Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2010

Syndicat national des journalistes : le JT en langue basque ne doit pas s'éteindre


Kemenadenn a-berzh Sindikad Broadel ar Gazetennerien/Communiqué du Syndicat national des journalistes (SNJ, syndicat majoritaire chez les journalistes) :

"Après 12 années d'existence, le journal télévisé en langue basque, diffusé depuis les studios d'EiTB à Bayonne va s'interrompre ce 
mercredi soir, 31 mars. Les cinq journalistes qui réalisaient ce journal, en même temps qu'ils assuraient la correspondance pour l'ensemble des chaînes de télévision et de radio du groupe espagnol EiTB, font l'objet d'une procédure de licenciement pour raison économique.

EiTB, groupe audiovisuel public dépendant de la Communauté autonome basque, est pourtant prospère et possède des bureaux à Shanghai, New York, Bruxelles ou Mexico, qui ne sont aucunement menacés.
 Les collectivités territoriales françaises, communes et département, 
se sont pourtant engagées depuis des années, y compris 
financièrement, pour que l'unique chaîne qui diffuse en langue basque 
soit reçue dans de bonnes conditions par les locuteurs bascophones du 
côté français de la frontière.


La véritable raison de cette fermeture tient donc plus d'affrontements politiques qui n'ont que peu de rapports avec le journalisme et sa mission d'informer honnêtement les citoyens des deux côtés de la frontière.Le Syndicat National des Journalistes, première organisation de la profession, déplore l'arrêt de ce journal et la fermeture injustifiée du bureau de Bayonne d'EiTB.

Il dénonce l'absence de réponse crédible apportée aux salariés privés de leur emploi, aux collectivités et aux téléspectateurs basques, quant à une éventuelle date de reprise de cette émission.

Cette reprise doit se faire dans les meilleurs délais, en employant 
prioritairement les journalistes qui ont assuré jusqu'ici le renom de 
la chaîne et le service auprès des auditeurs et des téléspectateurs.


Le SNJ assure ses confrères d'EiTB de sa plus entière solidarité".

Priz Lennegel Sten Kidna-Le Bono au long cours : roet da Herve Gouedard

"Ar priz lennegel Sten-Kidna-Le Bono au long cours a zo bet roet e 2010 d'ul levr danevelloù embannet a nevez : c'hwec'h levr embannet e 2008-2009 a oa bet lakaet war ar renk. Da Herve Gouedard eo bet roet ar priz 2010 evit e levr danevelloù "Liñvadenn Kastellaodren" embannet get Al Liamm e 2009. 14 danevell dastumet e 400 pajenn.

Ar priz Sten Kidna-Le Bono au long cours a zo bet roet evit an eil gwezh. Ar priz-se a oa bet krouet e 2008 get kumun ar Bono evit brudiñ levrioù faltazi embannet a-nevez e brezhoneg (ur priz all a oa bet savet e galleg get ar gumun : priz Bernard Moitessier). War goulenn kumun ar Bono, ar juri a zo bet savet get ar gevredigezh Kerlenn Sten Kidna : nav den ar bloaz-mañ, a vro-An Alré (An Alré, An Drinded, Ar Bono, Krac'h, Brec'h, Lokoal-Mendon, Ploeren). Ar juri a oa bet tolpet disadorn paseet en Alré. Diaes eo bet dibab ul levr e mesk ar c'hwec'h levr a-galite a oa war ar renk.

gouedard007.jpgGet kumun ar Bono emañ bet roet 700 euro d'ar Herve Gouedard, get Jean Lutrot, an eil maer, dimeurzh da noz e-pad an abadenn Webnoz a oa skignet ar eeun ag Ar Bono (hag a c'hello bout gwelet a-benn un nebeut deizioù war al lec'hienn Brezhoweb). Ar pezh a vez graet get kumun ar Bono a zo dreistordinal : n'eus ket kalz a brizioù lennegel evit al levrioù e brezhoneg.

Skrivagnerion all war ar renk a zo deuet ivez : David ar Gall (Hent Arkadius), Henri Dorsel (Mervel ul lunvezh), ha Hervé Lossec (Buhez ha fent). Daou skrivagner all, Yann Gerven '"Cheeseburguer ha yod silet") ha Per Denez ("Kenavo ar wezh all"), a oa bet digarezeet. Mich Beyer a zo bet pedet ivez, priziet ar bloaz paseet evit "Etrezek un enez" hag ur romant a zo bet embannet a-nevez geti : "Kan ar mein".
Krennarded a skolaj Diwan Gwened a oa bet pedet da ziskouezh levrioù bet lennet gete. Un embanner a zo bet kouviet ivez : Fañch Broudig, hag en deus kaset levrioù nevez embannet get an ti embann Emgleo Breiz.

Bugale skol divyezhek Pont Douar-Brec'h a zo deuet da ganal ha daou soner a Vro-Gwened ivez : Loeiz ar Bras ha Patrig Drean. Lena Louarn, eil brezidantez ar rannvro evit yezhoù Breizh, 'deus displeget he sonjoù evit an amzer da zont ha penaos derc'hel ha yac'h ha bev yezhoù ar vro, ar brezhoneg hag ar gallaoueg.

Ar priz lennegel Sten-Kidna-Le Bono au long cours a vo roet en dro e 2011, d'ur romant nevez embannet, evel e 2009."

Kemenadenn : Kerlenn Sten Kidna

Prix littéraire Sten-Kidna-Le Bono au long cours : à Hervé Gouedard

gouedard007.jpg"Le prix littéraire Sten-Kidna-Le Bono au long cours a été attribué cette année à un livre de nouvelles récemment édité en langue bretonne : six ouvrages publiés en 2008-2009 étaient sur les rangs. Le prix 2010 a été attribué à Hervé Gouedard pour son recueil de nouvelles publié en 2009 : "Liñvadenn Kastellaodren" (éditions Al Liamm). 14 nouvelles réunies dans 400 pages. Voici ce qu'écrivait le Télégramme (25 mars) à propos de ce livre : " L’écrivain Hervé Gouedard propose dans ce recueil paru fin 2009 quatorze nouvelles en 400 pages. Elles évoquent la vie quotidienne, la solitude, la maladie d’Alzheimer, virent parfois vers la folie ou le fantastique. Quelques fantômes traversent ces nouvelles à l’atmosphère souvent pesante. L’auteur sait aussi manier l’humour, mais trop rarement, comme dans "Dornskridoù ar paourkaezh treul" ("les manuscrits d'un pauvre type"), une histoire d’amour, de jalousie et de vengeance par manuscrits interposés. Dans "Ur muntr eo Kemper" ("Un meurtre à Quimper"), il installe une ambiance balzacienne dans l’univers de la bourgeoisie quimpéroise au milieu du XIXe. L’auteur sait raconter des histoires et captiver le lecteur. Dommage qu’il ne varie pas plus les ambiances..."

Le prix Sten-Kidna-Le Bono au long cours a été créé en 2008 par la commune du Bono afin de promouvoir des oeuvres de fiction nouvellement éditées en breton (un autre prix a été créé en français par la commune, le prix Bernard Moitessier). A la demande de cette commune l'association Kerlenn Sten Kidna a constitué pour la deuxième année un jury, composé cette année de neuf lectrices et lecteurs du pays d'Auray (Auray, Brec'h, Crac'h, La Trinité-sur-Mer, Le Bono, Locoal-Mendon, Ploeren). Le jury s'était réuni samedi dernier à Auray pour faire un choix, difficile entre six livres de qualité. Jean Lutrot, maire-adjoint, a remis 700 euros à Hervé Gouedard, mardi soir, pendant l'émission Webnoz, réalisée en direct du Bono (et qui pourra être de nouveau visionnée dans quelques jours sur le site Brezhoweb). L'initiative de la commune du Bono est remarquable : très rares sont les prix littéraires couronnant un livre en breton.

Quatre des écrivains nommés sont venus au Bono mardi soir : outre Hervé Gouedard il y avait David ar Gall (Hent Arkadius), Henri Dorsel (Mervel ul lunvezh), et Hervé Lossec (Buhez ha fent). Deux auteurs étaient excusés : Yann Gerven ("Cheeseburger ha yod silet") ha Per Denez ("Kenavo ar wezh all"). Mich Beyer, lauréate du premier prix Sten Kidna-Le Bono au long cours, en 2009, est venue également présenter son nouveau livre Kan ar mein (An Alarc'h embannadurioù). L'émission Webnoz étant consacrée à l'écriture et l'édition en langue bretonne, des collégiens de Diwan Vannes ont été invités à venir présenter leurs lectures. Fanch Broudic est venu présenter le travail des éditions Emgleo Breiz, qu'il dirige, et les nouveaux ouvrages qu'elle a édités.

Des enfants de l'école bilingue du Pont Douar (Brec'h), ont ouvert l'émission en chantant. Deux chanteurs du pays vannetais sont également venus : Loeiz ar Bras et Patrick Dréan. Une autre invitée a marqué l'émission: Léna Louarn, nouvelle vice-présidente du conseil régional, chargée des langues de Bretagne. Elle a évoqué ses idées pour maintenir vivantes et dynamiques ces langues que sont le breton et le gallo."

Communiqué : Kerlenn Sten Kidna

30/03/2010

France catholique : "Peut-on parler de langue bretonne ?"

"Peut-on parler de langue bretonne ?" : setu penaos e krog un atersadenn embannet war lerc'hienn "La France catholique". Serge Plenier, kelenner brezhoneg e Pariz a reskont "ya" ! Gwell a-se. Hennezh en deus skrivet "La langue bretonne des origines à nos jours", embannet a-nevez get Ouest-France. E galleg eo an atersadenn : ur yezh eo, da vat, ar galleg ?

"Peut-on parler de langue bretonne ?" : c'est ainsi que comme un entretien publié sur le site "La France catholique"... Serge Plenier, enseignant de breton à Paris, répond "Oui" ! Ouf. Il a écrit "La langue bretonne des origines à nos jours", édité récemment chez Ouest-France. L'entretien est en français. Mais "Peut-on parler de langue française ?"

http://www.france-catholique.fr/Le-breton-doit-redevenir-...

26/03/2010

Kañv

Ur mignon din, Paol, 'zo marv disadorn paseet, d'un taol, d'an oad a unnek vloaz ha tri ugent, koste Montargis (Loiret), e lec'h ma oa e chom abaoe pell, get e familh. Un embregerezh a oa bet savet getan du-hont. Paol a oa ganet e Kastell Paol. Brezhoneger a-vihan a oa. E dud a oa labourerion douar, ha Paol a gomze brezhoneg gete. Me a oa aet da labourat da vMontargis me ivez, e 1988, ha graet em boa anaoudegezh getan ha get e vaouez, Marie-Hélène (a vro Okitania honnezh). E-pad daouzek vloaz e oan chomet di ha, d'ar c'houlz-se, e klasken deskiñ brezhoneg get an hentenn Assimil. Paol en doa roet din un nebeut kentelioù, get e brezhoneg a vro Leon, ken brav. Kounnaret a oa rak ar pezh a oa bet graet a-enep ar brezhoneg : "Un deiz e vo ret da Vro Frañs goulenn bout perdonet evit an dra-se" ("Un jour il faudra que la France demande pardon pour ça") emezan. Kounnaret ivez e welet penaos e veze dismeganset, d'ar c'houlz-se, an dud a ne gomzent ket mat galleg, evel e dud. E Montargis, Paol a oa pell doc'hte, met komzet e veze brezhoneg bep sul, dre bellgomz, etre ar mab hag e dud,  betek marv ar re-se. Paol n'en doa ket desket skrivañ e yezh vamm er skol. Ur wezh an amzer e kase din ur mail (goude din bout distroet da Vreizh), ha, neoazh, komprenapl a oa ar pezh a skrive.

Un den brokus a oa get ar re all. Un den a feiz, ur c'hristen.
Get ma vo degemeret e Baradoz ar Vretoned.

Kañv, c'est le deuil, en breton. Samedi un de mes amis, Paul, est décédé subitement, à l'âge de 71 ans. Né à St Paul de Léon dans une famille d'agriculteurs, il était parti vivre à Montargis (Loiret), où il avait fondé une famille, et une entreprise. J'avais fait sa connaissance en 1988 lorsque j'étais allé travailler là-bas moi aussi. Paul était bretonnant, de langue maternelle, et continuait à parler breton avec ses parents. Il parlait avec le superbe accent du Léon (Finistère Nord). A l'époque, j'essayais d'apprendre le breton avec la méthode Assimil. Il me donna quelques cours. Paul n'avait jamais appris à écrire sa langue maternelle qui n'était pas enseignée à l'époque dans les écoles, et qui l'est encore très peu. Il ressentait, d'ailleurs, de la colère par rapport à ce qui avait été fait contre la langue bretonne : "Il faudra qu'un jour la France demande pardon pour ça", m'avait-il dit. Il se souvenait du mépris que rencontraient les gens qui, à l'époque, comme ses parents, ne parlaient pas le français "correctement". Il continua de parler breton avec ses parents, chaque dimanche soir, par téléphone, jusqu'à leur mort. De temps en temps, il m'envoyait, après que je sois revenu vivre en Bretagne, un mail qui, s'il ne correspondait pas aux normes de l'écriture bretonne, était cependant tout-à-fait compréhensible.

C'était un homme généreux avec les autres. Un croyant, un chrétien.
Qu'il soit accueilli au paradis des Bretons.

Christian Le Meut

23/03/2010

France 3 cherche des brittophones pour une série en breton

Kemenadenn a-berzh Frans 3/Communiqué de France 3 :

"Pour la série télé en breton « Istorioù Breizh » réalisée par Luc David produit par Pois Chiche Films / France 3 et qui sera diffusée sur France 3 Ouest, nous sommes à la recherche d'acteurs bretonnants. La série sera déclinée en 10 x 13 minutes. Ces épisodes racontent la quête d'Anna qui prépare une thèse sur : «Histoire de Bretagne : mythe ou réalité ». Anna rencontre tout une galerie de personnages qui ont des vues différentes de l'histoire. Nous tournerons entre fin avril et fin mai. Il y a un peu plus de 20 rôles à pourvoir (pour 2 ou 3 jours de tournage la plupart du temps). Il s'agit de profils différents d'hommes entre 20 et 60 ans et de quelques femmes entre 25 et 70 ans. Le casting aura lieu début avril. Nous tournerons dans différentes communes en Bretagne. Pour les personnes enthousiasmées par le projet, elles peuvent envoyer au plus vite leurs coordonnées, cv / lettre de motivation, photos (de préférences naturelles, un portrait visage et un portrait plein pied) à l'adresse suivante : castingbzh@yahoo.fr

Mammenn/Source : Agence Bretagne Presse

21/03/2010

Frans 3 : atersadenn get Bernez Rouz

70 euriad abadennoù savet get Frans 3 bep bloaz e brezhoneg, 1e30 bep sizhun, chanchamant ebet abaoe c'hwec'h vloaz, n'int ket aet araok an traoù met n'in ket aet ar gil-ivez... Kountant eo, neuze, Bernez Rouz, ar c'hazetenner a zo e penn abadennoù e brezhoneg ba' Frans 3 : aterset e-pad pemp munutenn evit ar stal Dialogue get Mikael  Treguer.

70 heures d'émissions produites en breton par an, 1h30 par semaine, aucun changement depuis 6 ans, ni avancée, ni recul non plus... Bernard Le Roux, le journaliste qui est à la tête des programmes en breton sur France 3, est satisfait. Il est interviewé pendant cinq minutes sur internet par Michel Tréguer pour la librairie Dialogue :

http://www.librairiedialogues.fr/videos/518361/details/

19/03/2010

Foot : Strasbourg/Brest displeget e elzasianeg/brezhoneg

Ur match melldroad, footbal etre skipailhoù Strasbourg ha Brest (eil rummad) a vo c'hoariet henoazh (fenoz). Un atersadenn skrivet e elzasianeg hag brezhoneg, a ziar klub Brest a zo bet embannet war ul lec'hienn internet a vro Elzas. N'eo ket aes da gompren, ar goulennoù a zo en elzasianeg, har ar reskontoù e galleg... Ret eo tremen dre ar galleg evit kompren, dreist holl evit ar re, eveldon-me, ha ne ouiont ket kalz a dra war an dachenn-se. Met ur sonj vat eo memestra.
Match de foot ce soir entre Strasbourg et Brest (Ligue 2). Un entretien écrit en alsacien et en breton à propos du club de Brest est paru sur un site internet alsacien, mais c'est un peu compliqué car les questions sont en alsacien et les réponses en breton. Il faut donc passer par la version française pour tout comprendre, surtout quand on n'est pas très compétent. Bonne idée quand même.

http://www.racingstub.com/page.php?page=news&id=4050

17/03/2010

Kelaouenn Trema : un niverenn a ziar-benn ar yezhoù rannvroel

Yezhoù rannvroel, ar c'helenn, a zo tem niverenn diwezhañ ar gelaouenn Trema, "Revue de recherche de l'IUFM de l’académie de Montpellier depuis 1992 ; son objectif : servir de lien entre réflexions scientifiques, recherches sur l'enseignement et formation des enseignants".
Le dernier numéro de la revue Trema, "revue de recherche de l'IUFM de l’académie de Montpellier depuis 1992 ; son objectif : servir de lien entre réflexions scientifiques, recherches sur l'enseignement et formation des enseignants", est consacré à l'enseignement des langues régionales.

http://trema.revues.org/898

 

16/03/2010

Diwan : ur skol e Bro Vigouden ?

Tud 'zo a faota dezhe sevel ar skol Diwan kentañ e Bro Vigouden !
Il n'y a pas encore d'école Diwan (école associative, apprentissage du breton par immersion), en pays Bigouden, mais certains y pensent :

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Bientot-une-e...

12/03/2010

Ar redadeg : courir pour la langue bretonne

Redek evit ar brezhoneg, evit dastum argant a vo roet da gevredigezhioù a labour evit ar brezhoneg : setu pal Ar Redadeg a zo aozet hiriv an deiz get ur bochad tud e Breizh a-bezh. Etre an 10 hag ar 15 a viz Mae miliadoù a dud a redo noz ha deiz, evel daou vloaz zo, ha me ivez, e Bro An Alré ha, marteze, e Pondi.
Courir pour la langue bretonne, pour récolter de l'argent qui sera reversé à des associations oeuvrant pour la langue bretonne, voilà l'objectif de la Redadeg, la course, que beaucoup de gens préparent actuellement dans toute la Bretagne. Du 10 au 15 mai des milliers de gens courront, comme il y a deux ans, et moi avec, en pays d'Auray et, peut-être, à Pontivy.

http://ar-redadeg.org/drupal/fr/node/46

A ziar ar Redadeg 2008, ul liamm betek ur pennad bet embannet ivez barzh Ya! :
https://rezore.blogspirit.com/archive/2008/05/05/ha-redet-hon-eus-et-nous-avons-couru.html

A propos de la Redadeg 2008 :
https://rezore.blogspirit.com/archive/2008/05/06/et-nous-...

Brezhoneg er skol/Breton à l'école : manifestadeg e Gwened/Manifestation à Vannes

Ar sindikad Snuipp a vanifesto dimerc'her kentañ e Gwened evit goulenn ma vo savet skolioù e brezhoneg da vat, ag ar skol vamm betek al lise. Hiriv an deiz, evit ar vugale a grog get ar brezhoneg e skol vamm pe e skol kentañ derez n'eo ket sur e c'hellint kenderc'hel er skolaj pe el lise, ar pezh a zo domaj bras.

Le syndicat Snuipp manifestera mercredi à Vannes pour la continuité de l'enseignement bilingue, de la maternelle au lycée. Aujourd'hui un enfant qui commence en maternelle ou en primaire n'est pas sûr de pouvoir continuer au collège car ils y en a très peu qui assure la continuité, ce qui est très dommage.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan...