

Jaurès022.jpg"Ce que Jaurès nous dit aujourd'hui" : setu titl un teuliad embannet get ar gazetenn L'Humanité disadorn (30/05), goude ur c'hollok tolpet e Tolosa digwener paseet. Krog a ra get ur pennad skrivet get Rémy Pech ha titlet : "Paroles et pensées pour une langue, une culture : l'ancrage occitan"...
"Ce que nous dit Jaurès aujourd'hui" est le titre d'un dossier publié samedi 29 mai 2010 dans le journal l'Humanité, suite à un colloque tenu à Toulouse vendredi dernier. Ce dossier commence par un article de Rémy Pech intitulé : "Paroles et pensées pour une langue, une culture : l'ancrage occitan"...

Lodennoù/Extraits : "D'une enfance à la campagne, Jaurès a retiré une familiarité réelle avec le monde paysan, ses us et coutumes, ses souffrances et ses aspriations, et bien sûr sa langue qu'il a toujours respectée et considérée comme un véhicule de la pensée et de l'action politique, au même titre que le français. Les témoignages abondent de sa pratique usuelle de l'occitan au cours de ses campagnes électorales (...). C'est assez tardivement, mais très fermement, à la suite de son voyage en Amérique latine, qu'il prend fait et cause pour l'enseignement scolaire de l'occitan et des autres langues "régionales", alors en usage général mais absentes et pourchassées dans les écoles. Assez isolé dans une gauche marquée par le jacobinisme et la méfiance envers les récupérations possibles par la droite antirépublicaine, Jaurès a ainsi légitimé les combats pour le développement de l'occitan, dont l'actualité n'a pas faibli."...

Traoù all a oa bet embannet war rezore a ziar benn Jaurès hag ar yezhoù rannvroel. D'autres articles ont été été publiés sur Rezore à propos de Jaurès. Tresadenn tennet a L'Humanité/Dessin tiré de l'Humanité (29/05/2010)

https://rezore.blogspirit.com/archive/2006/02/25/et-jaure...

https://rezore.blogspirit.com/archive/2006/03/04/jaures-p...

23/03/2010

France 3 cherche des brittophones pour une série en breton

Kemenadenn a-berzh Frans 3/Communiqué de France 3 :

"Pour la série télé en breton « Istorioù Breizh » réalisée par Luc David produit par Pois Chiche Films / France 3 et qui sera diffusée sur France 3 Ouest, nous sommes à la recherche d'acteurs bretonnants. La série sera déclinée en 10 x 13 minutes. Ces épisodes racontent la quête d'Anna qui prépare une thèse sur : «Histoire de Bretagne : mythe ou réalité ». Anna rencontre tout une galerie de personnages qui ont des vues différentes de l'histoire. Nous tournerons entre fin avril et fin mai. Il y a un peu plus de 20 rôles à pourvoir (pour 2 ou 3 jours de tournage la plupart du temps). Il s'agit de profils différents d'hommes entre 20 et 60 ans et de quelques femmes entre 25 et 70 ans. Le casting aura lieu début avril. Nous tournerons dans différentes communes en Bretagne. Pour les personnes enthousiasmées par le projet, elles peuvent envoyer au plus vite leurs coordonnées, cv / lettre de motivation, photos (de préférences naturelles, un portrait visage et un portrait plein pied) à l'adresse suivante : castingbzh@yahoo.fr

Mammenn/Source : Agence Bretagne Presse

23/07/2009

Famille de Gaulle : on y parlait breton !

Komzet veze brezhoneg ba' tiegezh ar Jeneral de Gaulle : james kement all ! Get ar jeneral e unan : distaget en doa un nebeut gerioù e Kemper, e 1969 met, dreist holl, get e eontr Charles de Gaulle hag en doa desket brezhoneg ha stourmet evit hor yezh e fin an naontekvet kantved. Setu ul liamm davet  Agoravox hag an Ina, e lec'h ma c'heller sellet doc'h Charles de Gaulle e Kemper hag, ar lerc'h, ul liamm all evit gouiet muioc'h a draoù war an eontr.

Dans la famille de Gaulle, on parlait breton ! Le neveu général a prononcé quelques mots en 1969 à Quimper (lien vidéo avec le site d'Agoravox),  mais surtout le tonton, Charles de Gaulle lui aussi, intellectuel ayant appris le breton et pétitionné pour (second lien) :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-appel-aux-...

https://rezore.blogspirit.com/archive/2007/03/23/charle-d...

17/07/2009

Istor Breizh barzh an Express...

Istor Breizh (ur feson da welet istor Breizh kentoc'h) a zo displeget barzh L'Express/L'hebdo l'Express publie un long article sur l'histoire de la Bretagne, un marronnier d'été :
http://www.lexpress.fr/styles/voyage/bretagne-entre-histo...

15/07/2009

Naoned : tabut a ziar kastel an Duked

Tabut, trouz, bec'h 'zo hiriv an deiz a zivout bruderezh graet evit Kastell an duked, e Naoned, hag a zo bet lakaet get "kastelloù al Liger". Tud zo n'int ket gwall kountant get-se./Il y a du débat actuellement du coté de Nantes à propos d'une publicité pour le château des ducs de Bretagne mis  dans le même sac que les Châteaux de la Loire... Et certains ne sont pas contents comme l'indique cet article de Ouest-France :

http://www.ouest-france.fr/actu/actu_B_-Nantes-chateau-br...